Errol Flynn, acteur.

Errol Flynn est un acteur australo-américain, né le 20 juin 1909 à Hobart en Tasmanie (Australie) et mort le 14 octobre 1959 à Vancouver (Canada).

Flynn s’est fait connaître principalement pour ses rôles dans les films d’aventure de Michael Curtiz, tels que Capitaine Blood (1935), Les Aventures de Robin des Bois (1938) ou L’Aigle des mers (1940), et de Raoul Walsh tels que La Charge fantastique (1941), Gentleman Jim (1942) ou Aventures en Birmanie (1945).

Marié à trois reprises, il est également célèbre pour son tempérament d’« homme à femmes », entretenant une image de séducteur prodigue tout au long de sa vie. Pour les hommes de sa génération, « l’amour à la Flynn » (expression originale : « In like Flynn ») était synonyme de succès amoureux. Il meurt à l’âge de cinquante ans, principalement en raison d’un excès d’alcool. Ayant tourné dans plus de soixante films, son nom est associé aux plus grandes stars de l’âge d’or d’Hollywood.


Fils du docteur Theodore Thomas Flynn (1883-1968), un biologiste et anthropologue irlandais renommé, professeur à la Queen’s  University de Belfast, et de Marrelle Young, de nationalité australienne, Errol Leslie Thomson Flynn naît le 20 juin 1909 à Hobart en Tasmanie, avant de passer ses premières années à Sydney. Enfant, une relation conflictuelle s’installe entre lui et sa mère qui le considérait comme « un diable en culotte courte ». Voulant échapper aux fessées, il s’enfuit à l’âge de 7 ans durant trois jours. Dans son autobiographie, Flynn dira « […] le principal souvenir que je garde de mon enfance, c’est celui de mes fesses meurtries.» D’une famille irlandaise originellement catholique puis anglicane, Errol Flynn vit toutefois dans une atmosphère agnostique imprégnée de vision scientifique et d’ouvrages darwiniens.

Adolescent turbulent — son père dira de lui : « Errol était un enfant intenable ; comme Huckleberry Finn, il remuait toujours dans sa tête des projets d’évasion » — il est à tel point féru d’océan qu’il s’embarque clandestinement dans le bateau de son grand-père marin, qui doit le ramener sur la terre ferme. À la suite de ces événements, il est mis en pension en Angleterre, au South-West London College, établissement « affreusement lugubre » selon ses dires. Bien que piètre élève, Flynn se démarque par ses talents sportifs : il s’illustre dans l’équipe de football ainsi qu’en gymnastique. Il se fait malgré tout exclure du collège à 15 ans et intègre grâce à la renommée scientifique de son père, le Colet Court de Londres duquel il se fait également renvoyer. Il retourne enfin en Australie pour être élève à la Northshore Sydney Grammar School dont il se fait exclure une fois de plus après une bagarre avec un autre élève malgré son titre de champion junior d’Australie de tennis obtenu à l’âge de 17 ans.

C’est au début de 1926 que, se retrouvant seul en Australie, il découvre les affres d’une vie qu’il définit comme « à la dure dans une grande ville». Il réussit à partir vers la Nouvelle-Guinée grâce à la vente d’une bague de fiançailles qu’il réservait à une certaine Naomi Dibbs et à un appoint financier de son oncle Oscar qui lui permettent de rejoindre Rabaul. De 1927 à 1932 (période qu’il appellera plus tard « les années du crocodile et du sabre »), il exerce divers métiers : inspecteur sanitaire du gouvernement, aide de camp, pêcheur à la dynamite, directeur d’une plantation de coprah et capitaine d’un bateau de transport. Il se lie d’amitié à cette occasion avec le producteur américain Joel Swartz qui lui demande de lui faire remonter le fleuve Sepik pour filmer les chasseurs de têtes qui le bordent. Cette équipe de tournage prétendument hollywoodienne est en réalité envoyée par le gouvernement australien pour espionner une région sujette à des troubles.

Au retour de l’expédition, début 1929, Errol est renvoyé de la plantation dans laquelle il travaillait toujours. Il abandonne bateau et compagne de l’époque pour l’ouest de la Nouvelle-Guinée : Salamaua. Première étape d’un périple à travers la jungle vers les zones aurifères d’Edey Creek. L’expédition est un fiasco. De retour à Salamaua, Flynn se fait trafiquant de plumes d’oiseaux, négrier, guide d’expédition… Il est arrêté pour le meurtre d’un indigène de la tribu des Garramuts ; assurant lui-même sa défense au cours du procès qui s’ensuit, il plaide la légitime défense et évite de justesse la prison grâce notamment au témoignage de Jack Ryan. Après cette dernière péripétie, il rentre à Sydney pour être soigné pendant plusieurs mois de la variole noire.

