L’ossuaire de Douaumont (Meuse).

L’ossuaire de Douaumont est un monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun de 1916, situé à la limite des communes de Douaumont-Vaux et Fleury-devant-Douaumont, à quelques kilomètres de Verdun, dans le département de la Meuse en région Grand Est.

L’ossuaire est conçu au lendemain de l’armistice de 1918 à l’initiative de Mgr Charles Ginisty, évêque de Verdun. Inauguré le 7 août 1932 par le président de la République, il abrite les restes de 130 000 soldats inconnus, Français et Allemands. Il est le lieu d’un des symboles de l’amitié franco-allemande : la poignée de main de François Mitterrand et Helmut Kohl le 22 septembre 1984. Il est classé aux monuments historiques le 2 mai 1996.

En face de l’ossuaire, la nécropole nationale de Douaumont rassemble 16 142 tombes de soldats français, majoritairement catholiques, dont un carré de 592 stèles de soldats musulmans. Le cimetière militaire contient également deux mémoriaux respectivement consacrés aux soldats de confessions juive et musulmane.


Ossuaire de Douaumont, carte maximum, 4/03/2006.

La bataille de Verdun se déroule du 21 février au 19 décembre 1916 et fait 700 000 victimes, françaises et allemandes, dont 300 000 morts.

Au lendemain de l’armistice de 1918, Mgr Charles Ginisty, évêque de Verdun, parcourt le champ de bataille jonché de cadavres. Avec le soutien du général Valantin, gouverneur de la place de Verdun, et de la princesse de Polignac, veuve de guerre, il décide d’édifier un ossuaire pour donner une sépulture décente à ces soldats et permettre à leur famille de se recueillir.

En 1919, une baraque en planches fait office d’ossuaire provisoire. Une association privée est créée et un comité présidé par Mgr Ginisty se met à la recherche de financements nécessaires à l’édification du monument définitif. De 1919 à 1932, l’évêque parcourt la France et le monde entier : 122 villes françaises et 18 villes étrangères font un don, tout comme le Canada en 1925 et les États-Unis en 1928. Un concours d’architecture est organisé pour imaginer le futur monument. Il est remporté en 1923 par un trio d’architectes : Léon Azéma (Premier Grand Prix de Rome 1921), Max Edrei et Jacques Hardy.

Les deux premières pierres sont posées le 22 août 1920 par le maréchal Pétain, président d’honneur du Comité de l’Ossuaire, et Mgr Ginisty. Les ingénieurs doutent de pouvoir assurer la stabilité du bâtiment. Pour le vérifier, ils réalisent une épure pierre par pierre du monument.

Le 17 septembre 1927, a lieu le transfert solennel de l’ossuaire provisoire à l’ossuaire définitif, encore en construction, des 52 cercueils représentant les secteurs de la bataille de Verdun.

Le 7 août 1932, l’ossuaire de Douaumont est inauguré par le président de la République Albert Lebrun, en présence de nombreux dignitaires français et étrangers, d’anciens combattants et des familles de soldats disparus.

Le 22 septembre 1984, le président français François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl y rendent ensemble hommage aux combattants tombés pendant la Première Guerre mondiale. Leur poignée de main est devenue l’un des symboles de l’amitié franco-allemande. Le même jour, une centaine de jeunes Français et Allemands plantent des érables sycomores en symbole de l’amitié entre les deux pays.

Le 2 mai 1996, l’ossuaire et la nécropole nationale sont classés monuments historiques.

Le 11 novembre 2008, les commémorations du 90e anniversaire de l’armistice de 1918 ont lieu à l’ossuaire. Sont présents le président français Nicolas Sarkozy, le prince Charles et son épouse Camilla, le grand-duc Henri de Luxembourg et son épouse María, le président du Bundesrat allemand Peter Müller, le président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso, et le président du Parlement européen Hans-Gert Pöttering. C’est la première cérémonie qui se fait sans survivant de la Grande Guerre, le dernier poilu étant mort quelques mois plus tôt.

De mars 2011 à mars 2014, le monument est complètement rénové en prévision des centenaires de la Première Guerre mondiale et de la bataille de Verdun. Le ravalement redonne sa blancheur au bâtiment, tandis que les croix blanches en béton des tombes des soldats sont remplacées par d’autres en quartz avec du ciment blanc. Le montant des travaux s’élève à 1,8 million d’euros. Le carré musulman avait déjà été rénové en 2009. Pendant les travaux, en mars 2012, l’ossuaire est profané, des individus ayant volé des ossements.

Le 9 février 2014, pour la première fois, le nom d’un soldat allemand, Peter Freundl, est ajouté aux noms des soldats français gravés sur la voûte de l’ossuaire. Le nom est dévoilé en même temps que celui d’un soldat français, Victor Manassy, après une messe célébrée dans la chapelle de l’ossuaire. La décision d’inscrire un Allemand est contestée par quelques personnes qui parlent d’un « sacrilège ».

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.