William Shakespeare, dramaturge, poète et acteur.

William Shakespeare est un dramaturge, poète et acteur anglais baptisé le 26 avril 1564 à Stratford-upon-Avon et mort le 23 avril 1616 dans la même ville. Surnommé « le Barde d’Avon », « le Barde immortel » ou simplement « le Barde », il est considéré comme l’un des plus grands poètes et dramaturges de langue anglaise. Son œuvre, traduite dans de nombreuses langues, se compose de 39 pièces, 154 sonnets et quelques poèmes supplémentaires, dont certains ne lui sont pas attribués de manière certaine.

Après des études à Stratford-upon-Avon, dans le Warwickshire, Shakespeare se marie à 18 ans avec Anne Hathaway, avec qui il a trois enfants. À une date inconnue entre 1585 et 1592, il entame sa carrière d’acteur et auteur à succès à Londres au sein des Lord Chamberlain’s Men, une troupe dont il est actionnaire. Il semble s’être retiré à Stratford vers 1613 pour y mourir trois ans plus tard. Il ne subsiste guère de traces de l’homme Shakespeare, ce qui a engendré de nombreuses spéculations concernant son apparence physique, sa sexualité, sa religion. Des théories marginales avancent que son œuvre a été en réalité écrite par un autre.

Shakespeare rédige la majeure partie de ses pièces entre 1589 et 1613. Les premières sont surtout des comédies et des pièces historiques, puis il se consacre davantage aux tragédies comme Hamlet, Othello, Le Roi Lear et Macbeth. À la fin de sa vie, il rédige des tragi-comédies et collabore avec d’autres dramaturges. De son vivant, bon nombre de ses pièces sont publiées dans des ouvrages bon marché de qualité variable. En 1623, deux de ses amis éditent le « Premier Folio », un recueil qui comprend presque toute son œuvre théâtrale sous une forme définitive. Dans sa préface, Ben Jonson prédit correctement le caractère intemporel de Shakespeare, dont les pièces continuent à être mises en scène, adaptées, redécouvertes et réinterprétées au fil des siècles dans des contextes culturels et politiques variés.


William Shakespeare est le fils de John Shakespeare (vers 1531-1601) et Mary Arden (vers 1537-1608). Son père, originaire de Snitterfield dans le Warwickshire, est un gantier prospère établi à Stratford-upon-Avon où il occupe la charge d’alderman, tandis que sa mère est la fille d’un riche propriétaire terrien de Wilmcote. Né à Stratford, William Shakespeare est baptisé le 26 avril 1564. Sa date de naissance exacte est inconnue. Une tradition qui trouve son origine dans une erreur commise par le critique George Steevens au XVIIIe siècle la situe le 23 avril. Cette date est reprise par de nombreux biographes, séduits par la coïncidence avec la Saint-Georges, fête du saint patron de l’Angleterre, ainsi qu’avec le jour de la mort du dramaturge en 1616. William est le troisième des huit enfants des Shakespeare et l’aîné des fils qui survivent à la petite enfance.

La plupart des biographes de Shakespeare considèrent qu’il est probablement scolarisé à la King’s New School de Stratford, bien qu’aucun registre de présence ne subsiste de cette époque. Cette grammar school a été fondée par une charte royale d’Édouard VI en 1553 et se situe à moins de 500 mètres de la maison de John Shakespeare. Les écoles anglaises sont de qualité variable, mais elles partagent le même programme par décret royal. Il repose principalement sur l’étude intensive de la grammaire du latin classique et de la littérature latine.

William Shakespeare est âgé de dix-huit ans lorsqu’il se marie avec Anne Hathaway, la fille d’un yeoman de Shottery, âgée de vingt-six ans. Le consistoire du diocèse de Worcester émet un certificat de mariage le 27 novembre 1582, qui autorise la célébration des noces après seulement une publication des bans au lieu de trois. Le lendemain, deux voisins de Hathaway certifient qu’il n’existe aucun empêchement légal à cette union. Cette précipitation s’explique par l’état de Hathaway, qui accouche six mois plus tard d’une fille, Susanna, baptisée le 26 mai 1583. Des jumeaux, Hamnet et Judith, naissent un an et demi plus tard et sont baptisés le 2 février 1585. Hamnet meurt à l’âge de onze ans de causes inconnues ; il est enterré à Stratford le 11 août 1596.

Après la naissance des jumeaux, Shakespeare disparaît presque complètement des documents d’époque pendant sept ans, jusqu’à sa réapparition comme figure établie du petit monde du théâtre londonien en 1592. Sa seule mention dans les sources pour cette période figure dans les documents concernant un procès tenu au Queen’s Bench de Westminster entre fin 1588 et fin 1589. Les biographes du dramaturge rapportent de nombreuses histoires apocryphes censées avoir eu lieu pendant ces « années perdues » de sa vie. Le premier d’entre eux, Nicholas Rowe (1674-1718), rapporte une légende de Stratford selon laquelle Shakespeare se serait enfui à Londres pour échapper à la justice après avoir été surpris braconnant sur les terres de Thomas Lucy. Il aurait pris sa revanche plus tard en composant un poème calomnieux contre Lucy. Une autre légende affirme que Shakespeare aurait fait son entrée dans le monde du théâtre comme valet d’écurie. John Aubrey (1626-1697) rapporte qu’il aurait été maître d’école quelque part à la campagne, une idée reprise au XXe siècle à la suite de la découverte d’un certain « William Shakeshafte » dans les légataires du testament d’Alexander Hoghton, un propriétaire catholique du Lancashire. Aucune de ces légendes n’est fondée sur davantage que des racontars et des hypothèses qui ne font pas consensus ; Shakeshafte est un patronyme courant dans le Lancashire.

