William Thomson (Lord Kelvin), physicien.

William Thomson, mieux connu sous le nom de Lord Kelvin (Belfast, 26 juin 1824 – Largs, 17 décembre 1907), 1er baron Kelvin, est un physicien britannique d’origine irlandaise reconnu pour ses travaux en thermodynamique.

Une des innovations de Kelvin est l’introduction d’un « zéro absolu » correspondant à l’absence absolue d’agitation thermique et de pression d’un gaz, dont il avait remarqué les variations liées selon un rapport linéaire. Il a laissé son nom à l’échelle de température, dite absolue, ou température « thermodynamique », mesurée en kelvins.

Son titre de Lord Kelvin fait référence à la rivière du même nom, qui coule à proximité de son laboratoire à l’université de Glasgow.


On retrouve sa trace dans nombre de théorèmes dits de Thomson, où le théorème de Stokes intervient. Ses mémoires contribueront beaucoup à l’épuration de la théorie des vortex, dont sortira, comme un joyau, l’analyse vectorielle de Gibbs (1839-1903) : les vecteurs sont si familiers de nos jours que cela est un peu occulté.

Atomiste, il eut une vision originale de la théorie des atomes à base de nœuds, vortex et quaternions, théorie remarquable, mais sans issue.

Il a aussi construit un des premiers calculateurs analogiques, un prédicteur de marées mécanique appliquant les principes de l’analyse harmonique.

Ses études de la conduction thermique lui firent trouver, vers les années 1850, un temps de refroidissement de la Terre qui, sans conforter les études bibliques, était néanmoins incompatible avec les travaux de Charles Lyell (1797-1875), fondateur des « couches géologiques ». En effet, la théorie de Lyell suggère que la Terre a été façonnée lentement sur une très longue période de temps par des forces toujours existantes. Or, Lord Kelvin aboutit à un temps bien trop court pour être en accord avec les travaux de Lyell. De ce fait, il fut mal considéré par les pro-darwiniens.

Lord Kelvin a prédit que l’âge de la Terre était proche de celui du Soleil et ne pouvait pas être supérieur à l’âge du Soleil. Lors de son calcul de l’âge du Soleil3, Kelvin émet l’hypothèse d’une « source (d’énergie) inconnue à ce jour », il n’ignorait pas les travaux de Lyell (et Darwin), et ajoute cette hypothèse pour accorder ses calculs aux travaux de Lyell. Il prédit donc l’énergie nucléaire. Son calcul est correct (20 millions d’années et maximum 500 millions d’années), mais incomplet, car sans l’énergie nucléaire qui est inconnue à son époque.

Son calcul de l’âge de la terre est basé sur le refroidissement de la Terre et sur le gradient de température constaté dans les profondeurs, donnant une fourchette se situant entre 24 et 400 millions d’années. Ayant un maximum de 500 millions d’années (âge du Soleil), cet âge de la terre semblait cohérent pour Lord Kelvin. La différence pour l’âge de la Terre est due au transfert thermique interne dans le manteau par convection, alors que Kelvin avait présumé un transfert de chaleur par conduction thermique.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.