Elisabeth de Hongrie, souveraine de Thuringe.

Élisabeth de Hongrie ou Élisabeth de Thuringe (Presbourg, 7 juillet 1207 – Marbourg, 17 novembre 1231) est une souveraine de Thuringe membre du Tiers-Ordre franciscain et reconnue sainte par l’Église catholique. Sa fête est fixée au 17 novembre. L’ordre Teutonique fait construire une église gothique destinée à recevoir ses reliques. Celles-ci attirent des foules nombreuses faisant de Marbourg un grand centre de pèlerinage de l’Occident chrétien.


Fille du roi André II de Hongrie (dynastie des Árpád) et de Gertrude d’Andechs-Meran (dynastie des Babenberg) (assassinée en 1234).

Fiancée à quatre ans et mariée à quatorze ans au landgrave Louis IV de Thuringe, elle a connaissance du mouvement fondé en Italie par François d’Assise auquel elle adhère du fond de son âme. Élisabeth de Hongrie vécut de 1211 à 1228 au château de Wartbourg auprès de son époux, de ses enfants et de sa belle-mère, la landgravine douairière Sophie de Bavière.

le couple est très uni et a trois enfants :

  • Hermann II (1222-1241), sans alliance ;
  • Sophie (1224-1275) épouse en 1240 Henri II, duc de Brabant et de Lothier (1207-1248) ;
  • Gertrude (1227-1297), née après la mort de son père, confiée à l’abbaye prémontrée d’Altenberg où elle devient religieuse puis abbesse. “Bienheureuse” de l’Église catholique.

Des franciscains allemands font découvrir à la jeune Landgravine l’esprit de François d’Assise et elle décide alors de renoncer à une vie de luxe et de frivolité pour se mettre au service des pauvres.

Sa piété la fait juger extravagante voire indigne par la cour et notamment sa belle-mère, la landgravine Sophie. Ainsi entrant dans une église, la jeune souveraine dépose sa couronne au pied de la croix; sa belle-mère la critique et lui fait remarquer publiquement que son attitude est indigne d’une princesse. Élisabeth lui rétorque qu’elle ne saurait porter une couronne d’or quand son Dieu porte une couronne d’épine.

Son époux meurt de la peste en 1227. Elle n’a que 20 ans mais refuse d’être remariée, sa belle-famille la chasse avec ses trois enfants. Son oncle, évêque, calme la famille. Les trois enfants seront élevés par la famille ducale.

Elle prend pour directeur spirituel Conrad de Marbourg. Celui-ci la traite sans ménagement, voire avec une cruauté à laquelle elle répond par une douceur exemplaire. Désormais elle consacre toute sa vie et son argent aux pauvres pour qui elle fait construire un hôpital.

Élisabeth s’inspire du Tiers-ordre franciscain récemment fondé par saint François d’Assise et lui apporte des aides. Durant les trois dernières années de sa vie, elle s’implique dans son hôpital avec d’autres femmes encouragées par sa dévotion à l’image d’une petite communauté religieuse.

Elle meurt à 24 ans à Marbourg.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.