Gustav Mahler, compositeur, chef d’orchestre et pianiste.

Gustav Mahler, né à Kaliště dans l’Empire d’Autriche le 7 juillet 1860 et mort à Vienne le 18 mai 1911, est un compositeur, chef d’orchestre et pianiste autrichien.

Plus célèbre en son temps comme chef d’orchestre, son nom reste attaché aujourd’hui à une œuvre de compositeur dont la dimension orchestrale et l’originalité musicale jettent un pont entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Il est l’auteur de dix symphonies (la réduction d’orchestre de la dernière est complète, mais son orchestration est inachevée) et de plusieurs cycles de lieder.


Gustav Malher, carte maximum, Autriche, 18/05/2010.

Gustav Mahler voit le jour le 7 juillet 1860 dans une famille juive du village de Kaliště en Bohême. Ses parents, Marie et Bernhard Mahler, de milieu modeste, sont aubergistes. À la fin de la même année, la famille s’établit dans la ville d’Iglau en Moravie, où Gustav passe son enfance au sein d’une fratrie de 14 enfants : Isidor (1858-1859), Ernst (1862-1875), Leopoldine (1863-1889), Karl (1864-1865), Rudolf (1865-1866), Alois (1867-1931), Justine (1868-1938), Arnold (1869-1871), Friedrich (1871-1871), Alfred (1872-1873), Otto (1873-1895), Emma (1875-1933) et Konrad (1879-1881).

Ses dons musicaux sont découverts très tôt. En 1875, il est admis au conservatoire puis à l’université de Vienne, où il étudie le piano avec Julius Epstein et partage la chambre d’Hans Rott. Il suit parallèlement des conférences données par Anton Bruckner à l’université de Vienne.

Dès sa jeunesse, le mysticisme catholique attire beaucoup Mahler alors que les rituels juifs le laisseront toujours indifférent. « Il aimait l’odeur de l’encens et les chants grégoriens et ne pouvait jamais passer devant une église sans y entrer ». Il se fait baptiser à Hambourg au début de 1897 mais la question juive le touche de près, notamment lorsque Cosima Wagner tente d’annuler son engagement à Vienne alors qu’elle révère et défend son mari. Selon le peintre et décorateur Alfred Roller, il ne cachera jamais son origine juive mais ne s’en vante pas particulièrement et, à la fin de son mandat à l’opéra de Vienne, il a certainement souffert de l’antisémitisme larvé ou déclaré d’une partie du public. Sa musique fut bannie sous le Troisième Reich. L’inspiration chrétienne se fait jour dans les Symphonies nº 2 et 8 alors que l’élément juif est plus difficile à cerner. « Je suis trois fois étranger sur la terre ! Comme natif de Bohême en Autriche, comme Autrichien en Allemagne, comme juif dans le monde entier », dit-il.

Dès 1886, sa vie sentimentale est orageuse. En novembre 1901, Gustav Mahler, alors directeur de l’opéra de Vienne et compositeur déjà célèbre, rencontre Alma Schindler (1879-1964), de dix-neuf ans sa cadette. Alma est la fille du peintre paysagiste Emil Schindler mort en 1892 ; sa mère s’est remariée avec le peintre Carl Moll, élève de Schindler. Issue d’un milieu cultivé et excellente pianiste, la jeune fille s’intéresse à l’art et étudie la composition avec Alexander von Zemlinsky, beau-frère et ancien professeur d’Arnold Schönberg. Fasciné par sa beauté et son indépendance d’esprit, Mahler l’épouse le 9 mars 1902 à Vienne, veille du jour où sa sœur Justine (1868-1938) se marie avec le violoniste autrichien Arnold Rosé.

Elle métamorphose la vie du compositeur qui rencontre, grâce à elle, des artistes éminents comme le poète dramatique Gerhart Hauptmann, les peintres Gustav Klimt et Koloman Moser ou le chef de file de l’avant-garde musicale viennoise Arnold Schönberg, dont Mahler devient le défenseur et le protecteur. Souvent sacrifiée au travail d’un mari exigeant, Alma renonce à la composition pour partager la vie intellectuelle et sensible de cet époux qu’elle considère alors « comme l’homme le plus noble, le plus pur » qu’elle ait jamais connu. Deux filles naissent en 1902 et 1904, Maria et Anna. Le 5 juillet 1907, l’aînée, Maria, décède, emportée par la scarlatine. Une grave crise éclate dans le couple au cours de l’été 1910 lorsque Alma, lui

reprochant de ne pas faire son devoir d’époux, succombe au charme du jeune architecte Walter Gropius. Le divorce étant exclu, Mahler consulte Sigmund Freud avec lequel il effectue une discussion-promenade de quatre heures. L’entretien semble avoir été bénéfique au compositeur qui écrit à sa femme : « … Suis joyeux. Conversation intéressante… » Alma accompagne Mahler dans sa quatrième saison aux États-Unis et reste à ses côtés jusqu’à la fin de sa vie.

