Ville de Quimper (Finistère).

Quimper est une commune française de la région Bretagne située dans le nord-ouest de la France. La ville est le chef-lieu du département du Finistère, le siège du conseil départemental, ainsi que des deux cantons qui la composent. Elle est également la capitale traditionnelle de la Cornouaille, du Pays Glazik et du Pays de Cornouaille qui compte 331 300 habitants en 2009, le siège de l’intercommunalité de Quimper Bretagne occidentale qui compte 100 187 habitants en 2014, le siège de l’arrondissement de Quimper et enfin le siège du diocèse de Quimper et Léon. Ses habitants sont appelés les Quimpérois.

Autrefois très réduit, son territoire communal a été très agrandi à compter du 1er janvier 1960 par l’annexion des trois communes limitrophes de Kerfeunteun (3 216 hectares), Ergué-Armel (3 356 ha) et Penhars (1 502 ha). La commune de Quimper, avant 1960, couvrait 192 hectares, ce qui en faisait le moins vaste chef-lieu de département français. Avec 63 513 habitants en 2014, elle est la 80e commune de France, la 3e de la région Bretagne (après Rennes et Brest) et la 2e du Finistère en termes de population. Son unité urbaine est de 79 804 habitants en 2014 et son aire urbaine est de 126 730 habitants en 2014 soit la 2e aire urbaine après celle de Brest. La ville est traversée par quatre cours d’eau : l’Odet et ses trois principaux affluents, le Steïr, le Frout et le Jet.

La ville est classée ville d’art et d’histoire, elle a aussi obtenu deux autres récompenses, celle de l’obtention de quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris et de la note @@@@ par le label des villes Internet.

Selon des études, Quimper se classait en 2e position des villes françaises où il faisait bon vivre en 2017, 13e commune la moins pauvre de France en 2012 et 1re agglomération comprise entre 70 000 et 100 000 habitants où il fait bon d’entreprendre en 2016.


Le blocus continental mis en place par la Royal Navy en 1805 profite un temps au port de Quimper bien abrité au fond de sa ria et libre d’accès, car c’est surtout Brest qui est surveillée. Quelques corsaires font même un temps de Quimper leur port d’attache.

Au XIXe siècle, les fonctions administratives fuient Quimper, qui ne les réunira aux religieuses qu’à la fin du siècle, renforçant enfin le rôle de Quimper. L’augmentation lente de la population déborde peu à peu sur les communes voisines, car son territoire est exigu et les autres agglomérations très proches.

C’est aussi une ville garnison qui héberge le 118e régiment d’infanterie de ligne (dont le colonel Philippe Pétain fut au commandement en 1907 sous la Troisième République).

Auguste Romieu décrit ainsi la ville de Quimper en 1830 :

« Dans l’opinion des gens, Canton n’est guère moins éloigné de Paris que Quimper-Corentin. Or il y a du vrai dans cette croyance que j’ai partagée longtemps, quoiqu’à demi Bas-Breton. Je la partagerais encore tout entière si je n’eusse été envoyé dans ce pays, comme pour me convaincre par mes propres yeux que Quimper-Corentin est une ville raisonnablement garnie de gardes nationaux pleins de zèle, qu’on y compte une majorité de patriotes très éclairés, et que le Huron de Voltaire aurait peine à s’y reconnaître aujourd’hui »

Le 2 août 1858, l’empereur Napoléon III et sa femme l’impératrice Eugénie se rendirent à Quimper, la Bretagne étant massivement favorable au rétablissement de l’Empire. C’était la première fois que la ville accueillait un chef d’État français puisque la visite de Napoléon 1er en 1808 fut annulée. Pour l’occasion, un arc de triomphe fut dressé à l’entrée de la ville et son arrivée fut salué par 101 coups de canon. Au soir de sa visite, une grande fête fut organisée durant laquelle la Bretagne fut mise à l’honneur avec notamment des danses bretonnes. Le couple royal fut ravi de l’accueil et remercia la ville en finançant la construction d’un quai reliant la gare au centre-ville ainsi que le prolongement du chemin de halage.

