Wilt Chamberlain, joueur de basketball.

Wilton Norman Chamberlain, dit Wilt Chamberlain, né le 21 août 1936 à Philadelphie (Pennsylvanie) et mort le 12 octobre 1999 à Bel Air (Californie) est un joueur de basket-ball américain professionnel qui a évolué au poste de pivot dans les années 1960 et au début des années 1970. Considéré comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire du basket-ball américain, il domine les autres joueurs à son poste dans la National Basketball Association (NBA). S’il est considéré individuellement comme le plus fort, Wilt Chamberlain ne peut empêcher les défaites successives de ses équipes contre les Celtics de Boston emmenés par le pivot Bill Russell. La rivalité entre les deux pivots est l’une des plus célèbres de l’histoire de la NBA.

Les échecs répétitifs de Wilt Chamberlain avec les Warriors de Philadelphie et les Warriors de San FranciscoNote 1 lui créent une réputation de perdant. Il est transféré aux 76ers de Philadelphie en 1965. De retour dans sa ville natale, il fait évoluer son style de jeu. Plus collectif, il y remporte son premier titre NBA en 1967. Échangé aux Lakers de Los Angeles après un désaccord financier avec Philadelphie, il y termine sa carrière d’une manière mitigée. Son intégration à Los Angeles avec les autres vedettes n’est pas à la hauteur des attentes. Après un nouvel échec en finale contre les Knicks de New York et Willis Reed en 1970, le pivot vedette de la NBA remporte un second titre de champion en 1972 et met fin à sa carrière.

Chamberlain est le premier géant de l’histoire du basket à faire preuve d’agilité. Sa taille (2,16 m) lui donne un avantage sur ses adversaires. À sa mort, son coéquipier Jerry West affirme qu’il est « plus grand que son sport ». Surnommé « Wilt the Stilt » (l’échassier) puis « The Big Dipper », il détient encore aujourd’hui plus de soixante-dix records de la NBA. Les plus fameux sont le record de points dans un match de la NBA avec 100 points le 2 mars 1962 contre les Knicks de New York, et un des deux seuls double-triple-double réalisés à ce jour (l’autre ayant été réalisé par Russell  Westbrook en avril 2019).

Chamberlain, carte maximum, USA.

Il a popularisé le dunk, geste qui consiste à claquer le ballon dans le cercle, et a développé la technique du finger roll. Il maîtrisait également la technique dite du bras roulé. Après une brève carrière d’entraîneur, Wilt Chamberlain se retire du monde du basket-ball. Il meurt à l’âge de 63 ans.


À l’université, il apprend le basket-ball et découvre le racisme, étant donné que dans cette ville il y a des endroits qui sont encore interdits à la communauté afro-américaine, par exemple les cafés et les restaurants. La situation s’améliore progressivement pour Chamberlain car il est la vedette de l’équipe de basket-ball des Jayhawks de l’université du Kansas.

Chamberlain et ses 2,16 m sont très difficiles à arrêter pour les défenses adverses. Face à lui toutes formes d’oppositions sont inutiles et réduites à néant, il domine les défenses adverses. Dès sa première rencontre universitaire, il inscrit 52 points et récupère 31 rebonds, deux records pour l’université du Kansas. Sa domination sur le championnat universitaire est telle que cela engendre la haine du Ku Klux Klan. Le Final Four du tournoi de basket-ball universitaire américain de 1957 se déroule au Texas, un État du sud des États-Unis où règne alors la ségrégation raciale. Afin de préserver Wilt Chamberlain de toutes mauvaises rencontres, l’équipe de basket-ball de l’université du Kansas loge dans un motel éloigné du centre-ville de Dallas. Malgré cela, la nuit de la veille de la finale contre les Tar Heels de la Caroline du Nord, des membres du Ku Klux Klan viennent avec une croix enflammée devant la fenêtre de sa chambre, et par la suite, ils profèrent des injures racistes.

Le lendemain, il échoue en finale devant les Tar Heels mais est désigné meilleur joueur de la finale. En 1957, il quitte l’université en fin de sa troisième année ; le basket universitaire et son système de jeu le lasse, mais il ne peut intégrer la NBA car il n’a pas l’âge d’être sélectionné. Il devient professionnel au sein des Globetrotters de Harlem, la célèbre troupe menée par Abe Saperstein. Il joue meneur de jeu. Du fait de sa taille, il n’apprécie pas le poste. Jouer au basket-ball avec les Globetrotters lui a fait beaucoup de bien sur le plan psychique et offre à Chamberlain une bouffée d’oxygène.