C’est durant sa dernière visite aux États-Unis, où il dirige l’orchestre philharmonique de New York, qu’il contracte une infection généralisée le 20 février 1911. Le 21 février 1911, il donne son dernier concert (programme de musique italienne). Gravement malade, il quitte New York pour être traité pendant une semaine à Paris par le professeur Chantemesse. Condamné, il demande à retourner à Vienne, où il décède d’une endocardite le 18 mai 1911 (à 50 ans), laissant inachevée sa Dixième symphonie (seul l’Adagio initial sera achevé). Le dernier mot qu’il prononce, un doigt levé dirigeant un orchestre invisible, est : « Mozart ! » adressé à Alma. Il est enterré dans la capitale autrichienne, au cimetière de Grinzing.

Une amie proche et dévouée, et sa compagne de longue date, l’altiste Natalie Bauer-Lechner, garda un journal intime qui dépeint une image unique de la vie personnelle, professionnelle et créatrice de Mahler. Elle enregistra dans son journal plusieurs des déclarations du compositeur sur la musique, la littérature, la philosophie et sa vie (y compris un aperçu exclusif de la structure, la forme et le contenu de sa troisième symphonie).

La première composition importante de Mahler, Das klagende Lied opus 1, qu’il présente au prix Beethoven en 1880 en tant qu’opéra, est un échec. Il la transforme ultérieurement en cantate. Ce revers l’incite à orienter sa carrière vers la direction orchestrale. Il débute à Bad Hall cette même année puis dirige à Ljubljana, Olomouc, Cassel et à l’opéra allemand de Prague où ses interprétations de Mozart, Beethoven et Wagner lui valent ses premiers triomphes.

En 1886, il est engagé à l’opéra de Leipzig comme assistant d’Arthur Nikisch. Après les Lieder eines fahrenden Gesellen, il compose sa Symphonie nº 1 et les Lieder aus « Des Knaben Wunderhorn » pendant ses vacances d’été à Steinbach-am-Attersee.

Nommé à l’Opéra royal de Budapest en 1888, il y crée sa Première Symphonie en 1889. L’exceptionnelle qualité de ses interprétations est à l’origine de l’enthousiasme de Johannes Brahms, pour qui « un tel niveau est inconcevable à Vienne ».

Nommé premier chef à l’opéra de Hambourg en 1891, il y reste jusqu’en 1897. C’est son premier poste de longue durée.

En 1897 Mahler, avec l’aide de Brahms et du critique Hanslick, devient directeur artistique du prestigieux opéra de Vienne (il s’est converti en partie pour pouvoir obtenir ce poste dont les juifs étaient alors exclus dans la pratique). Il y débute avec Lohengrin le 11 mai 1897.

Il passe les dix années suivantes à Vienne et y acquiert une réputation de perfectionniste. Une analyse de ses relations avec les membres de l’orchestre confirme chez Gustav Mahler une tendance à obtenir d’eux le meilleur, jusque dans les plus petits détails. On dit par ailleurs qu’il imposa au public l’obligation d’assister à la représentation des opéras en leur entier sans quitter sa place, ce qui laisse supposer que l’on pouvait ne pas suivre cette règle jusque-là. À la Wiener Hofoper, il s’impose dans les opéras de Mozart, Beethoven et Wagner, entre autres, mais ne dédaigne pas non plus les répertoires italien, français et russe et veille aussi à présenter des œuvres contemporaines. Pendant cette période, il alterne la direction pour neuf mois de l’année et la composition le reste du temps — principalement à Maiernigg, où il possède une petite maison sur le Wörthersee — il y compose ses symphonies de la deuxième à la huitième.

La même année (1907), il se découvre une maladie de cœur et perd son emploi à Vienne, après avoir défendu ses propres œuvres. Ce triple coup du sort, Mahler l’a involontairement anticipé quelques mois auparavant quand il compose le finale de sa sixième symphonie, ce finale comporte en effet, trois puissants et terribles coups de marteau censés symboliser trois coups du destin frappant fatalement un héros et le précipitant dans un gouffre de désespoir sans fond comme l’exprime la poignante fin de l’œuvre. Alors que sa quatrième symphonie a reçu un accueil assez favorable, il lui faut attendre 1910 pour rencontrer un vrai succès public avec la huitième symphonie à la création de laquelle assistent, le 12 septembre à Munich, les plus grands artistes et écrivains de l’époque, dont Thomas Mann.

Mahler, en butte à quelques attaques antisémites, reçoit une offre pour diriger le Metropolitan Opera à New York. Il y dirige la saison de 1908 mais est ensuite écarté au profit d’Arturo Toscanini. Il revient à New York l’année suivante pour y diriger l’orchestre philharmonique de New York. De cette période date l’achèvement de Das Lied von der Erde (Le Chant de la Terre) et de sa dernière symphonie achevée, la neuvième.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.