L’arrivée du chemin de fer en 1863 prolongé ultérieurement jusqu’à Douarnenez et le développement du port pour l’exportation et l’importation de denrées agricoles augmente l’activité économique avec une accélération après 1880 du fait des progrès de la productivité agricole et d’une industrialisation réelle, quoique modérée, symbolisée par l’arrivée du gaz de houille produit et exploité par la compagnie Lebon qui installe des gazomètres sur le port.

Faience de Quimper (1990)

Celui-ci reste actif malgré la limitation en profondeur et en largeur d’un chenal étroit et soumis aux marées. Le port exporte des poteaux de mine à destination du Pays de Galles tandis que le charbon, le sable et le vin sont parmi les importations emblématiques.

Les jours de grande marée, les lougres, puis les goélettes et les sloops, plus tard les vapeurs, s’alignent le long des quais, du quartier du Cap Horn à la cale Saint-Jean. L’amélioration des communications permet les débuts du tourisme qui entraîne le développement des hôtels et des entreprises de transport. Quimper attire, par le charme de son site fluvio-maritime et de ses vieux quartiers. C’est aussi une plaque tournante pour l’accès aux stations balnéaires dont le succès s’affirme (notamment Bénodet et les petits ports de pêche du Cap Sizun et du Pays Bigouden).

Vignette de distributeur automatique (2013).

Un événement de taille se produit d’ailleurs le 11 septembre 1885, alors que trois trains spéciaux arrivant en gare de Quimper débarquent Buffalo Bill et les 800 hommes (dont « 100 braves Peaux Rouges », comme le dit l’affiche de l’époque) et les 500 chevaux du Wild West Show en tournée en Europe. La représentation qui attire « Des milliers et des milliers de spectateurs, venus de Quimper et des environs » a lieux au Champs de manœuvre : un terrain situé sur le Frugy, aujourd’hui complètement urbanisé.

Les industries agro-alimentaires deviennent pour longtemps un des piliers économiques (conserves de poisson, de légume et de fruits, confitures). Le textile et la mécanique légère, ainsi que la production de faïence contribuent aussi à une expansion importante dans la première moitié du XXe siècle.

Lors de la Première Guerre mondiale, 556 Quimpérois sont tombés au front. La ville a fait édifier un mémorial dans l’escalier d’honneur de la mairie où sont exposées les peintures de Charles Godeby qui représentent des scènes de bataille, Quimper était alors une ville de garnison (le 118e régiment d’infanterie y était basé).

La ville de Quimper fut prise par l’armée allemande le 19 juin 1940. Elle fut cinq jours plus tôt, le 14 juin 1940, la capitale de la France durant une journée comme ce fut le cas pour de nombreuses autres villes durant la Seconde Guerre mondiale.

Le 21 mai 1944, la gare de Quimper est mitraillée par des avions britanniques, l’usine à gaz est atteinte. Deux employés de la S.N.C.F. sont tués et deux autres blessés.

L’occupation allemande pèse sur une ville qui est le théâtre de hauts faits de la Résistance (première émission de radio clandestine vers la Grande-Bretagne, vol des dossiers du STO) et celle-ci sera assez forte pour harceler l’ennemi qui se retire à la nouvelle de l’arrivée des Alliés. Ainsi la ville fut libérée le 8 août 1944 après 1 509 jours d’occupation.

Quimper connut aussi des collaborateurs notoires, par exemple Yann Bricler, directeur des “Biscuiteries de Locmaria”, membre du Parti national breton, partisan d’une collaboration totale avec les Allemands, dénonça de nombreux résistants. Il fut assassiné par deux résistants du maquis FTP de Saint-Goazec à Locmaria le 4 septembre 1943. Il était le cousin d’Olier Mordrel et un proche de l’abbé Perrot.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands s’installèrent au lycée Le Likès, et occupèrent l’école Saint-Charles qu’ils utilisèrent comme prison où fut notamment enfermé Joseph Salaün, le directeur du Likès, avant d’être déporté70. On estime entre 2 000 et 3 000 le nombre de prisonniers passés par la prison Saint-Charles entre octobre 1943 et août 1944, dont plusieurs dizaines furent fusillés, en particulier entre le 21 avril et le début du mois de mai 1944 dans les dunes du Poulguen à Penmarc’h et le 15 mai 1944 dix-sept hommes dont 11 résistants du groupe Vengeance et deux déserteurs russes dans les dunes domaniales de Mousterlin en Fouesnant.