Ed Gotlieb, le patron des Warriors de Philadelphie, est le premier à comprendre que Chamberlain va révolutionner le basket-ball, et afin d’avoir Chamberlain dans son équipe après ses études universitaires, il contribue à la mise en place en 1955 par la NBA d’une règle qui consiste à ce qu’un club soit d’abord favorisé sur un joueur ayant joué dans son état (cette règle disparaît des années plus tard) ; chassé par tous les scouts d’Amérique, après rapide réflexion, il intègre la fameuse université du Kansas, où l’entraîneur de l’équipe de basket-ball est Dick Harp, le successeur de Phog Allen.

Wilt Chamberlain intègre en fanfare la NBA en 1959. Les dirigeants profitent de l’intérêt engendré par son arrivée en NBA pour étendre la saison de 72 à 75 rencontres. En plus, la NBC diffuse à la télévision des rencontres du championnat le samedi et le dimanche.

Wilt Chamberlain n’a pas un physique colossal. Il est au contraire gracile et élancé. Il débarque chez les professionnels avec un poids de 110 kg mais paraît trop mince pour sa taille de 2,16 m. Certes, il a des épaules larges, mais pour sa taille, ses jambes sont démesurément longues et maigres. Elles évoquent des échasses d’où son surnom Wilt the Stilt.

Le 24 octobre 1959, Wilt Chamberlain réalise ses débuts en NBA au Madison Square Garden face aux Knickerbockers de New York. Avec 43 points marqués, 28 rebonds pris et de nombreux tirs bloqués, Wilt mène les Warriors à une victoire 118 à 109. Pendant ce match, les spectateurs sceptiques du Madison Square Garden sont convaincus par les dunks spectaculaires de leur recrue vedette. C’est en souvenir de ce match et de la démonstration de force de Wilt Chamberlain lors de son premier match que les spectateurs du Madison Square Garden disent à chaque nouveau pivot dominant20 qui rentre en NBA de devenir un nouveau Wilt Chamberlain.

Une semaine plus tard, le 31, Chamberlain inscrit 36 points et réalise 34 rebonds devant 9 112 spectateurs, record d’affluence de la franchise. Lors de son troisième match, il établit le nouveau record de rebonds de la franchise avec 40 rebonds contre les Nationals de Syracuse.

Lors de son quatrième match de la saison, Wilt Chamberlain rencontre les Celtics de Boston de Bill Russell. Chamberlain domine Russell en termes de points avec 30 unités contre 22. Cependant, il est dominé aux rebonds par le pivot des Celtics qui prend 36 rebonds, soit huit de plus que Wilt. À la fin de la partie, Boston remporte le match. Après cette partie, Bill Russell dit de Wilt Chamberlain qu’il est incroyable. De son côté, Chamberlain dit de Russell qu’il est terrifiant23. Les Warriors et les Celtics se rencontrent 13 fois lors de la saison. Lors de la deuxième rencontre entre les deux équipes, Chamberlain domine nettement Russell avec 45 points et 35 rebonds, menant Philadelphie à la victoire 123 à 113.

Dominant dès ses débuts, Wilt Chamberlain est la cible de ses adversaires et de leurs coups. En février 1960, il reçoit un coup de Clyde Lovellette dans la mâchoire. Chamberlain perd deux dents de devant à la suite du mauvais geste du joueur de Saint-Louis. Avec seulement deux heures de sommeil et sans avoir pu manger lors des 24 dernières heures, Wilt Chamberlain participe au match suivant contre Détroit contre la volonté de son entraîneur Johnston. En marquant 41 points, Chamberlain mène tout de même son équipe à la victoire. Après son 56e match en NBA, il bat déjà le record de points dans une saison. Deux semaines plus tard, Philadelphie joue Boston au Madison Square Garden et Wilt marque 53 points.

L’affluence du championnat augmente de 500 000 spectateurs par rapport à la saison avant l’arrivée de Chamberlain en NBA. Qualifiée en deuxième place de la conférence Est derrière Boston, la franchise de Philadelphie est qualifiée pour les séries éliminatoires. En demi-finale de conférence, Chamberlain et son équipe dominent Syracuse. Les Celtics de Boston de Bill Russell sont leurs adversaires en finale de conférence. Lors de la troisième rencontre de la série, alors que les deux équipes sont à égalité avec une victoire chacune, Wilt Chamberlain se casse des articulations à la main droite à la suite d’une altercation avec Tom Heinsohn. Il n’inscrit que 12 points à cause de cette blessure et Boston prend l’avantage en remportant la partie. Toujours diminué, le pivot de Philadelphie marque 24 points lors de la quatrième rencontre, ne pouvant éviter la défaite de son équipe. Chamberlain réalise une exceptionnelle performance lors du match 5 avec 50 points. Les Warriors diminuent l’écart mais les Celtics obtiennent leur place en finale dès la sixième partie en battant l’équipe de Chamberlain sur un panier à la dernière seconde de Heinsohn. Les Celtics de Boston remportent ensuite le titre de champion NBA, le deuxième de suite.

