Yul Brynner, acteur.

Yul Brynner, né Juli Borissovitch Bryner (en cyrillique Юлий Борисович Бриннер) le 11 juillet 1920 à Vladivostok ou sur l’île Sakhaline (république d’Extrême-Orient) et mort le 10 octobre 1985 à New York (États-Unis), est un acteur russo-américain d’origines suisse et mongole (par son père), ainsi que russe (par sa mère).

Entre 1949 et 1976, il tourne dans une quarantaine de films. Il devient largement connu pour son interprétation du roi Mongkut dans la comédie musicale Le Roi et moi (1951) pour laquelle il remporte deux Tony Awards, et remporte ensuite un Oscar pour l’adaptation cinématographique en 1956. Il a joué le rôle 4 625 fois sur scène et s’est fait connaître à cette occasion pour son crâne rasé, qu’il a conservé comme marque personnelle longtemps après l’avoir adopté pour Le Roi et moi.

Yul Brynner a également joué le rôle de Ramsès II dans l’épopée biblique de Cecil B. DeMille, Les Dix Commandements (1956). Il incarne la même année le général Bounine dans le film Anastasia, puis le tireur Chris Adams dans Les Sept Mercenaires (1960) et sa première suite Le Retour des sept (1966), ainsi que l’androïde « The Gunslinger » dans Mondwest (1973) et sa suite Les Rescapés du futur (1976).

Il a également travaillé comme acrobate de cirque, mannequin, réalisateur de télévision et photographe, et a été l’auteur de plusieurs livres, notamment sur la photographie, une de ses passions.


Jouant sur le mystère qu’il entretenait sur ses origines, Yul Brynner a rendu son existence encore plus exotique qu’elle ne l’était déjà. Il a souvent prétendu s’appeler Taidje Khan, être mi-japonais, mi-suisse, et être né sur l’île de Sakhaline en 1915 ou en 1920. Parfois, il prétendait aussi être originaire d’une famille rom de Sakhaline. En France, durant les années 1930, on pouvait d’ailleurs l’entendre jouer des morceaux tziganes avec ses amis.

Au moment de sa mort, on ignorait encore la vérité ; elle ne sera dévoilée que des années plus tard par son fils Rock Brynner. Néanmoins, aujourd’hui encore, son année de naissance est sujette à caution.

Le 15 avril 1958, alors qu’il est invité avec le comédien Fernandel à l’émission 36 chandelles de Jean Nohain, Fernandel (né en 1903) raconte que Yul Brynner avait le même âge que lui, et qu’il l’avait croisé en 1924 à l’ABC, une salle de spectacles de cabaret de Marseille où il jouait de la musique tzigane. Brynner déclarera également avoir assisté à plusieurs spectacles de Fernandel à l’Alcazar de Marseille, entre 1924 et 1927, et qu’ils étaient bons amis avec Bréols (né en 1905) et Andrex (né en 1907). Par l’intermédiaire de Fernandel, Juli Bryner fera la connaissance de Jean Cocteau et Marcel Pagnol.

En 1927, lorsque Boris Bryner quitte le domicile conjugal et abandonne sa famille, Marousia emmène ses enfants Yul et Vera à Harbin en Chine, où ils fréquentent une école tenue par une Union chrétienne de jeunes gens (YMCA). Puis, en 1934, tous les trois s’installent à Paris.

Quand il arrive à Paris en 1934, Juli Bryner semble avoir bien plus que 14 ans, sans doute plus de 20 ans, et de plus, il s’exprime déjà très bien en français, et en d’autres langues étrangères, dont l’anglais et l’allemand, preuves d’une éducation raffinée et complète, qu´on trouverait rarement chez un adolescent de soi-disant 14 ans à l’époque, un âge où normalement il devrait être en fin de collège, et plutôt surdoué, vu son habileté linguistique. La famille déménage souvent puis s’installe rue Catulle-Mendès dans le 17e arrondissement.

