Hans Christian Andersen, romancier, dramaturge, conteur et poète.

Hans Christian Andersen (Odense, 2 avril 1805 – Copenhague, 4 août 1875) est un romancier, dramaturge, conteur et poète danois, célèbre pour ses nouvelles et ses « contes de fées ».

Longtemps ignoré ou tourné en dérision dans son pays, où l’on a raillé son égocentrisme1, il n’est reconnu tout d’abord qu’à l’étranger : en Angleterre où il rencontre Charles Dickens et où il devient « le dandy de la saison », en Allemagne où il se lie avec Chamisso1, en France où il se lie avec Heinrich Heine, Honoré de Balzac et Alphonse de Lamartine chez Virginie Ancelot.

Ses nombreux voyages (Turquie, Italie, Suisse, Espagne) lui inspirent des récits qui constituent la meilleure partie de son œuvre, après les contes. Mais ses compatriotes lui reprochent justement de parcourir le monde uniquement pour y trouver la célébrité, et ses récits sont mieux accueillis en Allemagne, où le roi lui décerne l’ordre de l’Aigle rouge en 1846, et dans d’autres pays d’Europe. Andersen a un talent particulier pour se faire des amis à l’étranger, ce qu’aucun autre écrivain scandinave ne réussit à faire. Alexandre Dumas l’appelle « le bon, l’aimable poète danois ».

Andersen, carte maximum, Bulgarie, 1955.

Bien que ses romans et pièces de théâtres n’aient pas connu le succès qu’il souhaitait, Andersen a tout de même été apprécié et reconnu de son vivant dans son pays grâce à ses contes pour enfants traduits et appréciés dans le monde entier, mais aussi grâce à sa personnalité étrange et attachante.

En décembre 1860, il est reçu par le roi Christian IX de Danemark à Copenhague comme un membre de la famille et devient le conteur de ses enfants. Il est alors le plus célèbre de tous les Danois vivants. Andersen goûte avec délectation cette revanche sur sa vie d’enfant pauvre et méprisé. « Ma vie est un beau conte de fées, riche et heureux », ainsi commence sa dernière autobiographie (Mit Livs Eventyr) destinée à être lue du monde entier et dans laquelle il déclare voir sa vie sous un angle romanesque. Le comportement anthropomorphique d’animaux dans certains de ses contes ramène à une parabole autobiographique, tel Le Vilain Petit Canard où l’on reconnaît les tribulations d’Andersen avant sa « transformation » en cygne.

La première publication complète de ses œuvres à Leipzig en 1848 comprend cinq volumes, à laquelle se sont rajoutés les 34 volumes de celle de 1868.


Après des études qui lui paraissent interminables, Andersen rencontre le poète et auteur dramatique Johan Ludvig Heiberg qui fait à l’époque la pluie et le beau temps dans les milieux littéraires. Il s’intéresse au jeune homme et fait paraître quelques-uns de ses poèmes dans son journal Kjoebenhavns flyvende Post (Kjøbenhavnsposten) en 1827 et 1828. Andersen a aussi écrit le poème : L’Enfant mourant que le poète Ludolph Schley a traduit en allemand à Elseneur. Le texte paraît d’abord sans signature dans un journal allemand, puis avec le nom d’Andersen dans le journal d’Heiberg en 1828.

Déjà très observateur, Andersen profite des trajets qu’il doit faire jusqu’à Christianshavn, dans l’île d’Amager, où il prend des cours chez le professeur Müller, pour écrire son premier récit de voyage : Voyage à pied à Amager publié dans le journal de Heiberg en 1828. Ce voyage parfois intitulé « Voyage à pied du canal de Holmen à la pointe Est d’Amager » correspond approximativement à un voyage depuis la place Saint-Michel jusqu’au bois de Boulogne. Le titre exact est « Promenade du canal de Holmen à la pointe orientale d’Amager » (Fodrejse fra Holmens Canal til Østpynten af Amager9) orthographié également Fodreise fra Holmens Canal til Østpynten afAmager.

Un éditeur lui offre l’année suivante de publier ce voyage, mais Andersen refuse, et il publie son texte à compte d’auteur. L’affaire se révèle un grand succès puisque les exemplaires se vendent aussitôt. Récit baroque dans le style de E.T.A. Hoffmann qu’Andersen admire, il y met en scène un personnage monstrueux dans lequel on reconnait le directeur de l’école de Slagelse qu’il avait détesté.

Andersen, carnet de timbres, Danemark.

