Yevdokiya Zavaly, militaire.

Yevdokiya Nikolaevna Zavaly ( russe : Евдокия Николаевна Завалий , ukrainienne : Эвдокия Миколайвна Завалий ; 28 mai 1924 – 5 mai 2010) était la seule femme soviétique commandant un peloton de marines pendant la Seconde Guerre mondiale.

Zavaly est né le 28 mai 1924 dans la ville de Novy Buh du district de Mykolaïv de la province d’Odessa.


En 1941, peu après ses 17 ans, l’invasion de l’Union soviétique commença. Le 25 juillet 1941, des combats éclatent dans sa ville natale, Novy Buh. Elle pansait les soldats et les commandants blessés sous les bombardements. Lorsque le 96e régiment de cavalerie de la 5e division de cavalerie du 2e corps de cavalerie commença à reculer, elle persuada le commandant du régiment de l’emmener avec lui, disant qu’elle avait bientôt 18 ans.

Le 13 août 1941, les troupes allemandes s’approchent de Novy Buh. Leur offensive fut freinée par des unités de la 169e division de fusiliers de la 18e armée. La nuit, les unités soviétiques quittent Novy Bug sur ordre du commandement et le 14 août 1941, les nazis occupent son village natal.

Dans le régiment, elle sert comme infirmière. En traversant le fleuve Dnipro près de Khortytsia, elle a été blessée et envoyée dans un hôpital de Krasnodar. Les médecins voulaient lui faire passer une commande, mais elle a refusé. Après traitement, Zavaliy a été envoyée au régiment de réserve, mais lorsque les soldats ont été sélectionnés pour la ligne de front, elle a été confondue avec un homme, d’autant plus qu’elle portait une tunique et une culotte, et dans ses documents était écrit “Zavaly Yevdok. Nik “, ce qui rendait difficile l’identification correcte du sexe.

Zavaliy a été envoyé à la 6e brigade aéroportée. Elle a réussi à garder son sexe secret pendant 8 mois. Après avoir capturé un officier allemand, elle fut envoyée au département de renseignement, dont elle devint bientôt commandant. Dans l’une des batailles, le commandant du peloton a été tué et elle a persuadé tout le monde d’attaquer. Elle a été blessée dans cette bataille et son secret a été révélé à l’hôpital lorsqu’il est devenu évident que “Evdokim”, qui combattait avec les parachutistes depuis 8 mois, était en réalité une femme.

En 1943, elle fut envoyée à un cours de six mois pour commandants subalternes, et après avoir obtenu son diplôme de lieutenant subalterne, elle fut envoyée à la 83e brigade de marines en tant que commandant de peloton.

Commandant un peloton, elle participa au siège de Sébastopol, prit d’assaut le mont Sapun (pour lequel elle reçut l’ Ordre de la Guerre Patriotique de 1re classe), participa aux batailles de Balaklava, Tsukrova Holivka et Kertch, traversa le Dniestr, participa à la réoccupation de la Bessarabie et combattit dans les batailles de Taman, Tuapse et Novorossiysk. Elle a participé aux débarquements à Constanța en Roumanie, à Varna et Burgas en Bulgarie et en Yougoslavie.

Lors de l’ offensive de Budapest, Zavaliy et son peloton s’emparèrent du bunker du commandement allemand par les égouts de la ville dotés de réservoirs d’oxygène.  Parmi les prisonniers se trouvait un général, pour qui cette captivité était une honte car le commandant des parachutistes était une femme. Pour cet épisode, elle a reçu l’Ordre du Drapeau Rouge.

Avec son peloton, Zavaliy a bloqué la retraite des chars allemands. Les parachutistes sous son commandement affrontèrent jusqu’à 7 chars.

Après la guerre, Zavaliy devait être envoyée étudier dans une école militaire, mais elle avait reçu 4 blessures et 2 contusions pendant la guerre. En 1947, elle fut démobilisée et partit pour Kiev.

À Kiev, elle a rencontré son futur mari et s’est mariée. Elle a eu deux enfants, quatre petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants. En tant que civile, elle travaillait comme directrice d’une épicerie.

Elle a visité de nombreuses villes, unités militaires, navires et sous-marins avec des histoires sur son peloton de Marines. En mai 2009, elle a participé aux célébrations à l’occasion du Jour de la Victoire et du 65e anniversaire de la libération de Sébastopol et, à l’automne, elle s’est rendue en Azerbaïdjan avec une délégation d’anciens combattants ukrainiens. Au total, en 2009, elle a tenu plus de 130 rencontres avec différents publics en Ukraine, Russie, Azerbaïdjan et Moldavie.

Zavaly est décédé le 5 mai 2010 à Kiev. Elle a été enterrée avec les honneurs militaires au cimetière de Baïkové.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.