Zhang Qian, explorateur.

Zhang Qian (chinois simplifié : 张骞 ; chinois traditionnel : 張騫 ; pinyin : Zhāng Qiān ; mort en -113), fut un explorateur et envoyé impérial chinois du IIe siècle av. J.-C., à l’époque de la dynastie Han.

Il fut le premier diplomate officiel à ramener des informations fiables d’Asie centrale à la cour de l’empereur Han, Wudi le « Guerrier » (-141 – -87). Il joua un important rôle de pionnier dans la colonisation et la conquête par la Chine de la région appelée aujourd’hui Xinjiang.

Les voyages de Zhang Qian sont aujourd’hui étroitement associés avec l’histoire de la Route de la soie.

Les récits de ses explorations en Asie centrale sont consignés dans les chroniques historiques des Han antérieurs (Shiji, ou Mémoires du grand historien), compilées par Sima Qian au Ier siècle av. J.-C.


Zhang Qian est né près de Hanzhong dans la province chinoise du Shaanxi. Il s’installe à Chang’an (aujourd’hui Xi’an) où il entre au service de l’empereur comme officier du palais impérial.

Depuis leur conquête, en 209 av. J.-C., des territoires à l’ouest de la Chine, les Xiongnu (匈奴), barbares venus du nord1, menaçaient de faire alliance avec les Qiang du Tibet. Aussi, Wudi souhaitait-il coloniser le couloir fertile du Gansu et ménager des alliances avec les tribus locales. En -139, l’empereur décide donc d’envoyer Zhang Qian en mission vers l’ouest pour conclure une alliance avec les Yuezhi qui avaient été chassés de leur territoire par les Xiongnu en -177 et s’étaient installés en Daxia (la Bactriane, l’actuel Turkménistan).

Accompagné par une escorte d’une centaine de gardes, Zhang Qian est rapidement capturé par les Xiongnu et reste leur prisonnier une dizaine d’années, ponctuées d’évasions multiples pendant lesquelles il traverse le Pamir, le fleuve Oxus (aujourd’hui appelé Amou Darya) et le Tibet. Il fut néanmoins bien traité durant cette captivité et épousa une femme xiongnu dont il eut un fils. Le désordre qui suivit la mort du chef des Xiongnu (le chanyu) lui permit de rentrer au pays avec sa famille, en -126, sans accord d’alliance mais avec de précieuses connaissances.

En effet, il rapporte non seulement des informations fiables sur l’Asie centrale et les peuples qui y vivent (les Parthes, les Bactriens (dans l’actuel Afghanistan), les Sogdiens (dans l’actuel Ouzbékistan,…) mais aussi des produits (l’alfalfa, le raisin, le vin, la carotte…), des itinéraires (routes, passes) jusqu’alors inconnus des Chinois et une possible localisation de la source du fleuve Jaune.

Il a également découvert l’existence des ânes, des chameaux de Bactriane et surtout d’une race de chevaux aux longues jambes, les « chevaux célestes » dans la vallée de Ferghana (aux confins de l’Ouzbékistan). C’est, entre autres, pour en obtenir que l’empereur de Chine enverra des caravanes chargées de soie, alors que son exportation était jusque-là interdite et punie de mort.

Vers -119, il entreprend une seconde mission diplomatique durant laquelle il traverse de nouveau le Turkestan jusqu’à la Sogdiane et fait une incursion sur la rive gauche de l’Indus7. Nommé général des gardes du palais  (zhonglang Jiang) pour l’occasion, il emmène avec lui avec 300 hommes, de l’or et de la soie et revient après avoir obtenu le tribut du royaume des Wusun, cousins des Xiongnu et redoutables archers. Il revient en Chine avec une ambassade de wusun. Ses émissaires, qu’il avait pris soin d’envoyer dans les autres contrées, revinrent une année plus tard accompagnés de représentants des divers peuples. Une princesse chinoise de sang royal est même envoyée pour consolider les liens d’alliance avec le chef des Wusun8 (le kun mo).

Zhang Qian, qui meurt peu après son retour, est souvent considéré comme l’initiateur de la Route de la soie et du commerce avec l’ouest.

Les généraux Wei Qing, beau-frère de l’empereur, puis Li Ling ne tardèrent pas à repartir en mission dans ces régions. Vers 60 av. J.-C.,  un protectorat Han fut institué pour administrer ces territoires de l’ouest.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.