« Il y a aussi une allusion indirecte à Meisling, à un moment donné, le poète rencontre le diable sous l’apparence d’un maître d’école : il avait l’air horrible, ses cheveux hirsutes encadraient un visage violacé, ses yeux avaient un éclat verdâtre et toute sa personne attestait qu’il avait singulièrement besoin de prendre un bain. »
Encouragé par ce succès, Andersen rédige un vaudeville : L’Amour dans la Tour Saint-Nicolas qui est sifflé et ne reste à l’affiche que trois jours. Le théâtre sera presque toujours un échec pour l’écrivain.

En 1829 il obtient un succès considérable avec son premier récit d’Un voyage à pied depuis le canal Holmen jusqu’au point d’Amager, et malgré l’échec de sa farce il commence à avoir une certaine notoriété au moment où ses amis commençaient à désespérer de lui et de ses excentricités.

Andersen publie encore un recueil de poèmes sous le titre Digte en 1830, et travaille en même temps à l’écriture de Le Nain de Christian II, roman historique. Mais tout d’un coup, il tombe amoureux d’une jeune fille, Riborg Voigt (1805-1883), qui apprécie les écrits du jeune auteur, mais qui malheureusement a déjà un fiancé, et il laisse tomber son roman historique pour se lancer dans l’écriture de nouveaux poèmes un peu mélodramatiques. Il publie en 1831 Les Mélodies du cœur, puis encore Fantaisies et esquisses la même année.

Selon Helge Topsøe-Jensen, Andersen aurait exagéré les persécutions dont il était victime dans le monde littéraire. Dans la période 1830-1833, il est beaucoup plus estimé par le public qu’il ne le dit dans ses autobiographies, même s’il subit effectivement des attaques. Johannes Carsten Hauch le représente au théâtre sous les traits de Pierrot. Il subit aussi de vives attaques de la part du poète Jens Immanuel Baggesen.

Mais il reconnaît lui-même qu’il est trop susceptible et qu’il a besoin de prendre du recul. Il se lance alors dans son premier grand voyage : Hambourg, Brunswick, les montagnes du Harz, Dresde, Leipzig et Berlin. Ce qui fournira le sujet d’un récit de voyage Skyggebilleder publié en 1831. La production d’Andersen devient alors très abondante si l’on excepte le roman historique qu’il ne terminera jamais. En 1832, il publie un nouveau recueil de poésies Les Douze mois et l’année suivante Poésies complètes, (1833).

À cette époque, Andersen est considéré comme membre de la famille Collin, Jonas Collin lui servant de père, son fils Edvard, tenant lieu de frère raisonnable. Il tomba amoureux du fils Collin, mais celui-ci fut dans l’incapacité de lui rendre son amour. Alors graduellement Andersen tombe amoureux de la fille cadette de Collin, Louise, qui devient une jeune fille39. Heureusement, l’écrivain a pris le goût des voyages, ce qui le détourne de problèmes sentimentaux.

En 1833, il passe douze jours en Allemagne. Il rend visite au compositeur Ludwig Spohr et à Francfort, il se rend au ghetto juif, dans la rue-même où vit la vieille mère des riches Rothschild. Elle refuse de quitter ces lieux par superstition, elle pense qu’il arrivera malheur à ses fils si elle abandonne sa demeure d’origine. L’un d’eux vit d’ailleurs non loin de là, dans une grande maison, avec valet de pied à l’entrée. Andersen utilise le thème des Rothschild pour son Livre d’images sans images.

Le 10 mai, l’écrivain danois est à Paris, ville décevante au premier abord, mais qui le séduit bientôt quand le soleil brille et que l’on fête le troisième anniversaire de la Révolution de Juillet. Il y rencontre le tout-Paris littéraire, mais aussi le compositeur Luigi Cherubini et Heinrich Heine qui aura tant d’influence sur ses écrits. Il quitte bientôt Paris pour un périple en Suisse, dans le Jura (Le Locle) où il écrit un nouveau poème dramatique Agnès et le Triton, peu apprécié de Jonas et d’Edvard Collin qui lui en font la remarque. Andersen, très fâché, répond :« La critique d’Edvard de la première partie d’Agnès et la vôtre, au sujet de la forme négligée, sont les seuls mots que j’ai entendus si loin de chez moi sur une œuvre dans laquelle j’ai mis de grands espoirs et une grande joie, aussi vos propos m’ont affecté profondément. »

Mais déjà Andersen est reparti pour l’Italie. Il en revient ébloui et publie ses impressions sous forme d’un roman : L’Improvisateur (1834-1835), deux volumes écrits sous l’influence de Germaine de Staël. Ce roman va lui apporter une gloire internationale, avec des traductions en français, anglais, russe, suédois, néerlandais etc.

L’année suivante (1835) il donne la deuxième livraison de ses contes de fées, puis la troisième en 1837, et le Livre d’images sans images en 1839.

