Bob et Bobette, héros de bande dessinée.

Bob et Bobette (en néerlandais : Suske en Wiske)n 1 est une série de bande dessinée belge de langue néerlandaise, créée par Willy Vandersteen en 1945 dans le quotidien De Nieuwe Standaard où elle paraît jusqu’en 1974.

Reprise à partir des années 1970 par Paul Geerts, puis Marc Verhaegen et actuellement Peter Van Gucht (scénario) et Luc Morjaeu (dessin), elle compte à ce jour 350 albums publiés, ce qui fait d’elle la bande dessinée la plus ancienne du Benelux toujours en cours de publication.

Elle est publiée en France dans le Journal de Tintin entre 1950 et 1958, éditée en album en France depuis 1951 par les éditions Erasmen puis, à partir de 1989, directement par l’éditeur belge Standaard.

Les histoires ont toujours été principalement de nature humoristique, souvent avec un ton moralisateur Elles comportent parfois un thème social plus ou moins actuel. Toutes sortes d’éléments du folklore (flamand et néerlandais), des contes de fées bien connus, des contes populaires, de l’histoire et de la mythologie forment souvent le point de départ d’une aventure.


Bob et Bobette, carte maximum, Belgique, 1987.

Vandersteen a commencé à l’hiver 1944-45 les premiers croquis de  l’histoire Ricky et Bobette. Il les a présenté aux directeurs de NV Standaard-Boekhandel, qui ont eux transmis une partie de l’histoire à la rédaction de De Nieuwe Standaard. Son éditeur, Tony Herbert a alors décidé de la publier1. Le 30 mars 1945, le tout premier épisode des Aventures de Ricky et Bobette est apparu dans De Nieuwe Standaard. Dans cette histoire sont présents tante Sidonie, Bobette et Ricky. L’histoire est sortie sous forme d’album dans les magasins en 1946, mais ce ne fût pas un succès immédiat; après deux ans, pas plus de 7 000 exemplaires avaient été vendus.

Le 19 décembre 1945, la première histoire de Bob et Bobette avec Bob, L’Île d’Amphoria, commence à être publié dans le journal. Cette histoire est sortie en janvier 1947 en tant que premier album de la série flamande en noir et blanc et a immédiatement été un succès2. Dans le dernier numéro du Petit Monde en 1947, le premier épisode de l’histoire Le Singe volant parût pour la première fois en français. Bob et Bobette s’appellent alors Riri et Miette. C’était leur première apparition en français.

Les histoires de Bob et Bobette sont rapidement devenues extrêmement populaires. Vandersteen procurait ses histoires d’un humour qui va des blagues absurdes aux comiques de répétition, des jeux de mots aux blagues que l’on retrouvait dans des livres de blagues. Parfois, les blagues étaient aussi littéralement citées. Surtout dans les premières années de la bande dessinée, Vandersteen faisait régulièrement référence à l’actualité, une formule qui fonctionnait bien sûr parfaitement dans les journaux de l’époque, mais qui devenait aussi rapidement obsolète une fois les histoires publiées sous forme d’album. De ce fait, cet humour a rapidement disparu de la série, bien que la bande dessinée ait toujours eu une nuance fortement critique sur le plan social.

Un autre facteur important pour le succès de la série Bob et Bobette était le talent de Vandersteen pour la narration. Il a imaginé des intrigues réveuses, imaginatives, excitantes et mystérieuses d’origines très différentes. La façon dont la bande dessinée est apparue dans les journaux lui a également permis d’utiliser largement le suspens, ce qui signifiait que les lecteurs attendaient toujours avec impatience la suite de l’histoire au jour le jour. Plusieurs histoires de la période où Vandersteen lui-même était le plus impliqué dans sa bande dessinée (des années 1940 aux années 1950) sont devenues de vrais classiques, comme L’Île d’Amphoria, Le Singe volant, La Dame en noir, Le Pot aux roses, Les Mousquetaires endiablés, etc.

En 1948, Hergé demande à Vandersteen de publier Bob et Bobette dans l’hebdomadaire Tintin. Après leur publication dans ce magazine, ces histoires ont été publiées dans la Série bleue. Jérôme, tante Sidonie et le professeur Barabas ne sont pas présents dans ces histoires. Cependant, le rôle de Lambique est devenu plus important; en fait, Lambique est devenu le troisième personnage principal. De plus, les personnages principaux ont subi une métamorphose; par exemple, Bob et Bobette ont l’air plus mature et Lambique a l’air beaucoup plus héroïque. L’obligation d’adapter le style de dessin au magazine Tintin a également influencé le travail ultérieur de Vandersteen.

