Bartolomé Esteban Murillo, peintre.

Bartolomé Esteban Murillo (Séville probablement le 31 décembre 1617 – Séville, le 3 avril 1682) est un peintre baroque espagnol du XVIIe siècle. Il est avec Diego Vélasquez, Francisco de Zurbarán et José de Ribera l’un des principaux représentants du Siècle d’or en peinture et le chef de file de l’école de Séville, second centre artistique de l’Espagne au XVIIe siècle après Madrid. Contrairement à ses prédécesseurs et contemporains andalous, il n’a jamais quitté Séville et n’a reçu aucune commande de la Cour d’Espagne.

Bien que l’essentiel de ses œuvres soient religieuses comme « la Vierge du Rosaire », il est très renommé pour ses peintures de genre, particulièrement des portraits de femmes et surtout d’enfants pauvres, tel le portrait du « jeune mendiant » conservé au Musée du Louvre, qui ont donné aux scènes de vie quotidiennes leur lettre de noblesse à l’âge baroque et ont fait sa renommée.


Murillo, carte maximum, Yemen, 27/09/1969.

Dernier d’une fratrie de quatorze enfants, Bartolomé naît à Séville en Andalousie. Sa date de naissance est généralement fixée au 31 décembre 1617 ; il est baptisé le 1er janvier 1618. Son père Gaspar Esteban est médecin, probablement chirurgien-barbier qui meurt le 25 juillet 1627. Sa mère, María Pérez Murillo, meurt à son tour l’année suivante, le 8 janvier 1628. Orphelin précoce, l’enfant est recueilli par un de ses beaux-frères, Juan Agustín Lagares, un riche chirurgien-barbier marié à sa sœur Ana.

Son tuteur le place en 1633, à l’âge de 15, ans en apprentissage chez Juan del Castillo (1584-1640), un modeste artiste italianisant qui lui enseigne la peinture. Il y subit l’influence du ténébrisme de l’Andalou Zurbarán dont il reprend au début les effets de clair-obscur. Il quitte Séville pour Cadix en 1639 et, plutôt que d’entrer dans un autre atelier comme beaucoup de jeunes apprentis soucieux de parfaire leur formation, il préfère rester indépendant et peint des toiles bon marché qui plaisent pourtant au public et révèlent un certain talent chez le jeune artiste. Puis, il rencontre vers 1640 un élève de van Dyck du nom de Pedro de Moya qui l’initie à la technique flamande.

Il se marie le 26 février 1645 avec Beatriz Barera avec laquelle il aura au moins cinq enfants (José Esteban, Francisco María, Gabriel, Gaspar Esteban, María).

Il effectue un séjour à Madrid, sa seule escapade hors de Séville, en 1642 ou deux années avant 1650, sous la protection de Vélasquez, dont le réalisme l’inspire, ou 1658. Il a eu probablement accès aux collections royales et aux œuvres de Ribera avec ses couleurs froides1 et son naturalisme caravagesque.

Dans les années 1650, il dirige un atelier avec de nombreux aides et apprentis puis fonde et préside en 1660 l’Académie des beaux-arts de Séville dont l’objectif principal est de compléter la formation des jeunes peintres, jugée insuffisante en dessin. En effet, les ateliers privilégient les aspects pratiques du métier et négligent les aspects théoriques et le dessin. Au sein de l’Académie, les peintres se réunissent tous les soirs à la Casa de la Lonja pour s’entraîner à peindre d’après des modèles vivants. Soutenue également par Herrera le jeune, l’Académie ferme pourtant à cause de problèmes financiers en 1674. Le chanoine Justino de Neve, avec qui il tisse des liens d’amitié, lui commande nombre d’œuvres pour les églises de Séville (dont la fameuse Immaculée Conception des Vénérables en 1678) et pour sa propre collection. Murillo partageait avec lui une foi fervente.

Le 3 avril 1682, il chute d’un échafaudage alors qu’il peint un retable au couvent des capucins de Cadix et meurt peu de temps après.

Certains de ses tableaux furent pillés par les troupes françaises lors de l’occupation de Séville, entre 1810 et 1812, et redirigés pour certains vers le musée du Louvre (d’autres furent tout simplement prélevés par les militaires et fonctionnaires français, le maréchal Soult en tête). D’autres furent achetés par Napoléon III pour le même musée. Le Musée du Prado à Madrid abrite également énormément d’œuvres de Murillo.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.