Zoltán Kodály, compositeur ethnomusicologue et pédagogue.

Zoltán Kodály (en hongrois : Kodály Zoltán, né le 16 décembre 1882 à Kecskemét (Autriche-Hongrie) et mort le 6 mars 1967 à Budapest (Hongrie), est un compositeur, ethnomusicologue et pédagogue en musique. Il a notamment donné son nom à une méthode d’enseignement de la musique, codifiée par des disciples de sa pensée pédagogique nommée plus tard la méthode Kodály.


Zoltán Kodály a passé la majeure partie de son enfance à Galánta et Nagyszombat (maintenant Trnava, Slovaquie). Il est issu d’une famille de musiciens : son père jouait du violon et aimait organiser des rencontres avec des amis afin de faire de la musique de chambre ; sa mère jouait un peu de piano. Kodály reçoit une formation générale tout en prenant des leçons de piano, d’alto et de violoncelle. Il prendra des leçons d’orgue avec Charles-Marie Widor lors de son séjour à Paris en 1906.

Kodaly, carte maximum, Hongrie.

À l’âge de 16 ans, il compose une messe. Il entre alors à l’Université de Budapest, tout en étudiant la composition à l’Académie de musique de Budapest avec Hans von Koessler. Il y rencontre Béla Bartók, qui restera son plus fidèle ami jusqu’à sa mort en 1945. Avec Bartók, il va recueillir (sur des rouleaux de cire), mettre en forme et publier une quantité considérable de chants traditionnels nationaux. Sa thèse de doctorat en ethnomusicologie achevée en 1906 (Structure strophique dans le chant traditionnel hongrois) montre bien l’intérêt de plus en plus grand qu’il porte à la musique traditionnelle. Bien que profondément ancré dans ses racines musicales hongroises, Kodály est également un précurseur formel notamment avec l’écriture de la Sonate pour violoncelle seul en 1915 qui explore un nouveau champ technique dans l’utilisation de cet instrument. Cette œuvre reste une des plus connues du compositeur. En 1919, Kodály est nommé directeur assistant de l’Académie de musique de Budapest. Certains de ses élèves, dont le compositeur hongrois György Ránki, étudieront avec lui l’ethnomusicologie.

En 1923, il compose une de ses œuvres chorales majeures ; le Psalmus Hungaricus, pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’union de Buda et de Pest : c’est un immense succès dans son pays, ainsi qu’en Europe et aux États-Unis. En 1925, un concert de ses œuvres pour chœur d’enfants le révèle comme un maître incontesté du contrepoint vocal.

En 1942, il entame sa Missa Brevis pour solistes, chœur et Orgue, dont il écrira une partie dans sa cave en 1944 alors que Budapest est sous les bombes soviétiques. Elle sortira finalement en 1948.

En 1946-47, il se rend aux États-Unis, en Angleterre et en URSS pour diriger des concerts de ses œuvres. Il recevra le Prix Kossuth à trois reprises (1948, 1952 et 1957). Kodály composera également de la musique de chambre (Quatuors à cordes, Sonates pour violoncelle, etc.), et des œuvres symphoniques remarquables (Háry János, Soir d’été, etc.).

Kodály a créé une œuvre chorale très importante. Il utilise notamment des chansons, des contes, des ballades et des mélodies populaires. Celles-ci reprennent des scènes de vie paysanne, des thèmes bibliques ou héroïques avec l’accent magyar. Il développera de nombreuses méthodes d’enseignement de la musique, dont on parle encore aujourd’hui sous le terme de méthode Kodály, initiant les jeunes enfants au chant et à la tradition chorale. Kodály restera sans doute comme le créateur de l’art choral du XXe siècle.

Parmi ses élèves, figurent Ferenc Fricsay, György Kósa, Tibor Varga, Lili Kraus, Tamás Vásáry, Erzsébet Szőnyi.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.