En mars 1959, NV Standaard Boekhandel a fourni pour la première fois une nouvelle présentation des albums. Un cadre rouge a été ajoutée et les lettres du titre sur la couverture sont en jaune. L’arrière a également été renouvelé. Par conséquent, les 66 premiers albums ont été publiés en noir et blanc uniquement, ou avec une seule couleur d’accompagnement. La première histoire qui est immédiatement apparue dans cette série bicolore était Le Lit volant. Certaines des histoires publiées avant 1959 qui s’écartaient trop du nouveau style ont été repensées et republiées pour la première fois au cours de cette période, comme Le Rayon magique, Le Trésor de Fiskary, Les Chasseurs de fantôme et Les Mousquetaires endiablés4. Ces histoire auront donc reçues trois numéro d’albums différents puisqu’ils auront fait partie de 3 séries différentes. La nouvelle série est rapidement devenue la série rouge.

La série bicolore n’existe alors que depuis quelques années. Toutes les différentes séries dans lesquelles les histoires étaient apparues ont été fusionnées en 1967 en une série aussi uniforme que possible. Lorsque les histoires antérieures de cette série ont été republiées, tous les dessins de couverture ont également été renouvelés. La première nouvelle histoire qui est immédiatement apparue dans cette série en quadrichromie a été Le Jongleur du veau d’or. Par la suite, toutes les histoires publiées dans les journaux, qui jusque-là n’apparaissaient que dans la série incolore et / ou la série bicolore, ont été republiées dans la série en quadrichromie. L’Île d’Amphoria a été inclus dans la série en quadrichromie immédiatement après Le Jongleur du veau d’or, réédité comme première histoire, mais la renumérotation a complètement été aléatoire.

Les histoires qui ont été redessinées dans leur intégralité lors de la réédition de la série en quadrichromie comprennent L’Île d’Amphoria, Le Singe volant, Le roi boit, L’Oiseau blanc, Lambiorix roi des Éburons et La Frégate fracassante. Certaines histoires n’ont été coloriées que dans la série en quadrichromie sans aucune modification des dessins originaux, tels que Le Pot aux roses, La Dame en noir et Le Dompteur de taureaux.

Au début, Vandersteen s’occupait à la fois du scénario et des dessins et il a également encré les histoires lui-même. L’encrage serait la première tâche qu’il laisserait à quelqu’un d’autre. À la fin de L’Attrape-mites (1949), François-Joseph Herman reprend le stylo à encre. A partir de 1953, Karel Boumans s’implique de plus en plus dans l’encrage (d’abord dans Le Loup qui rit). Au cours de la série, cette tâche sera exécutée par diverses personnes, dont Eduard De Rop et ensuite Eric De Rop (père et fils). Ce dernier a rejoint Vandersteen en 1959. Les premières histoires de Bob et Bobette dans lesquelles De Rop a joué un rôle ont été Le Lit volant et Le Cheval d’or.

À partir des années 1960, Vandersteen s’est progressivement impliqué de moins en moins dans la création des histoires de Bob et Bobette, se concentrant sur la création d’autres bandes dessinées (comme Bessy et Le Chevalier rouge). Paul Geerts, alors âgé de 30 ans, rejoint le studio Vandersteen en 1967 en tant que nouvel employé. Au départ, Geerts ne s’occupait que de la production de la série Jérôme. En 1969, Vandersteen lui a demandé de traiter également Bob et Bobette. L’Aimable Cafetière a été la première histoire de la série à être encrée par Geerts, qui a succédé à De Rop. Au cours de cette période, Geerts a également repensé Le roi boit et L’Oiseau blanc, en vue de la réédition de ces histoires dans la série actuelle.

Le Joueur impénitent (1971) est la première histoire dont le scénario est entièrement de Paul Geerts, avec quelques adaptations mineures de Vandersteen. En 1972, Geerts a assumé la pleine responsabilité artistique finale pour Bob et Bobette, en tant que successeur de Vandersteen. Vandersteen a imposé des conditions strictes à la poursuite de la série par Geerts : l’esprit et la philosophie qui avaient toujours été derrière les histoires devaient rester les mêmes, les personnages principaux ne pouvaient pas changer et les histoires devraient toujours se terminer dans une atmosphère positive8. En 1971, Rita Bernaers a commencé à colorer les histoires.

Bob et Bobette, carnet, Belgique.

Malgré la cession à Geerts, Vandersteen lui-même est resté plus ou moins impliqué dans la série au cours des années suivantes. Il a également élaboré les scénarios de certaines histoires, comme Le Viking impétueux (1976), Le Petit Frère de Bretagne (1983), La Pluie acide(1985), La Licorne solitaire (1988) et enfin L’Outre volante (1988) Il a également fait les dessins pour les deux derniers albums et s’est occupé des croquis de La Pluie acide. Geerts était l’artiste des autres albums de cette liste. Ainsi, L’Outre volante est le dernier album auquel Vandersteen aura participé.

Lilianne Govers a rejoint le studio Vandersteen en 1980. Elle s’est occupée du lettrage des histoires de Bob et Bobette et d’une partie de l’encrage. En 1984, Eric de Rop – le fils du De Rop susmentionné – a commencé à travailler sur la série de bandes dessinées, et deux ans plus tard, il est devenu le nouvel encreur permanent. La première histoire qu’il a écrite était Les Bouleaux trembleurs, un album publicitaire qui n’est pas apparu dans la série régulière.