La critique danoise est aussi agressive qu’anonyme pour les contes auxquels elle reproche tout et n’importe quoi. Des articles négatifs paraissent non signés :

 « Nul ne peut raisonnablement prétendre que le respect de la vie chez un enfant est encouragé par la lecture d’épisodes comme Grand Claus tuant sa grand-mère et Petit Claus le tuant. Cela est raconté comme s’il s’agissait d’un taureau frappé sur la tête. L’histoire de La Princesse au petit pois frappe la critique comme étant non seulement indélicate, mais parfaitement impardonnable. »

On lui préfère les contes moralisateurs de Christian Frederik Molbech, très en vue. Même son ami Johannes Carsten Hauch, quoique bienveillant sur La Princesse au petit pois, dénigre Le Briquet de façon incompréhensible. Selon P.G. La Chesnais « Inspiré du conte des Mille et Une Nuits et du personnage d’Aladin, Andersen aurait ainsi exprimé son sentiment de triomphe après avoir achevé L’Improvisateur. » Pourtant, malgré les réticences de ses compatriotes, ces contes allaient connaître, deux ans plus tard, le succès fulgurant que l’on sait, avec une première traduction illustrée en Allemagne, puis dans le monde entier.

Dans ces années-là, Andersen continue à voyager, à écrire des récits, et alimente encore la série des contes de fées régulièrement. En 1843, il est à Paris, fêté par les meilleures plumes françaises, les sculpteurs (David d’Angers), les artistes, les peintres. C’est d’ailleurs là qu’il fête son anniversaire, personne au pays n’a pensé à le lui souhaiter, ce qui le rend fou de rage.

Pendant l’été 1844, Andersen est à Weimar dans la demeure de Freiherr von Beaulieu-Marconnay, grand chambellan du duc de Weimar, en 1846 il est chez le prince Radziwiłł. Mais ce qui le touche le plus, c’est qu’on lui remet cette année-là, dans son pays même, l’importante décoration du Dannebrog, ordre de chevalerie qui remonte au XIIe siècle.

Toutefois, il lui semble que les Collins n’ont pas pris la mesure de sa célébrité et que nul dans son pays n’est fier de lui50. Ce qui est totalement injuste comme il va le vérifier par la suite. Après une visite inoubliable en Grande-Bretagne (1847) et un accueil merveilleux, notamment de Charles Dickens, il est reçu au Danemark en héros. Malheureusement, le soulèvement du Schleswig-Holstein (qui aboutira à la guerre des Duchés en 1864) assombrit son bonheur. Lors de sa deuxième visite en Grande-Bretagne en 1857, il essaie d’attirer l’attention de ses amis anglais sur le sort de son pays attaqué. Mais il se voit répondre que le Danemark est fort capable de se défendre seul.

Du coup, Andersen reprend ses pérégrinations, ses récits : d’abord en Suède, puis en Espagne, et de nouveau à Paris pour l’exposition universelle de 1867. Et il poursuit l’écriture de ses contes, jusqu’en 1872.

Le 6 décembre 1867, il avait été nommé citoyen d’honneur de la ville d’Odense55, ce qui dépasse de loin tous les honneurs dont il a été couvert à l’étranger. Il estime que cette récompense est la plus honorable et la plus diverse. Dans ses Mémoires, il écrit en 1875 :

« J’ai été deux fois à Paris… J’ai été fait conseiller d’État et à Odense, j’ai reçu un hommage qui est parmi les plus rares que ce monde puisse offrir à quiconque. »

Les hommages dans son pays se succèdent ainsi jusqu’à sa mort. Dès 1868, le jeune critique littéraire Georg Brandes vient lui rendre visite et s’intéresse à ses travaux. Rasmus Nielsen (1809-1884), un des enseignants les plus importants de l’Université de Copenhague, commence une série de conférences sur ses contes de fées en 1869.

Andersen est maintenant l’homme le plus fêté et le plus choyé du Danemark. Le 6 septembre 1869, qui correspond approximativement au cinquantième anniversaire de son arrivée dans la capitale, ses amis organisent un banquet de deux cent quarante quatre couverts en son honneur. Les voyages lui conviennent moins car il se sent mieux chez lui. Au mois d’octobre de cette même année, il va jusqu’à Toulon, et Nice, mais il écrit qu’il ne s’embarquera plus jamais seul désormais. Le globe-trotter est fatigué. En 1870, il écrit ce qui devrait être son dernier roman : Peer Le Chanceux. Il termine son manuscrit au moment où la Guerre franco-allemande (1870) éclate en France. Andersen écrit dans son journal :

« 15 octobre,- La guerre en France me bouleverse, je souffre d’idées fixes qui me rendent fou ; les horreurs qui se déroulent en France sont perpétuellement devant mes yeux comme si je les vivais moi-même : je vois des baïonnettes qui me percent, des flammes sur la ville, mes amis qui meurent, ou bien je rêve qu’on m’emprisonne. »

Le 31 décembre 1870 il écrit :

« L’horrible année 1870, pleine de sang60. »

Andersen se fait maintenant tirer l’oreille pour se déplacer. Il refuse d’abord un voyage en Norvège en 1871, puis il accepte à contrecœur.

