Le Tuba (instrument).

Le tuba est un instrument de musique appartenant à la famille des cuivres. Par la variété de ses tailles et de ses formes, il constitue une sous-famille des cuivres.

Le mot « tuba » provient du latin et désignait à l’époque romaine une grande trompette incurvée (tuba curva) utilisée dans le contexte militaire.

Le terme générique « tuba » englobe aujourd’hui une grande diversité d’instruments distincts, dont les caractéristiques sont sensiblement différentes en fonction de paramètres liés à une facture instable depuis les débuts.


L’invention du tuba découle de celle du piston, qui révolutionne la facture des instruments de la famille des cuivres au premier tiers du XIXe siècle. Vers 1835, Wieprecht, le directeur général des musiques militaires de Prusse, demande à l’ingénieur allemand Johann Gottfried Moritz de travailler à l’élaboration d’un cuivre grave à pistons qui pourrait avoir un timbre plus homogène et puissant que celui des ophicléides et bassons russes. D’autre part, un autre facteur, W. Schuster élabore entre 1830 et 1835 un tuba à trois barillets. De nombreux facteurs contribueront ensuite à l’évolution de l’instrument.

Parallèlement, Adolphe Sax travaille à améliorer le bugle, puis développe une gamme d’instruments, déclinée en sept tailles et tonalités différentes (du contrebasse en si bémol au sopranino en mi bémol), qu’il présente en 1844. Le succès de ses instruments est tel qu’ils sont connus sous le nom de « saxhorns », ou bugles/cuivres de Sax. Parallèlement aux saxhorns, Adolphe Sax a développé une autre famille d’instruments : les saxotrombas ou saxtrombas, tombés en désuétude, mais qui donneront aux gros cuivres leur forme oblongue moderne.

Gustave-Auguste Besson (1820-1874), autre facteur parisien important, délocalise son activité à Londres en 1858, à la suite de nombreux procès avec Sax. Outre-Manche, son entreprise prend une part majeure dans le développement des brass bands, où le saxhorn basse évolue vers l’euphonium.

Actuellement plusieurs dénominations s’entrecroisent. Cela génère une certaine confusion et une réelle difficulté à comprendre les différences entre les diverses formes d’instruments. De nombreuses variations de termes sont usitées selon l’origine géographique, historique ou le point de vue de l’utilisateur. Aucun système normalisé ne permet à ce jour de satisfaire le plus grand nombre.

Aujourd’hui, on fabrique des tubas en fa, mi bémol, ut et si bémol.

 

Le tuba est l’instrument le plus grave de la famille des cuivres, dont la tessiture varie en fonction de la longueur du tube. La sonorité varie en fonction de la géométrie globale, et notamment de la proportion de tube conique ou cylindrique par rapport à la longueur totale.

Pour modifier la hauteur des sons, comme sur les autres cuivres, le musicien (tubiste) fait vibrer ses lèvres en agissant sur divers paramètres : tension de l’appareil musculaire facial (zygomatique), quantité et vitesse de l’air expulsé, le tout en coordination avec les différentes combinaisons de doigtés. L’utilisation des 3, 4, 5, voire 6 pistons ou des systèmes rotatifs à palettes (de 3 à 6) permet de modifier la longueur du tube. Le tuba à six pistons a une tessiture théorique de 4 octaves, mais cela dépend des possibilités de chaque tubiste.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.