Vandersteen meurt en août 1990. Cependant, son nom est resté et restera sur tous les albums de Bob et Bobette, qu’il ait ou non contribué à l’histoire en question. Le nom de Geerts n’a été mentionné pour la première fois que dans L’Étoile diabolique (1988). Vandersteen a posé un certain nombre de conditions pour la poursuite de la série dans son testament. Par exemple, le sexe et les drogues restent tabous et aucun protagoniste n’est autorisé à disparaître. De plus, les personnages principaux ne devront pas changer ou devenir mauvais, pas plus qu’un certain nombre de situations existantes ne devraient changer; par exemple, Lambic et Sidonie ne devront jamais se marier.

Bob et Bobette, entier postal, Belgique.

Marc Verhaegen a rejoint le studio Vandersteen en 1988. À ce moment-là, il avait la tâche de faire une nouvelle qui pourrait servir de prologue à une publication publicitaire de Le Trésor de Beersel de la KBC. Cela devait également être fait dans le style de la Série bleue. Après avoir vu son histoire, Vandersteen et Geerts ont décidé d’embaucher Verhaegen.

La première réalisation de Verhaegen dans la série régulière a été l’élaboration des dessins de la bande 179/180 dans Le Miroir mirage (1989). Par la suite, Verhaegen a participé dans diverses nouvelles histoires. Au départ, sa contribution se limitait à l’élaboration des dessins. L’As du ballon (1990) était la première histoire dans laquelle Verhaegen a grandement participé, où il a fourni à la fois l’idée de base et les dessins. Le nombre standard de pages par album est aussi passé de 56 à 48. Dans La Carcasse de Carcassonne (1992), Verhaegen a assumé à la fois le scénario et les dessins.

Au cours des années 90, Verhaegen et Geerts se sont alternés pour travailler sur les albums. Quelques fois, ils ont également travaillé ensemble sur un album. Mais comme Geerts était toujours l’artiste officiel, le nom de Verhaegen n’a été mentionné dans les albums qu’à la fin de 2001. Ainsi, il était toujours inscrit « scénario et dessins : Paul Geerts », même s’il s’agissait d’une histoire de Verhaegen. Le dernier album entièrement réalisé par Geerts est L’Île interdite (1999). Enfin, en 2002, Geerts a officiellement passé le relais à Verhaegen, qui a déjà repris toutes les nouvelles histoires depuis la publication de Le Pays inondé (1999). Ce n’est que depuis la prise de contrôle officielle en 2002 que le nom de Verhaegen a été mentionné dans les albums au lieu de celui de Geerts. Dans Lambique nudiste (2001) Geerts et Verhaegen ont été mentionnés ensemble.

Bob et Bobette, duostamps, Belgique.

En 2005, Verhaegen a été mis de côté après un différend avec le studio Vandersteen. Celui-ci voulait incorporer Auschwitz comme thème principal d’une histoire, ce qui n’a pas plu au reste des collaborateurs. Le Fantasque Fantastique fut ainsi la dernière contribution de Verhaegen. En 2016, Geerts a révélé dans une interview que la collaboration avec Verhaegen avait souvent été très difficile.

Verhaegen n’étant plus impliqué dans la production des histoires, le travail est effectué en équipe par le lui-même[pas clair]. Peter Van Gucht en tant que scénariste principal et Luc Morjaeu sont à la tête de l’équipe de dessin. Van Gucht avait déjà fait ses preuves en tant que scénariste pour diverses nouvelles. Il a également fourni le scénario de Le Flûtiste farfelu, dont Verhaegen était toujours le dessinateur. Morjaeu, quant à lui, est arrivé au studio Vandersteen après le départ de Verhaegen. Cela a créé une équipe de dessinateurs dirigée par Morjaeu (avec Dirk Stallaert, Peter Quirijnen, Charel Cambré et Eric De Rop) et une équipe de scénaristes dirigée par Van Gucht (avec Bruno De Roover et Erik Meynen).

Les couvertures des albums ont de nouveau été radicalement renouvelées à l’été 2007. Le studio Vandersteen s’est distancié de la couverture rouge séculaire avec un dessin au milieu représentant le thème principal de l’histoire. Désormais, le dessin remplit tout le front. Cela a été fait pour la première fois lors de la sortie de l’album Le Grand Tarin taré. Pour permettre aux lecteurs de s’habituer au nouveau design, le studio a choisi un dossier qui a été glissé autour de l’album. Le dossier lui-même s’appelait La Magnifique Métamorphose et la couleur rouge traditionnelle y était toujours présente. En outre, les couvertures elles-mêmes de tous les albums individuels ont également été redessinées par Morjaeu dans le style de dessin désormais commun.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.