Jules Ferry, homme politique.

Jules Ferry, né le 5 avril 1832 à Saint-Dié (Vosges) et mort le 17 mars 1893 à Paris, est un homme d’État français.

Opposant à l’Empire, il est après la chute de celui-ci, en 1870, membre du gouvernement provisoire et, pour quelques mois, maire de Paris.

Plusieurs fois ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts entre 1879 et 1883, il est l’auteur des lois restaurant l’instruction obligatoire et gratuite. Ainsi vu comme le promoteur de « l’école publique laïque, gratuite et obligatoire », il a été considéré, plusieurs décennies après sa mort, comme un des pères fondateurs de l’identité républicaine.

Il est président du Conseil des ministres de 1880 à 1881 et de 1883 à 1885. Montrant un fort engagement pour l’expansion coloniale française, en particulier dans la péninsule indochinoise, il doit quitter la tête du gouvernement en raison de l’affaire du Tonkin.

Opposant actif au Second Empire, il connaît la notoriété en publiant en 1868 une série d’articles pamphlétaires humoristiques contre le préfet de la Seine Haussmann, fustigeant la gestion opaque du financement de ses travaux parisiens : Les Comptes fantastiques d’Haussmann.

Il est élu député républicain de la 6e circonscription de Paris en mai 1869.

Ennemi déclaré de l’Empire, républicain convaincu, Jules Ferry avait pris place au palais dans le groupe des opposants, avec Charles Floquet, Émile Durier, Ferdinand Hérold, Anne-Charles Hérisson, Jean-Jules Clamageran, Amaury Dréo, Clément Laurier, Léon Gambetta. Il est impliqué dans le fameux procès des Treize en 1864 ; avec Garnier-Pagès et Lazare Carnot, treize républicains, qui s’étaient réunis chez Garnier-Pagès peu avant des élections à Paris, sont arrêtés pour réunion non autorisée et condamnés à 500 francs d’amende.

Jules Ferry, carte maximum 26/09/1981.

Le 4 septembre 1870, il devient membre du gouvernement de la Défense nationale. Nommé maire de Paris le 15 novembre 1870, il a la charge, au demeurant quasi impossible, d’assurer le ravitaillement de la capitale assiégée par l’armée prussienne. Les restrictions alimentaires qu’il impose lui valent les surnoms de « Ferry-Famine » et « Ferry l’affameur ». Une commission mixte de l’enseignement est instaurée. Cette commission est composée de femmes et d’hommes compétents en matière d’instruction. Dans les rapports de cette commission, figure déjà l’affirmation de gratuité et d’obligation que l’on retrouve dans les lois scolaires promulguées sous son ministère.

Dès le premier jour de l’insurrection de la Commune de Paris, adversaire résolu des fédérés, il fuit la ville. Cependant, il conserve officiellement la fonction de maire jusqu’au 5 juin 1871.

Aux élections du 8 février 1871, il se fait élire représentant des Vosges à l’Assemblée nationale, siège qu’il conserve jusqu’en 1889. Il est chargé de négocier la frontière sur la ligne de crête vosgienne; intransigeant sur les principes, il ne lâche rien. C’est une expérience douloureuse, car les négociateurs dissèquent son arrondissement natal et l’Alsace, où avait vécu une partie de sa famille, rejoint désormais le Reich allemand.

Jules Ferry, chef de file de la majorité départementale, candidat républicain en face de Louis Joseph Buffet, est élu le 8 octobre 1871 conseiller général du Thillot. Le jeune vice-président du Conseil général suscite l’ire des autorités administratives. Adolphe Thiers décide, afin de le protéger, de l’éloigner des Vosges encore occupées par les troupes prussiennes, en l’envoyant à Athènes résoudre, avec rang d’ambassadeur, le différend entre les gouvernements grec, français et italien au sujet des mines du Laurion (1872–1873). À son retour en France, il devient l’un des chefs de l’opposition républicaine jusqu’à l’élection de Jules Grévy à la présidence.

Ministre de l’Instruction publique du 4 février 1879 au 23 septembre 1880 dans le cabinet Waddington, il attache son nom aux lois scolaires. Ses premières mesures sont :

–  création d’une École normale féminine à Sèvres et d’une agrégation féminine, le 9 août 1879 ;
– nomination de Ferdinand Buisson comme directeur de l’enseignement primaire en 1879 ;
– collation des grades universitaires retirée à l’enseignement privé (12 mars 1880) ;
– expulsion des congrégations religieuses non autorisées (29 mars 1880).

Président du Conseil du 23 septembre 1880 au 10 novembre 1881, il poursuit la mise en place des lois sur l’enseignement :

– extension aux jeunes filles du bénéfice de l’enseignement secondaire d’État (21 décembre 1880) ;
– enseignement primaire (6 à 13 ans) gratuit, laïque et obligatoire (16 juin 1881).

