Ville de New Delhi (Inde).

New Delhi (en hindi : नई दिल्ली, Naī Dillī), bien plus rarement Nouvelle-Delhi, est la capitale de l’Inde. Elle abrite les institutions politiques nationales du pays : le siège du gouvernement de l’Inde, celui du Parlement, les résidences du président, du vice-président, du Premier ministre, et le siège de la Cour suprême.

New Delhi constitue une municipalité de près de 250 000 habitants au sein du territoire de Delhi, dont elle est également la capitale et qui compte en tout 16,3 millions d’habitants.

New Delhi est une ville nouvelle créée au début du XXe siècle par la volonté des Britanniques de déplacer la capitale du Raj britannique, alors à Calcutta, vers une position plus centrale et symbolique. Sa construction a été  annoncée le 22 mars 1911 par George V lors du durbar1. La ville est construite par les architectes Edwin Lutyens et Herbert Baker et inaugurée le 13 février 1931 par le vice-roi lord Irwin.

Elle a été désignée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme la ville la plus polluée du monde en 2015.


Située dans le Nord de l’Inde, la capitale indienne se trouve à 238 km au nord-est de Jaipur, à 691 km au sud-est d’Islamabad, à 778 km au nord-est d’Ahmedabad, à 800 km à l’ouest de Kathmandou, à 1 151 km au nord-nord-est de Bombay, à 1 303 km à l’ouest-nord-ouest de Calcutta et à 6 588 km à l’est de Paris. New Delhi constitue une municipalité à l’intérieur du  territoire de Delhi. Bien qu’édifiée à proximité de la Yamuna, un affluent du Gange, la municipalité de New Delhi ne borde pas directement cette rivière. La plaine alluviale formée par la Yamuna abrite un sol fertile mais inondable. La capitale indienne se trouve à une altitude moyenne de 216 mètres.

Delhi a été la capitale de plusieurs empires indiens, notamment du sultanat de Delhi puis de l’Empire moghol (de 1649 à 1857). Au début des années 1900, la proposition est faite de transférer l’administration de l’Empire britannique des Indes de Calcutta, jugée trop excentrée, vers Delhi dont la position plus centrale rendrait l’administration de l’empire plus aisée.

Le 12 décembre 1911, pendant le durbar à Delhi, George V annonce le transfert de la capitale de l’Empire et pose la première pierre de la résidence du vice-roi à Coronation Park.

La nouvelle ville est conçue par les architectes britanniques Edwin Lutyens et Herbert Baker, comme un témoignage de la grandeur de l’Empire britannique.

Le Delhi Town Planning Commitee conçoit des plans pour la ville au nord et au sud de la vieille Delhi. L’axe central – aujourd’hui orienté est-ouest – devait à l’origine être un axe nord-sud, de la résidence du vice-roi à Paharganj. Finalement, en raison des contraintes d’espace et de la présence d’un grand nombre de sites historiques au nord, le comité choisit de construire la ville au sud. La colline Raisina est choisie comme lieu de la résidence du vice-roi (aujourd’hui, Rashtrapati Bhavan) car située à l’opposé de Purana Qila, le « vieux fort », site supposé d’Indraprastha, la capitale des Pandava. Rajpath, la « voie royale », est tracée à l’est de la résidence vers l’India Gate.

La construction ne débute réellement qu’après la Première Guerre mondiale. Une ligne de chemin de fer, l’Imperial Delhi Railway, est construite afin de transporter le matériel et les ouvriers pendant les vingt années du chantier, ainsi qu’une déviation pour la ligne Agra-Delhi, qui coupait alors le chantier au site prévu pour l’India Gate, et la gare de New Delhi, qui ouvre en 1926.

Les bâtiments du Secrétariat, qui abritent les ministères et flanquent la résidence du vice-roi au nord et au sud de Rajpath, et l’hôtel du Parlement sont conçus par Herbert Baker. En même temps est construite Connaught Place, un quartier commercial conçu par Robert Tor Russell.

La nouvelle capitale est officiellement inaugurée le 13 février 1931 par le vice-roi lord Irwin. Entre 1912 et l’inauguration, l’administration impériale est abritée dans un secrétariat temporaire dans le nord de Delhi. Les fonctionnaires sont logés dans de nouveaux quartiers autour de Gole Market à partir des années 1920. À partir des années 1940, de nouvelles résidences sont construites près des jardins Lodi.

Après l’Indépendance de l’Inde en 1947, New Delhi reçoit une autonomie limitée et est administrée par un commissaire en chef nommé par le gouvernement central. En 1956, elle est intégrée au  nouveau territoire de Delhi et le commissaire en chef est remplacé par un lieutenant-gouverneur.