La date et la manière dont débute la carrière d’acteur et d’écrivain de Shakespeare sont inconnues. Il est suffisamment connu en 1592 pour être la cible de Robert Greene. Dans son pamphlet Greene’s Groats-Worth of Wit (en), publié à titre posthume, Greene accuse à mots couverts Shakespeare de n’être qu’un touche-à-tout médiocre, qui a l’outrecuidance de vouloir rivaliser avec des dramaturges établis sortis d’Oxford et de Cambridge comme Christopher Marlowe, Thomas Nashe ou Greene lui-même. Il s’agit de la toute première allusion à l’œuvre théâtrale de Shakespeare, qui pourrait avoir débuté à n’importe quelle date entre le milieu des années 1580 et l’attaque de Greene.

À partir de 1594, les pièces de Shakespeare sont exclusivement interprétées par les Lord Chamberlain’s Men, une compagnie d’acteurs à laquelle il appartient et qui devient rapidement la plus populaire de Londres. Après la mort de la reine Élisabeth Ire, en 1603, son successeur Jacques Ier devient le mécène de la troupe, qui se rebaptise les King’s Men. Plusieurs membres de la compagnie s’associent en 1599 pour faire construire leur propre théâtre dans le quartier de Southwark, au sud de la Tamise : le Globe. Ils prennent également le contrôle du Blackfriars Theatre (en) en 1608. Les archives montrent que Shakespeare tire des bénéfices substantiels de son association avec la troupe. En 1597, il est en mesure de racheter la deuxième plus grande maison de Stratford, New Place.

Les pièces écrites par Shakespeare commencent à être publiées au format in-quarto en 1594. Son nom apparaît sur les pages de titre à partir de 1598, signe d’une certaine popularité. Il continue à se produire comme acteur, y compris dans des pièces d’autres auteurs, jouant ainsi dans Every Man in His Humour (en) (1598) et Sejanus His Fall (en) (1603) de Ben Jonson. En revanche, il ne figure pas dans la distribution de Volpone en 1605, ce qui est interprété par certains biographes comme la preuve de la fin de sa carrière d’acteur. Néanmoins, le Premier Folio de 1623 affirme qu’il fait partie des rôles principaux de toutes ses pièces, dont certaines n’ont commencé à être jouées qu’après 1605, sans que l’on sache les rôles qu’il interprète. En 1610, John Davies de Hereford affirme que le « bon Will » jouait les rôles « royaux » Un siècle plus tard, Nicholas Rowe rapporte la tradition selon laquelle il interprétait le spectre du roi dans Hamlet. D’autres rôles lui sont attribués ultérieurement : Adam dans Comme il vous plaira, le chœur dans Henri V. Les spécialistes remettent en question les sources de ces informations.

Durant toute sa carrière, Shakespeare partage son temps entre Londres et Stratford. En 1596, il réside dans la paroisse de St. Helen’s à Bishopsgate. Il déménage à Southwark avant 1599, année de la fondation du Globe, puis retourne vivre de l’autre côté de la Tamise avant 1604. Cette année-là, il loue un appartement à un huguenot français dans un quartier au nord de la cathédrale Saint-Paul qui comprend plusieurs belles maisons.

Nicholas Rowe est le premier à affirmer que Shakespeare prend sa retraite pour aller passer à Stratford les dernières années de sa vie, une affirmation reprise par Samuel Johnson. Cependant, l’idée de prendre sa retraite n’est pas courante au début du XVIIe siècle. De fait, un document de 1635 indique qu’il est encore actif sur les planches à Londres en 1608. Cependant, l’épidémie de peste bubonique qui frappe Londres l’année suivante entraîne de fréquentes fermetures pour les théâtres de la ville (ils sont fermés pendant plus de 60 mois entre mai 1603 et février 1610), ce qui réduit les opportunités de travailler pour les acteurs.

La présence de Shakespeare à Londres est encore attestée entre 1611 et 1614. En 1612, il est appelé à témoigner dans l’affaire Bellott v. Mountjoy. En mars de l’année suivante, il achète une porterie de l’ancien prieuré de Blackfriars. À partir de novembre 1614, il passe plusieurs semaines à Londres chez son gendre John Hall. Il rédige moins de pièces à partir de 1610 et aucune ne lui est attribuée après 1613. Ses trois dernières sont le fruit d’une collaboration, probablement avec John Fletcher, son successeur comme dramaturge attitré des King’s Men.

William Shakespeare meurt le 23 avril 1616 à l’âge de 52 ans, un mois après avoir établi son testament, dans lequel il se décrit comme « en parfaite santé ». Les circonstances de son décès ne sont rapportées par aucune source d’époque. Un demi-siècle plus tard, le vicaire de Stratford John Ward (en) rapporte qu’il aurait été pris de fièvre à la suite d’une soirée trop arrosée avec Michael Drayton et Ben Jonson et qu’il en serait mort.

Sa femme et ses deux filles lui survivent. L’aînée, Susanna, s’est mariée au docteur John Hall en 1607, tandis que Judith a épousé un marchand de vin, Thomas Quiney, deux mois avant la mort de son père. Susanna hérite de la majeure partie des biens de Shakespeare, qu’elle est censée transmettre intacts à l’aîné de ses éventuels fils. Les Quiney ont trois enfants qui meurent sans descendance. Les Hall n’ont qu’une fille, Elizabeth, qui meurt en 1670 sans avoir eu d’enfant de ses deux maris. Sa mort marque l’extinction de la descendance du dramaturge.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.