De nouveau ministre de l’Instruction du 31 janvier au 29 juillet 1882 (ministère Freycinet), il continue son œuvre scolaire, notamment avec la loi relative à l’obligation et à la laïcité de l’enseignement (28 mars 1882) ; cette loi est une suite logique de celle portant sur l’obligation scolaire ; c’est une obligation d’instruction et non de scolarisation.

Jules Ferry, carte maximum Saint-Dié, 17/03/1951.

Il est de nouveau président du Conseil du 21 février 1883 au 30 mars 1885, et ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts jusqu’au 20 novembre 1883, date à laquelle il est remplacé par Armand Fallières. Il rédige une lettre circulaire aux instituteurs, le 17 novembre 1883, trois jours avant de confier le ministère de l’Instruction à Fallières. Cette lettre contient par ailleurs des recommandations très importantes en matière d’éducation morale : elle incite les enseignants à respecter scrupuleusement l’autorité des parents, condition nécessaire pour « communiquer la sagesse du genre humain, […] une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité ».

Ferry, anticlérical mais pas antireligieux (s’opposant ainsi aux positions d’Émile Combes), ne souhaite pas dans un premier temps imposer un monopole en matière d’éducation ; il laisse subsister l’enseignement confessionnel, mais sa volonté de laïcisation fait qu’il est exécré par la presse cléricale qui l’appelle « Ferry sans Dieu ».

Alors que l’orthographe devient une discipline scolaire dans les écoles au cours du XIXe siècle, Jules Ferry et Ferdinand Buisson, qui rénovent ensemble le système éducatif à partir de 1880, tentent de lutter contre cette vague orthographique pour lui substituer un enseignement du français plus riche et vaste. En effet, après de la guerre de 1870, le niveau culturel des Français (en géographie, en histoire ou leurs connaissances des grands écrivains français) comparé à celui des Prussiens, est montré du doigt. Avec Jules Ferry, entre officiellement à l’école l’enseignement « de la langue française », qui fait la part belle à l’étude des grands auteurs français, l’explication de texte et la récitation de poésie, exercice jusqu’alors inconnu (arrêté du 27 juillet 1882). Avant, seuls les enseignements de l’orthographe et de la grammaire étaient prévus. Or le temps scolaire est limité et ce nouvel enseignement se fait au détriment de l’orthographe et de la grammaire. Jules Ferry et Ferdinand Buisson seront accusés de faire baisser le niveau d’orthographe des Français.

Jules Ferry, épreuve d’artiste.

Pour ce qui concerne l’éducation des jeunes filles, Jules Ferry pense qu’elle doit être spécifique afin d’être accordée à leur rôle social particulier. Il refuse pour cette raison la mixité scolaire. Tout en ne voyant aucune raison de douter de l’égalité d’aptitude intellectuelle entre les sexes, il n’en tire pas pour conclusion que les femmes doivent recevoir un enseignement identique à celui des hommes. Sa vision a notamment pour conséquence des cours en travail manuel très différents entre les filles (couture, cuisine) et les garçons (travail du bois). Le secondaire féminin créé par Camille Sée avec l’appui de Jules Ferry se distingue lui aussi nettement du secondaire masculin et privilégie un enseignement de lettres et de langues modernes.

Il échappe par deux fois, en 1883 et 1885, à des attentats perpétrés contre lui, le second par un déséquilibré partisan de Clemenceau, qui lui laisse une balle dans la poitrine. Cela le handicape jusqu’à sa mort d’une crise cardiaque au 1 rue Bayard, le 17 mars 1893.

Il est décidé de lui faire des funérailles nationales (loi du 20 mars 1893 débloquant un crédit de 20 000 francs), mais la famille refuse en raison de son hostilité à l’égard du gouvernement, estimant que Clemenceau, en particulier, a cherché par tous les moyens à discréditer Ferry ; on lui attribue ce cruel portrait de celui dont il renversa le gouvernement en mars 1885 :

« Pas un malhonnête homme, mais du point de vue de l’intelligence, en dessous du médiocre. Ces gens-là habituellement ont au moins la parole, ils n’expriment peut-être que du vent, mais ils l’expriment (…). Et si on en a fait un président du Conseil, c’est précisément parce qu’il n’était bon à rien ».

Des obsèques nationales ont cependant lieu le 22 mars dans la cour d’honneur du palais du Luxembourg puis un immense cortège conduit la dépouille de Ferry jusqu’à la gare de l’Est d’où un train spécial l’emmène vers les Vosges. Ferry y est inhumé le lendemain dans le caveau familial à Saint-Dié, selon son testament « en face de cette ligne bleue des Vosges d’où monte jusqu’à mon cœur fidèle la plainte touchante des vaincus ».

Source : Wikipédia.

 

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.