Heureux chez lui, Andersen ne vit pourtant pas dans l’aisance, malgré sa notoriété internationale. Les éditeurs étrangers ne lui versent pas d’argent puisqu’il n’y a pas d’accord international sur les droits d’auteur. Andersen n’est payé que s’il publie son manuscrit directement dans un pays, avant d’être édité au Danemark. Ainsi en 1872, lorsque paraît un volume de treize nouveaux contes, huit d’entre eux sont déjà parus aux États-Unis. On y trouve notamment Le Grand serpent de mer, une fantaisie inspirée du câble télégraphique qui relie l’Europe à L’Amérique.

En novembre de la même année, il publie ses quatre derniers contes : L’histoire de la vieille Jeanne (ou Ce que racontait la vieille Jeanne), La Clef de la porte (La Clef du portail), L’Infirme (ou l’Éclopé) et Tante Rage-de-dents (ou Tante Pal-de-dents). Andersen ne voyage plus seul désormais. Il refuse d’aller en Amérique. Mais il rend visite à Ibsen à Dresde, il va ensuite à Vienne, puis à Venise, et il tombe malade pendant l’hiver 1873 auquel il pense qu’il ne survivra pas.

Pourtant en mai, il entreprend son dernier voyage en Allemagne et en Suisse en compagnie d’un jeune écrivain danois Nicolaj Boegh (Nicolaj Bøgh).

Il en revient perclus de douleurs. Et malgré le cadeau d’anniversaire du roi qui lui décerne un titre honorifique : Conseiller privé (Konferenceraad), l’écrivain tombe dans un état de mélancolie. De plus, le poète anglais Edmund Gosse, qui souhaite traduire à Londres les derniers contes d’Andersen, se voit opposer un refus catégorique de la part des éditeurs britanniques qui perdent trop d’argent avec la pratique de la contrefaçon, précisément parce que l’auteur est très populaire (à cette époque, plus un auteur était populaire plus grand était le nombre de contrefaçons).

Alors qu’il séjourne au manoir de Bregentved, chez le comte Helmuth Karl Bernhard von Moltke, Andersen reçoit une lettre d’une petite Américaine. Le pli contient un dollar et une coupure de presse où on lance un appel aux enfants d’Amérique pour aider le vieil écrivain à vivre correctement. On y explique que les droits d’auteur qu’on lui verse sont insuffisants. Andersen est très embarrassé, d’autant plus que l’Amérique est le seul pays qui le rémunère. Il cherche à arrêter cette collecte. Mais les lettres d’admiration pleuvent et c’est un véritable raz de marée qui est déclenché aux États-Unis en sa faveur. Andersen, très ému, en perd le sommeil : il veut expliquer qu’il n’est pas dans le besoin, mais ses amis lui conseillent d’attendre. Une souscription nationale est lancée en sa faveur67. Finalement l’auteur des contes de fée envoie un message au rédacteur en chef du Philadelphia Evening News pour dissiper le malentendu, mais l’opération dette des enfants a pris une telle ampleur que rien ne l’arrête. L’épisode se termine par un envoi à Andersen d’une somme de deux cents dollars accompagnée d’un luxueux ouvrage en deux volumes illustrés : Picturesque America.

En cette dernière année de sa vie, Andersen est contrarié par des tracasseries. Voulant imiter l’Amérique, le Danemark tente de lancer la même opération en faveur de l’écrivain. Mais ses ennemis s’empressent de tourner l’opération en dérision. Il y a aussi la collecte d’argent pour ériger sa statue, les ébauches du sculpteur August Saabye qui ne lui conviennent pas.

Son seul plaisir est d’être invité régulièrement à la table de la famille royale avec les enfants du roi. Le vieil homme est épuisé, il tombe malade le 22 mai, et il ne se relèvera pas, victime “d’un cancer du foie”. Le 4 août 1875, sa fidèle amie Madame Melchior, qui a continué à tenir son journal sous sa dictée, écrit :

« À présent la lumière s’est éteinte. Quelle mort heureuse ! A 11h05, notre cher ami a rendu son dernier soupir. »

Andersen est enterré à Copenhague où il repose dans le cimetière Assistens.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipedia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.