Avetik Issahakian, poète.

Avetik Issahakian, né le 31 octobre 1875 à Alexandropol et mort le 17 octobre 1957 à Erevan, est un poète arménien.


Avetik Issahakian naît en 1875 à Alexandropol, actuellement Gyumri. Il fait ses études primaires dans sa ville natale, suit les cours du lycée  d’Etchmiadzin, après quoi il se rend à l’étranger. Ainsi en 1897, il suit des cours de philologie et de philosophie à l’université de Zurich. Il est exilé de l’Empire russe dès 1911, et n’y rentrera qu’après la chute du régime tsariste.

Issahakian commence à écrire dès l’âge de douze ans. Son premier recueil : Vers et blessures, paru en 1898, le rend tout de suite populaire ; la publication d’Abou-Lala Mahari, en 1909, consacre sa réputation.

Fils de paysans arméniens, Issahakian pérégrine à travers le monde, il s’initie à toutes les religions et doctrines, aux croyances et aux sectes de Bouddha et de Confucius jusqu’au Christ et au Coran, de Lao-Tseu et Friedrich Nietzsche à Arthur Schopenhauer. Il est l’ami en France du poète-révolutionnaire Missak Manouchian. Il rentre en Arménie en 1936, sans pouvoir y achever son dernier roman, Maître Garo.

Sous le régime soviétique, il reçoit le prix Staline en 1946, pour les poèmes patriotiques écrits lors de la Seconde Guerre mondiale. Il est également décoré de l’ordre de Lénine, en 1945 et en 1955.

Avetik Issahakian meurt en 1957. Il est enterré au Panthéon Komitas d’Erevan.

Une bibliothèque à Erevan porte son nom.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.