Winnie l’ourson.

Winnie l’ourson (en anglais : Winnie the Pooh ou Pooh Bear) est un personnage de la littérature d’enfance créé le 15 octobre 1926 par Alan Alexander Milne. Les illustrations des ouvrages sont l’œuvre d’Ernest Howard Shepard. La première traduction française, Histoire d’un ours comme ça, due à Jacques Papy, date de 1946.

Le personnage de Winnie, un ourson en peluche animé, a été inspiré à l’auteur par son fils, Christopher, qu’il voyait jouer avec ses peluches. De la même façon que les enfants s’inventent des histoires dont ils sont les seuls à percevoir les enjeux, Winnie et ses amis vivent des aventures qui peuvent sembler dérisoires aux adultes. L’univers dans lequel évoluent ces personnages est gentil et joyeux sans être dénué d’inquiétudes.


Le nom de Winnie a été choisi par l’auteur en référence à une ourse pensionnaire du zoo de Londres où il avait l’habitude de se rendre avec son fils. L’animal avait été donné au zoo par le Capitaine Harry Colebourn, vétérinaire dans l’armée canadienne, lors de la Première Guerre mondiale. Colebourn avait apprivoisé l’ourse et l’avait baptisée Winnipeg en souvenir de sa ville natale. Il l’avait achetée à un trappeur dans la ville de White River en Ontario. Par la suite, ce n’est qu’en 1989, après le décès officiel de son créateur, que le nom Winnie The Pooh ou Winnie l’ourson est apparu sur les écrans. Dans la traduction de à Jacques Papy de 1946, Winnie s’appelait Winnie-le-Pouh. Les rééditions de Gallimard Jeunesse utilisent le nom Winnie l’ourson.

Winnie, carnet de timbres, Japon.

En octobre 2009, une nouvelle édition des aventures de Winnie paraît simultanément en Angleterre et aux États-Unis, écrite par David Benedictus et illustrée par Mark Burgess, avec l’accord des ayants droit, qui prolongera les aventures de l’ourson et de Jean-Christophe, son jeune propriétaire.

Winnie est un ourson jaune que le narrateur de ses aventures qualifie souvent de « peu de jugeote ». De fait, il n’est pas forcément très intelligent, mais a un grand cœur, et aide ses amis. Son péché mignon est la gourmandise, il est tout particulièrement friand de miel, ce qui lui vaudra parfois quelques soucis, auprès des abeilles entre autres.

Depuis l’été 2006, une gamme de produits nommée Disney Cuties présentant Winnie l’ourson sous un aspect cute (kawaii), style graphique inspiré par le manga et plus particulièrement les personnages d’Hello Kitty et Pucca, est commercialisée.

En 2010, selon China Labor Watch, des jouets Winnie sont fabriqués par des enfants de 14 à 16 ans qui travaillent 12 heures par jour, exposés à des produits chimiques et à une discipline extrême. L’hygiène des dortoirs attenants à l’usine est déplorable.

Dès les années 1930, Stephen Slesinger obtient les droits d’adaptation de Winnie l’ourson pour les États-Unis et le Canada et passe un accord avec Walt Disney. Les aventures de Winnie l’ourson connaissent ainsi de nombreuses adaptations, jusqu’à faire du personnage une vedette des produits dérivés chez les 3-8 ans. À la mort de Stephen Slesinger en 1953, sa femme signe un accord de licence avec Disney.

En 1991, la famille de Slesinger intente un procès contre Disney à propos des redevances de Winnie l’ourson. L’une des accusations est la fourniture par Disney de rapports tronqués aux Slesinger, les studios ne payant que les droits pour l’utilisation en animation et non ceux des produits dérivés, créant un préjudice estimé de 2 milliards de dollars par la famille Slesinger. En septembre 2009, après 18 années de procédures, un juge de Los Angeles déclare que Disney n’avait commis aucune infraction à l’accord signé, ni aucune retenue sur les redevances.

Le 21 décembre 2012, la cour d’appel américaine rejette le pourvoi en appel de la famille Slesinger face à Disney Consumer Products au sujet de droits sur Winnie l’ourson.

En 2013, la photographie d’une rencontre entre le président chinois Xi Jinping et Barack Obama est comparée à une image de Winnie l’ourson accompagné de Tigrou. Puis en 2014, Xi Jinping apparait de nouveau en Winnie mais accompagné de Bourriquet, censé représenter le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Certains des dessins animés du caricaturiste Badiucao dépeignent le président Xi Jinping sous les traits de Winnie l’ourson. Les illustrations ou les termes Winnie l’ourson sont alors interdits sur les réseaux sociaux (Weibo, Whatsapp, WeChat…) et lors d’une recherche apparait le résultat « contenu illégal ».

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.