Johannes R. Becher, homme politique, écrivain et poète.

Johannes Robert Becher, né le 22 mai 1891 à Munich et mort le 11 octobre 1958 à Berlin-Est, est un homme politique, écrivain et poète allemand, membre du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED). Il est également connu pour avoir écrit les paroles de l’hymne national de la République démocratique allemande, Auferstanden aus Ruinen.

De 1954 à 1958, il est ministre de la Culture au sein du gouvernement de la RDA.


Hans Robert Becher est le fils d’un magistrat aux principes rigoureux dont il se démarque dès sa prime jeunesse. En 1910, Il survit à une tentative de suicide impliquant aussi sa bien aimée qui décède de ses blessures.

De 1911 à 1918, il étudie la philologie, la philosophie et la médecine à Munich, Berlin et Iéna.

En 1911, il publie son poème der Ringende (le lutteur), un hymne à l’écrivain Kleist qu’il admire, et en 1914 le recueil Verfall und Triumpf (décadence et triomphe), dans lequel il attaque l’ordre social de son époque.

En 1917, Johannes R. Becher adhère au Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne (USPD), en 1918 au Spartakusbund et en 1919 au Parti communiste d’Allemagne (KPD). La même année, il publie son recueil de poèmes An Alle (À tous).

La parution de son roman anti-guerre Levisite oder Der einzig gerechte Krieg en 1925 lui vaut d’être accusé de « haute trahison littéraire », accusation abandonnée en 1928 sous la pression nationale et internationale.

En 1932, il devient collaborateur du journal du KPD Die Rote Fahne.

Après l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933, Becher émigre à Prague puis à Paris. Il est déchu de sa nationalité en 1934. Réfugié à Moscou un an plus tard, il est rédacteur en chef de la revue allemande de l’exil Internationale Literatur – Deutsche Blätter.

En 1940, il publie un roman autobiographique intitulé Abschied (Adieu).

Il participe à la création en 1943 de l’organisation de résistance au nazisme Nationalkomitee Freies Deutschland. Il rentre à Berlin en juin 1945 et cofonde le Kulturbund zur demokratischen Erneuerung Deutschlands, dont il est le premier président. En outre, il fonde la maison d’édition Aufbau-Verlag, la revue culturelle mensuelle Aufbau, l’hebdomadaire Sonntag ainsi que la revue littéraire Sinn und Form.

En 1946, il adhère au Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED). Il écrit en 1949 le texte de l’hymne de la République démocratique allemande, Auferstanden aus Ruinen, texte pour lequel il reçoit le prix national en 1950.

De 1953 à 1956, Johannes R. Becher est président de l’Académie des arts, qu’il a cofondée en 1950.

De 1954 à 1958, il est le premier ministre de la culture de la RDA.

Johannes R. Becher meurt le 11 octobre 1958. Sa tombe d’honneur (Ehrengrab) se trouve au cimetière de Dorotheenstadt à Berlin.

Il était marié à la journaliste Lilly Becher.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.