Dans les années 1950, le ministère central des Travaux publics développe une large zone au sud-est de la New Delhi de Lutyens pour créer l’enclave diplomatique de Chanakyapuri, où des terrains sont alloués aux ambassades, hautes commissions et résidences des ambassadeurs.

En décembre 2019, au moins 43 ouvriers meurent dans l’incendie d’une usine.

En février 2020, dans le contexte des manifestations contre l’amendement de la loi sur la citoyenneté, des groupes de nationalistes hindous armés ont attaqué les quartiers à majorité musulmane de New Delhi, faisant 53 morts, des centaines de blessés et de mutilés, et incendiant des milliers de maisons. Le rôle de la police dans ces violences a été dénoncé par les organisations de défenses des droits de l’homme. Amnesty International a ainsi relevé dans un rapport « de graves violations des droits de l’homme », le passage à tabac de manifestants musulmans par les policiers, et la participation de ces derniers aux violences aux côtés des nationalistes hindous.

La majeure partie de New Delhi est une ville planifiée par l’architecte britannique Edwin Lutyens dans l’objectif d’en faire le centre administratif des Indes et un témoignage de la grandeur de l’Empire britannique.

Lutyens, aidé d’autres architectes, conçoit la ville autour de larges avenues construites pour accueillir les parades militaires. La ville est structurée autour de deux axes : le Rajpath (« voie royale ») qui relie Rashtrapati Bhavan à l’India Gate, d’ouest en est ; le Janpath (« voie du peuple »), de Connaught Place au Rajpath, du nord au sud. Lutyens a d’abord souhaité une ville à l’image de New York, avec des rues à angles droits, mais le plan de la ville suit finalement un schéma en triangle, avec des ronds-points, des haies et des allées d’arbres afin de prendre en compte les vents de poussière de la région.

Au cœur de New Delhi se trouve Rashtrapati Bhavan, l’ancienne résidence des vice-rois, sur la colline Raisina. Les bâtiments du Secrétariat, qui abrite des ministères du gouvernement de l’Inde, flanquent Rashtrapati Bhavan au nord et au sud du Rajpath. Sansad Bhavan, le bâtiment circulaire  du Parlement créé par Herbert Baker, est situé juste au nord-est de Rashtrapati Bhavan, sur Sansad Marg.

Au nord, Connaught Place est un large zone commerciale circulaire inspiré de Piccadilly Circus. Douze routes partent de Connaught Place, dont le Janpath.

Comme le plan de la ville, l’architecture de New Delhi a été choisie pour symboliser la puissance britannique, ce qui a influencé la prise en compte et l’application des symbologies et influences des architectures indiennes.

L’architecture de New Delhi est ainsi un mélange de styles britannique et indigène24, comme l’illustrent l’utilisation de grès beige et rose pour les nombreux bâtiments officiels et la construction de jardins d’inspiration moghole21. Pour Jack Cardiff, la nouvelle ville se devait d’être « ni sarrasine, ni britannique mais résolument indienne, retenant les motifs de la vieille ville, mais les dignifiant d’une nouvelle austérité. »

Parlement indien à New Dehli, carte maximum, Inde.

Outre les édifices datant de la construction de la ville par les Britanniques, New Delhi compte un riche patrimoine hérité des empires précédents. Le Qûtb Minâr, datant du xiie siècle, est par exemple le plus haut minaret d’Inde et le troisième plus haut au monde ; il fait partie du complexe de la mosquée Quwwat-ul-Islam datant du sultanat de Delhi. Le mausolée de Humayun (XVIe siècle) abrite la tombe de l’empereur moghol Humayun. Enfin, Jantar Mantar est observatoire astronomique construit au XIIIe siècle par le maharaja de Jaipur Jai Singh II.

Outre ces monuments, New Delhi compte également des édifices construit plus récemment. C’est notamment le cas de musées comme le Musée national ou le musée national d’Art moderne, mais également d’édifices liés à l’histoire récente de l’Inde : Gandhi Smriti, où le Mahatma Gandhi passa les derniers 144 jours de sa vie et où il fut assassiné le 30 janvier 1948, ou Teen Murti Bhavan, ancienne résidence du premier Premier ministre de l’Inde Jawaharlal Nehru et aujourd’hui un musée consacré à l’histoire du mouvement pour l’indépendance.

New Delhi abrite également le temple du Lotus, un des principaux temples de la religion bahá’íe.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.