Pour gagner sa vie, il joue de la guitare dans des clubs de nuit, se liant à des musiciens tziganes. Il restera toute sa vie sensible à la musique tzigane et proche de la communauté. Il pose également nu pour le photographe George Platt Lynes. Il rencontre des intellectuels tels que Jean Cocteau qui le fait participer à certains de ses projets.

Il est ensuite embauché dans la troupe du Cirque d’Hiver à Paris comme trapéziste, où il observe le jeu des clowns et mimes puis fait la connaissance de Georges et Ludmilla Pitoëff. Une grave chute de trapèze lui cause une quarantaine de fractures, et il doit abandonner le cirque. Georges et Ludmilla Pitoëff l’engagent au théâtre des Mathurins en tant que machiniste.

Dès 1941 ou 1943, Juli Bryner part pour les États-Unis afin d’étudier le théâtre avec Michel Tchekhov. Lors de son entrée dans le pays, il aurait menti sur son âge, car les services de l’immigration acceptaient rarement des individus célibataires, âgés de plus de 30 ans, d’autant qu’il était difficile de prouver aux usines, ou entreprises, ou plus généralement, au marché du travail américain que l’individu avait une solide expérience professionnelle.

Il travaille dans un premier temps comme speaker auprès de l’Office de l’information de guerre (US Office of War Information) qui diffuse des programmes à destination de la France occupée. Il étudie également le théâtre, pose comme modèle et commence à se produire à Broadway sous le nom de Youl Bryner.

Yul Brynner fait ses débuts au cinéma en 1949 dans La Brigade des stupéfiants, l’un des seuls films avec ses cheveux naturels avec Les boucaniers. À partir de 1951, il se rend célèbre en interprétant son plus grand rôle, le roi de Siam Mongkut dans la comédie musicale de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II, Le Roi et moi. Il interprète le rôle dans la production originale mais aussi dans sa reprise sur scène à Broadway en 1977, dans celle de London Production en 1979 et dans une autre reprise de Broadway en 1985.

Pour ce rôle, il reçoit en 1952 le Tony Award du meilleur second rôle masculin dans une comédie musicale. Il joue 4 625 fois au théâtre le Roi de Siam. La comédie musicale est transposée au cinéma en 1956 par Walter Lang, l’acteur y reprenant son rôle. Pour cette prestation, celui qui se fait désormais connaître sous le nom de Yul Brynner remporte l’Oscar du meilleur acteur. Le film fit l’objet d’une adaptation pour la télévision diffusée sur CBS en 1972. Yul Brynner fait partie des neuf acteurs à avoir gagné à la fois un Tony Award et un Oscar pour le même rôle.

En 1951, pour son rôle dans Le Roi et moi, il se rase la tête. À la suite de l’énorme succès de cette production à Broadway et du film au cinéma, il continua à se raser la tête pour le reste de sa vie, bien qu’il portât parfois une perruque pour certains rôles. Se raser la tête à cette époque était très inhabituel, ce qui contribua à lui donner une image d’icône de son temps. Par admiration, des fans se rasèrent aussi la tête et ce style prit le nom de coupe à la Yul Brynner. À partir de 1964, il se rasera aussi les sourcils, ce qui aura pour effet de le rajeunir, ou de masquer son âge, alors qu’en 1964, certains médias et gens du métier du cinéma affirmaient qu’il avait plus de 60 ans.

En 1956, si Yul Brynner connaît un grand succès en apparaissant dans la version cinéma du Roi et Moi, il l’amplifie, cette même année, dans Les Dix Commandements avec Charlton Heston, et dans Anastasia avec Ingrid Bergman. Yul Brynner était préoccupé par sa présence à l’écran face à l’aura que dégageait Charlton Heston. Pour y remédier, il s’astreignit à un programme de musculation intensive.

