Clemens Holzmeister, architecte.

Clemens Holzmeister (né le 27 mars 1886 à Fulpmes et mort le 12 juin 1983 à Hallein) est un architecte autrichien. Il marqua notamment de son empreinte le quartier du Festival de Salzbourg et les bâtiments officiels d’Ankara, et fut recteur de l’Académie des beaux-arts de Vienne.


Clemens Holzmeister naît le 27 mars 1886 dans le village de Fulpmes, dans le Tyrol autrichien. En 1913, il épouse à Innsbruck Judith Bridarolli ; ils auront un fils, Guido, né en 1914, et une fille, l’actrice Judith Holzmeister, née en 1920.

Après des études à l’université technique de Vienne, qu’il termine par un doctorat en architecture en 1919, il devient professeur à l’École professionnelle d’État (Staatsgewerbeschule) d’Innsbruck.

Holzmeister, carte maximum, Autriche, 1986.

En 1924, ayant remporté un concours, il devient professeur à l’Académie des beaux-arts de Vienne, dont il dirige le département d’architecture.

À partir de 1927, il passe à l’invitation de Mehmet Hamadi Bey de nombreuses années à Ankara (Turquie), où il supervise la construction de bâtiments officiels.

Il est renvoyé de l’Académie lors de l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne en 1938, et ses journaux et documents sont saisis ; Holzmeister se trouvait alors en Turquie, où il reste en exil jusqu’en 1954. Il divorce en 1939 et épouse Gunda Lexer, qui lui donnera une fille, Barbara.

Il enseigne de 1940 à 1949 à l’université technique d’Istanbul, dont il sera fait docteur honoris causa en 1963. En 1947, il retourne à Ankara et vit dès lors entre l’Autriche et la Turquie ; il ne se réinstalle définitivement à Vienne qu’en 1954. De 1955 à 1957, il est recteur de l’Académie des Beaux-arts de Vienne.

Il reçoit le Grand prix d’État d’Autriche (Großer Österreichischer Staatspreis) en juin 1953 et la Décoration autrichienne des sciences et des arts (Österreichisches Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst) en 1957.

Il meurt en 1983, à l’âge de 97 ans, à Hallein, près de Salzbourg. Il est enterré au cimetière Saint-Pierre de Salzbourg.

Source : Wikipédia.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.