Jean Gabin, chanteur, danseur et acteur.

Jean Gabin est un acteur français, né le 17 mai 1904 Boulevard de Rochechouart à Paris (9e arr.) et mort le 15 novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine.

Commençant sa carrière comme chanteur de revue et d’opérette, il s’impose ensuite à l’écran, devenant une vedette du cinéma français, avec sa « Gueule d’amour », tournant avec les réalisateurs importants de l’entre-deux-guerres comme Julien Duvivier ou Jean Renoir. Il s’est engagé dans les Forces françaises combattantes, comme marin embarqué, puis en janvier 1944 comme chef de char au 1er régiment blindé de fusiliers-marins. Après la guerre, il connait une période creuse. À partir de 1954 et de la sortie de Touchez pas au grisbi, il devient un « pacha » au physique imposant et au regard sombre incarnant la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec droiture, dans des films souvent dialogués par Michel Audiard.

Jean Gabin carte maximum, Paris, 20/09/1986.

Sa filmographie de 95 films, compte d’importants classiques, parmi lesquels Gueule d’amour, La Bête humaine, Pépé le Moko, Le Quai des brumes, La Grande Illusion, Un singe en hiver, Le Chat, Le Pacha ou La Traversée de Paris. Il tourne avec la plupart des grands acteurs de l’époque dont certains, comme Fernandel, Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo, Louis de Funes ou Alain Delon, sont ses amis. Acteur populaire, il a attiré plus de 161 millions de spectateurs dans les salles après-guerre1, auxquels il faut ajouter ses nombreux succès parmi sa trentaine de films d’avant-guerre au box-office inconnu.

Il a remporté trois fois le prix d’interprétation masculine de la Mostra de Venise, en 1951 pour La nuit est mon royaume et en 1954 pour L’Air de Paris et Touchez pas au grisbi, ainsi que deux fois l’Ours d’argent du meilleur acteur à la Berlinale, en 1959 pour Archimède le clochard et en 1971 pour Le Chat.


Utilisant le nom de scène de son père, Jean Moncorgé devient Jean Gabin en montant sur la scène des Folies Bergères. Il chante et danse en y côtoyant Mistinguett. Après plusieurs années de cabarets, le cinéma l’appelle et il tourne dans son premier film au titre prémonitoire : Chacun sa chance (1930). Ses débuts de carrière sont difficiles, Gabin tourne des productions mineures, mais Julien Duvivier lui permet de prouver son talent dans La Belle équipe (1936) aux côtés de Charles Vanel, et surtout Pépé le Moko (1937), dans lequel Gabin interprète avec brio le truand qui donne son titre au film.

La carrière de Jean Gabin est lancée. En deux ans, il va tourner dans des films parmi les célèbres du cinéma français comme La Grande illusion, Gueule d’amour avec Mireille Balin (1937), Le Quai des brumes avec Michèle Morgan, La Bête humaine (1938), Le Jour se lève (1939). En septembre 1939, Gabin est mobilisé, et en février 1941, il quitte la France pour les États-Unis, refusant de tourner pour les allemands. Il y jouera dans deux films : La Péniche de l’amour et L’ Imposteur, et fréquentera Ginger Rogers, ainsi que Marlene Dietrich. En 1943, Gabin s’engage dans les Forces Françaises Libres et sera décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre.

A son retour de la guerre, Gabin a une image de vieil acteur d’avant-guerre. A quarante ans, il a déjà les cheveux blancs. Il tourne un projet qui lui tient à cœur : Martin Roumagnac (1946), avec Marlene Dietrich. Le film est un échec. Commence alors une période de déclin pour la carrière de Gabin, qui tourne des films mineurs, à l’exception de La Nuit est mon royaume (1951), La Vérité sur Bébé Donge (1951) et French Cancan (1954), de Jean Renoir. La renaissance vient avec deux films : Touchez pas au grisbi (1953) et Razzia sur la chnouf (1955) avec le jeune Lino Ventura. Dans ces deux films de truands, Gabin montre qu’il peut encore être un acteur remarquable.

Jean Gabin, carte maximum, Paris, 3/10/1998.

Dès lors, Jean Gabin change d’image, il est l’homme d’expérience, autoritaire et qui impose le respect. Ce personnage, Gabin va le devenir également dans la vie, jusqu’à la caricature. En 1955, un petit film va être déterminant : Gas-oil. Michel Audiard découvre en Gabin une gouaille pour asséner ses répliques soigneusement élaborées. Leur collaboration va couvrir près de vingt films. Les réussites de Gabin dans cette fin des années 50, sont à trouver dans le polar Voici le temps des assassins (1956), La Traversée de Paris (1956) avec Bourvil, et En cas de Malheur (1958) avec Brigitte Bardot.

Dans les années 60, Gabin va se constituer une équipe de fidèles, avec laquelle il va tourner de nombreux films. Ces réalisateurs se nomment Gilles Grangier, Denys de La Patellière, Henri Verneuil ou Jean Delannoy. Il crée sa boîte de production avec Fernandel: la « Gafel ». Il agrandit sa propriété normande en rachetant des terres, et devient éleveur de bovins à ses heures perdues. Parmi les films de cette décennie marquée par beaucoup de cabotinage, se démarquent Le Cave se rebiffe tourné avec son ami Bernard Blier, et son interprétation de l’inspecteur Maigret, rôle qu’il avait déjà tenu à deux reprises dans les années 50. Surtout, Gabin se rapproche de la nouvelle génération avec Un Singe en hiver, tourné auprès du jeune Jean-Paul Belmondo, Mélodie en sous-sol avec Alain Delon, acteur qu’il retrouve ainsi que Lino Ventura pour Le Clan des Siciliens (1969).

Approchant des 70 ans, Jean Gabin choisit de plus en plus ses rôles, jusqu’à la caricature. Ainsi, ses prestations dans La Horse (1970) ou dans L’ Affaire Dominici (1973), consolident encore son personnage de patriarche têtu. C’est plutôt avec Le Chat (1970) de Pierre Granier-Deferre, qu’il montre son talent intact et Deux hommes dans la ville, pour lequel il retrouve Alain Delon. En 1974, il enregistre une chanson, Je sais, sur des paroles de Jean-Loup Dabadie, qui se classe honnêtement dans les ventes de l’année. Son dernier film, L’ Année sainte (1976), réalisé par Jean Girault avec Jean-Claude Brialy est un échec. Le 15 novembre de la même année, Jean Gabin s’éteint, et avec lui, une figure mythique du cinéma français.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Allociné, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.