Plus tard, il joue dans des films tels que l’aventure épique biblique Salomon et la Reine de Saba en 1959, Les Sept Mercenaires en 1960, Taras Bulba en 1962 et Les Rois du soleil en 1963. Il est la covedette avec Marlon Brando dans Morituri en 1965, avec Katharine Hepburn dans La Folle de Chaillot en 1969 et avec William Shatner dans une version cinématographique des Frères Karamazov en 1958. Il a joué le rôle principal dans New York ne répond plus en 1975 et joue avec Barbara Bouchet dans L’Ombre d’un tueur en 1976. Parmi ses dernières apparitions dans des longs métrages, on peut compter le film de Michael Crichton, Mondwest en 1973 et sa suite Les Rescapés du futur en 1976.

Le 28 février 1974, Jacques Chancel reçoit l’acteur américain dans son émission radiophonique Radioscopie où l’acteur cabotine et se confie.

Avec le système des assurances, et les visites médicales obligatoires avant l’engagement dans un film avec des scènes d’action, Yul Brynner fut obligé de mettre entre parenthèses sa carrière au cinéma, à partir de 1976, car les médecins, et surtout, les producteurs, le trouvaient trop vieux. En 1976, il avait certainement 73 ans, mais le comédien ne dévoilera jamais cet âge, pourtant abordé par certains médias, dont le New York Herald Tribune, avec insistance. Si Robert Clouse l’engage en 1975 pour le film New York ne répond plus, c’est du fait que le comédien jouit encore d’une certaine aura, mais il apparaît assez fatigué dans le film. Après 1976, la rumeur sur son âge se répand à Hollywood et, blessé, le comédien se réfugie à New York. Yul Brynner se consacrera alors au théâtre, reprenant son rôle fétiche dans Le Roi et moi à Broadway, New York, avec grand succès.

Au milieu des années 1980, Yul Brynner apprend qu’il est atteint d’un cancer du poumon certainement lié à sa consommation excessive de tabac (cinq paquets par jour). Se sachant mourant, en janvier 1985, soit neuf mois avant sa mort, il donne un entretien dans l’émission Good Morning America, exprimant son désir de faire des courts-métrages publicitaires contre le tabagisme.

Un extrait de cet entretien poignant servira d’annonce de prévention pour l’American Cancer Society, diffusée après sa mort. L’extrait contient le texte suivant : « Now that I’m gone, I tell you, don’t smoke. Whatever you do, just don’t smoke. If I could take back that smoking, we wouldn’t be talking about any cancer. I’m convinced of that », ce qui veut dire : « Maintenant que je ne suis plus là, je vous le dis, ne fumez pas. Faites ce que vous voulez mais ne fumez pas. Si je pouvais revenir en arrière et ne pas commencer à fumer, nous ne serions pas en train de parler de cancer. J’en suis convaincu ».

Du 7 janvier au 30 juin 1985, il reprend son rôle du roi du Siam à Broadway pour une tournée d’adieu, ce qui porte ses représentations du rôle à 4 633.

Du 6 au 30 mai 1985, il est dans le comité d’honneur de la Première Mondiale d’Art Tzigane, exposition organisée à la Conciergerie de Paris par l’association Initiatives Tsiganes.

À Los Angeles, quelques heures seulement avant sa 4000e représentation dans Le Roi et moi, il reçoit les résultats du test indiquant qu’il a un cancer du poumon. Il est hospitalisé au Cedars Sinai Hospital à Los Angeles au début du mois de septembre 1985, et les médecins en possession de son dossier médical estiment qu’il est inopérable. Cela oblige Brynner, ainsi que sa troupe de la comédie musicale qui était en pleine saison, à prendre quelques mois de congé pour lui permettre de suivre une radiothérapie, ce qui l’empêche de chanter ou de parler facilement.

Yul Brynner meurt le 10 octobre 1985 à New York, à l’âge présumé de 65 ans (mais éventuel quoique improbable de 82 ans), le même jour qu’Orson Welles, son partenaire dans le film La Bataille de la Neretva. Ses cendres reposent en France, dans le cimetière de l’abbaye royale Saint-Michel de Bois-Aubry à Luzé. L’abbaye était occupée à l’époque par une communauté de moines orthodoxes dont l’un était un ami de la famille Brynner.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.