Rosa Bonheur, peintre et sculptrice.

Rosalie Bonheur dite Rosa Bonheur, née le 16 mars 1822 à Bordeaux et morte le 25 mai 1899 à Thomery, est une peintre et sculptrice française, spécialisée dans la représentation animalière.


Après la mort de sa mère, Rosa Bonheur fréquente l’école élémentaire, puis est mise en apprentissage comme couturière, puis en pension. Son père finit par la prendre dans son atelier, où se révèlent ses aptitudes artistiques. Il sera son seul et unique professeur.

Il lui fait découvrir Félicité de La Mennais, qui prétendait que les animaux avaient une âme, ce dont elle reste convaincue toute sa vie, ainsi que les romans “champêtres” de George Sand. Les animaux deviennent alors sa spécialité, tant en peinture qu’en sculpture.

Elle expose pour la première fois, à 19 ans, au Salon de 1841. Elle obtient une médaille de 3e classe au Salon de 1845, et une médaille de 1re classe (or) au Salon de 1848 pour Bœufs et Taureaux, Race du Cantal. Cette récompense lui permet, d’obtenir, à 26 ans, une commande de l’État pour réaliser un tableau agraire (payé 3 000 francs).

Le tableau issu de cette commande d’État, le Labourage nivernais, devait rejoindre le musée des Beaux-Arts de Lyon. Mais au Salon de 1849, son succès est tel que la direction des Beaux-Arts décide de le conserver à Paris, au musée du Luxembourg. À la mort de Rosa Bonheur, l’œuvre entre au musée du Louvre, avant d’être transférée, en 1986, au musée d’Orsay.

Continuer la lecture de « Rosa Bonheur, peintre et sculptrice. »

Séraphine Louis, peintre.

Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis, née le 3 septembre 1864 à Arsy (Oise) et morte le 11 décembre 1942 à Villers-sous-Erquery dans ce même département, est une artiste peintre française dont l’œuvre est rattachée à l’art naïf et à l’art brut.


Séraphine Louis est née à Arsy, petite commune de l’Oise, située entre Compiègne et Clermont de l’Oise, le 3 septembre 1864.

Son père était manouvrier, mais également horloger itinérant et sa mère venait d’une famille de paysans. Elle perd sa mère le jour de son premier anniversaire, et son père, remarié, meurt alors qu’elle n’a pas tout à fait sept ans ; elle est alors recueillie par sa sœur aînée.

Selon Françoise Cloarec, auteure de l’une des biographies consacrées à l’artiste, la jeune Séraphine, scolarisée à l’école du village, « semble avoir été une élève attentive » avec une belle écriture et de bonnes dispositions pour le dessin. Devenue adulte, elle évoquera rarement son enfance.

Très jeune, Séraphine Louis travaille comme bergère. À l’âge de 14 ans elle est placée comme domestique à Compiègne. Puis, à partir de 1881, elle est domestique chez les sœurs de la Providence à Clermont (Oise). En 1901, elle commence à travailler comme femme de ménage dans des familles bourgeoises de Senlis.

Continuer la lecture de « Séraphine Louis, peintre. »

La boulangerie.

Une boulangerie est un type de commerce de détail de fabrication et de vente de pain, et qui propose éventuellement une gamme d’autres produits alimentaires (pâtisserie, viennoiserie, sandwichs, chocolat, confiserie, produits secs…). Elle est tenue par un boulanger et ses apprentis. Cette activité a été l’objet de bien des attentions de la part des gouvernés et gouvernants du fait de son importance dans l’alimentation. Son évolution est souvent significative de l’évolution de la société : urbanisation, impôts, réglementations, recherche scientifique, industrialisation, emprise du marketing, etc.


Durant l’Antiquité, en Égypte ou en Grèce par exemple, des ventes de pain sont constatées dans les marchés, ce qui prouve l’existence d’une activité boulangère. Avec la civilisation romaine, les notables romains s’attachent les services de boulangers grecs dans leur villa, l’importance du pétrissage est mise en exergue, un collège de meunerie-boulangerie est créé à Rome.

En Europe, la profession boulangère apparaît plus nettement en milieu urbain durant le VIIIe siècle, avec le renouveau des grandes cités et le développement de communautés religieuses. Les pétrins mécaniques n’existent pas bien entendu (bien qu’un pétrin actionné par un cheval ait été représenté quelques siècles plus tôt sur le tombeau d’un maître boulanger de Rome, Eurizaces), et le pétrissage du pain est astreignant, avec le plus souvent un ouvrier spécialisé sur cette seule tâche, le gindre ou geindre (issu de junior ou juvenis, le jeune apprenti), alors que le fournier est chargé de la cuisson.

Boulangerie, carte maximum, Suisse. Continuer la lecture de « La boulangerie. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.