Il offre une seconde bague de fiançailles à Naomi Dibbs et trouve un emploi d’aide-vétérinaire dans une entreprise d’élevage de moutons. Mais son unique travail consiste à « castrer les moutons avec les dents » : outre le manque d’outils adéquats, cette technique s’avère en effet être la méthode la plus propre et la plus efficace. Il revend 2 000 livres sterling les terres aurifères qu’il possède toujours en Nouvelle-Guinée et achète le Sirocco, une « coquille de noix » qu’il utilisera pour rejoindre à nouveau la Nouvelle-Guinée et acquérir une plantation de tabac, mais l’entreprise périclite à nouveau. Désargenté, il est engagé comme correspondant au Sidney Bulletin. Il reçoit alors un télégramme du réalisateur et producteur australien Charles Chauvel qui lui propose un contrat d’acteur de 50 livres sterling dans son prochain film.

Le tournage de In the Wake of the Bounty, mis en scène par Charles Chauvel, a lieu en 1933 à Tahiti. Il relate la révolte du Bounty. Flynn y interprète Fletcher Christian, le meneur de la mutinerie contre le capitaine William Bligh. Par une coïncidence, il s’avère que Flynn est lui-même le descendant — du côté de sa mère — de Richmond Young, un marin qui avait fait partie de la mutinerie.

Il s’embarque peu après pour la Grande-Bretagne où il intègre la Northampton Repertory Company en tant que comédien sous le nom de Leslie Flynn. Selon Gerry Connelly dans Errol Flynn à Northampton, il joue au festival de Malvern en 1934, ainsi qu’à Glasgow et dans le West End de Londres. Grâce au film Murder at Monte Carlo, il est repéré par Irving Asher, le patron des studios de Teddington, qui le recommande à Jack Warner pour tourner à Hollywood.

The Case of the Curious Bride est le premier film américain tourné par Flynn, sous la direction de Michael Curtiz : il y interprète un mort. Flynn accède à la célébrité en 1935 grâce à son second film avec Curtiz Capitaine Blood, un peu par hasard : Robert Donat qui devait interpréter le rôle-titre étant déjà engagé au théâtre à Londres, le producteur Hal B. Wallis pense à Leslie Howard, jugé trop frêle, puis à Howard Brent pour finalement se rabattre sur Errol Flynn qui avait le physique nécessaire pour le rôle. Dans ce film, qui se déroule à la fin du XVIIe siècle, il incarne un jeune médecin coupable de trahison après avoir recueilli et soigné un rebelle. Flynn partage l’affiche, pour 300 dollars par semaine, avec une autre inconnue : Olivia de Havilland. Elle deviendra par la suite une de ses partenaires principales. Ils tourneront ensemble huit films :

  • Capitaine Blood (1935)
  • La Charge de la brigade légère (1936)
  • Les Aventures de Robin des Bois (1938)
  • Quatre au paradis (1938)
  • Les Conquérants (1939)
  • La Vie privée d’Élisabeth d’Angleterre (1939)
  • La Piste de Santa Fe (1940)
  • La Charge fantastique (1941)Le succès de Capitaine Blood relance l’intérêt pour les films d’aventures historiques. Errol Flynn passe alors une audition à la Metro-Goldwyn-Mayer pour le rôle de Roméo dans Roméo et Juliette de George Cukor mais le rôle échoit finalement à Leslie Howard. Flynn devient dès lors le spécialiste des films de cape et d’épée et d’aventures. Il tourne La Charge de la brigade légère en 1936, un film épique à gros budget (1 200 000 $, un record pour l’époque), d’après une libre adaptation du poème d’Alfred Tennyson, qui est selon Claude Aziza, « un des plus beaux morceaux de bravoure du cinéma hollywoodien d’avant-guerre ». En 1937, il tourne Le Prince et le Pauvre, tiré d’une histoire de Mark Twain et réalisé par William Keighley. C’est à ce rôle que Flynn devra son surnom de « Prince ». Dans La Lumière verte de Frank Borzage, il joue le rôle d’un assistant-chirurgien accusé à tort de la mort d’une patiente durant une opération. D’après Olivier Gamble, Errol Flynn est parfait par son calme, sa noblesse et son charme. Toujours en 1937, La Tornade de William Dieterle est un mélodrame colonial tiré de William Somerset Maugham et tourné dans les décors de La Charge de la brigade légère. Cette même année, en Espagne, une annonce de sa mort paraît.