En 1960, Ergué-Armel, Kerfeunteun et Penhars fusionnent avec Quimper pour former le « Grand Quimper ». La ville devient ainsi une véritable agglomération et porte mieux le rôle de la préfecture du Finistère. Ce regroupement permet également le développement des moyens de transport comme des routes, des rocades ou des ponts, ainsi que les liaisons rapides comme l’avion grâce l’ouverture d’une ligne directe Quimper-Paris-Orly, du train par le TGV et par la voie express Brest-Nantes.

Si Brest est choisie en 1962 comme siège de l’Université de Bretagne occidentale (UBO), Quimper accueille finalement un IUT, un collège universitaire étendu en un pôle universitaire dépendant de l’UBO en 1998 et différentes formations supérieures, le tout concernant plus de 4 000 étudiants.

Le 2 février 1969, le Général de Gaulle prononce son dernier discours en tant que Président de la République française sur l’actuelle Place de la Résistance. Il annonce la tenue d’un référendum portant sur la régionalisation ainsi que le Plan routier breton visant à désenclaver la Bretagne par la création de voies express reliant les principales villes de la région entre elles.

L’habitat collectif est implanté par planification nationale à Penhars et Ergué-Armel, tandis que les hauteurs se couvrent de milliers de pavillons aux murs blancs et aux toits d’ardoise sombres.

De moins de 44 000 habitants avant 1960, Quimper passe à 64 700 en 2006, loin des 120 000 projetés en 1970, mais continuant à accueillir quelques centaines de nouveaux habitants chaque année.

De grandes zones industrielles à l’Est et à l’Ouest s’ajoutent à la zone de l’Hippodrome.

Le 1er janvier 2000, Quimper Communauté s’est transformée en communauté d’agglomération, tout en conservant ses limites territoriales. À cette date elle regroupait 7 agglomérations, avant de s’élargir d’une 8e ville, Locronan, en 2011. Cette communauté d’agglomération fusionne au 1er janvier 2017 avec la Communauté de communes du Pays Glazik et la commune de Quéménéven. Elle compte désormais 14 communes qui réunissent plus de 100 000 habitants.

En 2001 a été achevé un programme de rénovation du pavage complet dans la zone semi-piétonne, confortant l’image de ville touristique, qui est toujours classée « Ville d’art et d’histoire ». Le pôle agroalimentaire garde un socle d’activités solide à Kéradennec (centre Sud) et à Troyallac’h (sur la commune proche de Saint-Évarzec), malgré des baisses conjoncturelles et la construction immobilière reste florissante.

La zone d’activité de Créac’h-Gwenn accueille plus d’entreprises, certaines des activités de service de haute technologie, à Kerbabic, ainsi qu’une extension des installations universitaires. La création d’une base de loisirs nautiques sur l’Odet maritime et la municipalisation d’équipements sportifs privés en fait aussi un lieu de pratique sportive de loisir de masse.

L’équipe de basket-ball, UJAP Quimper, s’est hissée au niveau national, ainsi que celle de volley-ball.

La communauté d’agglomération de Quimper est desservie en haut et très haut débit par le réseau Hermineo. Plus de 90 km de fibre optique desservent les zones d’activités et services publics en très haut débit. Ce réseau assure également le dégroupage total des 11 centraux téléphoniques de l’agglomération. Enfin, le réseau Hermineo propose aux foyers situés en zones blanches une connexion haut débit Wimax et satellite.

Le développement urbain s’effectue principalement au nord de l’agglomération (entre l’avenue de Ti Pont et le boulevard urbain NO), ainsi qu’à l’ouest. La politique d’urbanisation prévoit la création de plusieurs écoquartiers. Une politique de ralentissement des vitesses de circulation en ville est aussi mise en œuvre par la création de « zones 30 ». Le développement de bus en site propre, l’augmentation de fréquences de passages sur les lignes principales et la création de parkings de dissuasion visent à limiter la circulation dans le centre-ville.

Sources : Ville de Quimper, Wikipédia.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.