À la fin de sa première année en NBA, Wilt Chamberlain a déjà marqué l’histoire du championnat. Avec huit records NBA battus en une saison, il obtient les récompenses de NBA Rookie of the Year et NBA Most Valuable Player (MVP), soit meilleur débutant et meilleur joueur du championnat. Il devient le premier à obtenir les deux récompenses lors de la première année dans le championnat. Wilt Chamberlain domine la ligue avec 37,6 points de moyenne, pulvérisant le record de 29,2 points de Bob Pettit. Il ne devient pas seulement le premier joueur à marquer plus de 30 points en moyenne, il est le meilleur rebondeur de la NBA avec 27 rebonds de moyenne en devançant Bill Russell (24 rebonds de moyenne)25. Enfin, Chamberlain reçoit le NBA All-Star Game Most Valuable Player Award récompensant le meilleur joueur du NBA All-Star Game.

Malgré ces récompenses, Wilt Chamberlain annonce après la défaite contre Boston en fin de saison vouloir quitter la NBA pour des raisons financières. Les Harlem Globetrotters souhaitent le recruter à long terme mais il ne réalise qu’une tournée en Europe avec l’équipe. Chamberlain signe finalement un contrat de trois ans avec les Warriors de Philadelphie pour 65 000 dollars, faisant de lui l’un des athlètes américains les mieux payés.

La saison suivante, l’impact de Chamberlain est encore plus important, il termine à nouveau meilleur marqueur de la ligue, battant son précédent record avec 38,4 points par match soit 32 % des points de son équipe. Le 24 novembre 1960, il prend 55 rebonds face aux Celtics de Boston de Bill Russell. Avec un peu plus de 27 rebonds en moyenne lors de la saison régulière, Chamberlain bat le record de la NBA. Malgré ses nouveaux records, son équipe est éliminée en demi-finale de conférence en trois matches à zéro par les Syracuse Nationals. Les Celtics de Boston et Bill Russell remportent leur troisième titre NBA consécutif.

Après l’échec lors des séries éliminatoires de la saison 1960-1961, le propriétaire de la franchise de Philadelphie Eddie Gottlieb renvoie l’entraîneur Neil Johnston et recrute Frank McGuire. Pendant l’intersaison, Wilt prend à nouveau la route avec les Harlem Globetrotters puis passe quelque temps dans une grande maison qu’il a offert à ses parents à Philadelphie.

Loin de réaliser les mêmes performances que celles réalisées plus jeune, Wilt Chamberlain continue à battre des records. Lors de cette saison 1971-1972, il établit un nouveau nombre de rebonds en carrière devant son rival Bill Russell. En février, il est le premier à inscrire son 30 000e point en carrière. Sélectionné pour le All-Star Game, Chamberlain commence la rencontre sur le banc. Il est ensuite touché par des blessures et joue le mois de mars avec un os cassé dans la main droite. S’il joue de moins en moins, Wilt Chamberlain reste celui qui prend le plus de rebonds pour son équipe. Lors de cette saison régulière, sa moyenne de points diminue à 14,8 unités par match.

Le début des playoffs 1972 des Lakers est impressionnant avec une victoire sans revers contre les Bulls de Chicago. Les Lakers ont alors l’occasion de prendre leur revanche en finale de conférence. La première rencontre est à sens unique pour les Bucks de Milwaukee, qui s’imposent sur un score de 93 à 72. Les 26 rebonds de Chamberlain sont le seul point positif pour les Lakers. L.A. domine les deux rencontres suivantes, Wilt bloquant 10 tirs lors du match. Avec un huit sur huit aux lancers francs, Chamberlain participe à l’avantage des Lakers. L’équipe de Los Angeles se qualifie pour les finales NBA après avoir été mené de dix points au début du dernier quart temps du match. Wilt Chamberlain joue toute la partie, marquant 22 points prenant 24 rebonds et contrant 9 tirs.

Les Lakers de Los Angeles ont l’avantage du terrain en finales NBA contre les Knicks de New York. Les joueurs new-yorkais prennent les devant en remportant le premier match. Wilt Chamberlain s’active offensivement dans la deuxième rencontre pour poser des problèmes de fautes à Jerry Lucas. Revenu au score, les Lakers enchaînent à New York grâce aux 26 points et 20 rebonds de Chamberlain. Ils continuent en battant en prolongation les Knickerbockers sur le score de 116 à 111. Après avoir joué 53 minutes, Wilt Chamberlain est fatigué et s’est blessé au poignet droit. Les médecins doutent qu’il puisse jouer le cinquième match. Chamberlain est la star de cette rencontre avec 24 points, 29 rebonds et 10 contres. Les Lakers gagnent un nouveau titre NBA en battant New York 114 à 100.

En 1973, il devient entraîneur en ABA avec les San Diego Conquistadors pour un bilan de 37 victoires contre 47 défaites en saison régulière, avant d’être éliminé en demi-finale de conférence ouest par les Utah Stars.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.