En 1938, il remplace James Cagney, originellement prévu mais lassé d’attendre, dans le rôle de Robin des Bois pour Les Aventures de Robin des Bois. D’après Basile Courtel, ce film est « incontestablement un pur chef-d’œuvre et l’un des meilleurs films jamais réalisés à Hollywood ». Puis il enchaine avec Les Conquérants en 1939, un film inspiré des exploits de Wyatt Earp, peut-être considéré comme l’un des meilleurs westerns de l’époque, avec en prime, Errol Flynn « au sommet de sa forme ». En 1940, pour L’Aigle des mers, Michael Curtiz donne à Flynn comme partenaires Flora Robson et Brenda Marshall, « actrices un peu effacées, de façon à libérer l’acteur de toute pression et laisser libre cours à son fantastique abattage ». En 1942, Raoul Walsh lui donne l’occasion de jouer le boxeur James J. Corbett dans Gentleman Jim. Ce film de boxe est considéré comme un des meilleurs qui soient dans son genre. John Huston dira de lui : « S’il est un film que je n’ai jamais oublié, c’est bien Gentleman Jim, de Raoul Walsh. J’ai été champion de boxe dans ma jeunesse. »

L’Ange des ténèbres sorti en 1943 est un film Warner de propagande anti-nazi qui se déroule en Norvège dans lequel Flynn joue le rôle d’un résistant. En 1945, Flynn retrouve Raoul Walsh pour Aventures en Birmanie, un film sur le front asiatique de la Seconde guerre mondiale. « Un film où domine une impression d’authenticité quasi documentaire qui fait oublier les libertés prises avec la vérité historique » dixit Claude Beylie.

Il débute également le tournage des Aventures de Don Juan, toujours sous la direction de Raoul Walsh, mais pour cause de grêve, le projet est ajourné. Vincent Sherman en reprend les rênes et commence à tourner en octobre 1947. Le film connaît de nombreux problèmes dus aux absences répétées de Flynn et à son alcoolisme de plus en plus prononcé. Le film sort en 1949 et reçoit dans l’ensemble de bonnes critiques. Variety écrit : « Bon nombre de films de cape et d’épée ont récemment franchi les écrans. Les Aventures de Don Juan est à ranger parmi les meilleurs. »

En 1952, Flynn claque la porte de la Warner. « Qu’ils aillent se faire voir. Je vais aller en Italie tourner mes propres films. Je gagnerai une fortune et je montrerai à ces gars-là que je n’ai besoin ni d’eux ni de leur studio ». Cependant, les choses ne se passent pas aussi bien que prévu et, ruiné, il laisse son Guillaume Tell inachevé. L’abus d’alcool et de drogues le vieillissent prématurément bien que le public apprécie toujours ses films, tel Le Soleil se lève aussi (1957). Une femme marquée lui permet de jouer le rôle de John Barrymore, un grand ami de Flynn, également alcoolique.

En 1958, Errol Flynn tourne son dernier grand film : Les Racines du ciel, d’après le roman de Romain Gary. Sa rencontre avec le réalisateur John Huston est mouvementée : lors d’une soirée, ils en viennent aux mains au sujet de la qualité d’un comédien et se retrouvent tous deux à l’hôpital. Cette mésaventure instaure entre les deux hommes un respect mutuel. Le tournage en Afrique équatoriale française est éprouvant : Flynn se saoule tous les soirs et le lendemain doit prendre des excitants pour se remettre sur pied. Avec des températures de 50 °C à l’ombre, des épidémies de dysenterie amibienne et de malaria déciment l’équipe, excepté Flynn et Huston, les seuls à ne pas boire d’eau.

Errol Flynn meurt d’une crise cardiaque à l’âge de cinquante ans le 14 octobre 1959. Il est enterré au cimetière Forest Lawn Memorial Park à Glendale en Californie.

Errol Flynn est considéré par de nombreux critiques comme l’héritier de Douglas Fairbanks. Son autobiographie, Mes 400 coups (My Wicked, Wicked Ways en version originale), publiée quelques mois après sa mort, contient des anecdotes pleines d’humour sur Hollywood.

Plusieurs films en partie biographiques ont mis en scène Errol Flynn : My Wicked, Wicked Ways… The Legend of Errol Flynn, téléfilm américain de Don Taylor avec Duncan Regehr dans le rôle de Flynn en 1985 ; Without Walls: For One Night Only: Errol Flynn, téléfilm britannique de Jane Oliver avec Nathaniel Parker en 1994 et Flynn, film australo-américain de Frank Howson avec Guy Pearce en 1997. À noter que Jude Law a également interprété le rôle de Flynn dans Aviator de Martin Scorsese en 2004, un film sur le producteur Howard Hughes.

Fin 2005, un film intitulé In like Flynn, basé sur l’autobiographie de Flynn, Beam ends et racontant la jeunesse de l’acteur, a été envisagé par son petit-fils, l’acteur Luke Flynn, mais le projet a semble-t-il été repoussé, voire abandonné34.

En 2013, le film The Last of Robin Hood revient sur le scandale provoqué par sa liaison avec sa dernière compagne, Beverly Aadland, âgée de 15 ans au moment de leur rencontre.

Il a tourné douze films sous la direction de Michael Curtiz, et sept sous celle de Raoul Walsh.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.