Wole Soyinka, écrivain et metteur en scène.

Wole Soyinka, né le 13 juillet 1934 à Abeokuta au Nigeria, est un écrivain et metteur en scène nigérian. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur noir à en être honoré. Artiste prolifique et éclectique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, mais aussi des récits  autobiographiques, des recueils de poèmes et de nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires. Réputé pour la richesse de son imagerie poétique et la complexité de sa pensée, il compte parmi ses chefs-d’œuvre la tragédie anticolonialiste La Mort et l’Écuyer du roi (1975).


Après des études aux universités d’Ibadan et de Leeds, Wole Soyinka  travaille au Royal Court Theatre de Londres. Par la suite, il fonde plusieurs troupes théâtrales au Nigéria dont « 1960, Masks drama troupe » et occupe de nombreux postes universitaires à Ibadan, Ife et Lagos.

En 1952, Soyinka crée l’association « The Pyrate » à l’université d’Ibadan afin de combattre la mentalité coloniale. En 1961, il participe à la création du Mbari Club, un centre d’activités culturelles composé d’écrivains, d’artistes et de musiciens africains. En 1962, il oppose au célèbre concept de négritude, fondé par Aimé Césaire et repris par Léopold Sédar Senghor, le concept de « tigritude » à propos duquel il dira « qu’un tigre ne proclame pas sa tigritude. Il bondit sur sa proie et la dévore1. » Il participe à une conférence controversée sur le sujet au sein de l’université Makerere (Ouganda), en 1962. L’auteur est emprisonné au Nigéria entre 1967 et 1969 pour avoir soutenu le mouvement d’indépendance du Biafra. Après sa libération, il reste au Nigéria et enseigne aux départements d’art  dramatique d’Ife et Ibadan. Il voyage aussi à travers le monde pour mettre en scène ses pièces, donner des conférences et éditer des magazines littéraires comme Transition.

Au milieu des années 1970, alors qu’il est fellow au Churchill College de l’université de Cambridge, il écrit sa première tragédie sacrificielle, La Mort et l’Écuyer du roi, qui traite des questions du colonialisme, de  l’interventionnisme et explore les limites du relativisme culturel, à travers un événement historique de l’histoire coloniale nigériane3. L’auteur la met lui-même en scène en 1976 à Chicago et au Lincoln Center de New York en 1987.

En 1994, il est contraint à l’exil après avoir été condamné à mort par le gouvernement de Sani Abacha. Il ne peut rentrer au pays qu’après la mort du dictateur, en 1998. Il s’implique également au Parlement international des écrivains4 et a présidé la Communauté africaine de culture (CAC) à partir de 2006.

Le 25 septembre 2010, il annonce la création de son parti, le Democratic Front for a People’s Federation (DFPF, Front démocratique pour une fédération des peuples), en vue des élections générales, prévues soit en janvier 2011, soit en avril 2011.

En 2014, il signe la préface d’une anthologie intitulée Africa39: New Writing d’Afrique du Sud du Sahara, mettant en avant 39 jeunes écrivains africains, dans le cadre du projet Africa39. L’Union internationale humaniste et éthique l’honore du prix de l’Humaniste international de l’année mais, malade, il ne peut se rendre à la remise du prix au Congrès du monde humaniste à Oxford et se voit contraint d’envoyer une version enregistrée de son discours. Le 12 juin, il révèle dans une conférence de presse au Centre culturel d’Abeokuta, dans l’État d’Ogun, qu’il vient de sortir victorieux de sa lutte contre le cancer du côlon et qu’il souhaite mettre sa notoriété à profit pour encourager la prévention contre tout type de cancer.

À la suite de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis d’Amérique en 2017, Soyinka déchire sa carte verte en signe de protestation, renonçant ainsi au privilège du droit à la résidence permanente aux États-Unis alors qu’il y enseignait dans plusieurs universités, et se réinstalle alors au Nigéria. Interrogé sur son geste au Salon du Livre de Paris, il dénonce l’instrumentalisation d’une « vague de xénophobie latente qui existe dans toutes les sociétés » et compare la politique anti-migratoire de Trump aux expulsions d’étrangers perpétrées par le gouvernement nigérian pendant la crise du pétrole de 1983.

En mars 2017, il est accueilli comme professeur au sein de la Faculté d’humanités de l’université de Johannesbourg.

Soyinka s’est essayé à toutes les formes d’écriture. Il rend compte de la complexité du continent africain dont il restitue, sur le plan littéraire, la grandeur ancestrale et « l’âme noire ». Son œuvre, polymorphe et occidentalisée, est essentiellement rédigée en anglais et s’inspire des mythes et du folklore yoruba dont il est issu. L’auteur a souvent recours à l’analepse et recherche dans sa prose un certain symbolisme. Parfois fragmentaire et sensible à l’expérimentation, son style s’enrichit d’intrigues remarquablement construites et mêle légende, fantaisie et noirceur. D’un pessimisme historique profond, ses textes tournent essentiellement autour du thème de la liberté bafouée et du concept de « viol des nations ».

Ses productions théâtrales combinent généralement la tradition du spectacle africain à l’art classique et moderne du théâtre occidental. Parmi ses pièces les plus connues, on compte notamment Le Lion et la perle (1959) qui dépeint la vie de villageois ordinaires sur un mode humoristique, La Danse de la forêt (1960), écrite en l’honneur de l’indépendance nigériane, la comédie Les Tribulations de frère Jéro (1960), La Route (1965) qui met en parallèle accidents de voiture et forces divines et la satire politique La Récolte de Kongi (1965). Suivent Un sang fort (1966) qui prend pour figure centrale le bouc émissaire, Fous et spécialistes (1970) qui évoque la guerre du Biafra, Bacchae (1973), transposition en Afrique des Bacchantes d’Euripide, La Métamorphose de Jero (1973) et La Mort et l’Écuyer du roi (1975). Opera Wonyosi (1981) s’inspire de L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht.

Soyinka est aussi l’auteur de nombreux recueils de poésie et de romans comme Les Interprètes (1965), satire féroce de la société nigériane pleine d’humour et d’ironie. Une Saison d’anomie (1973) revisite quant à lui le mythe d’Orphée dans le cadre des massacres commis au Biafra durant les années 1960. On doit également à l’auteur un récit  autobiographique : Aké, les années d’enfance (1981) et quelques études critiques telles que Mythes, littérature et le monde africain (1976) dans laquelle il expose ses théories artistiques et revient sur sa conception de la littérature africaine.

En 2012, il a également prêté sa voix pour le documentaire de Ishaya Bako, qui relate l’histoire du mouvement Occupy Nigeria, engagé dans la lutte contre la corruption et la pauvreté.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.