Wernher von Braun, ingénieur.

Wernher von Braun est un ingénieur allemand, né le 23 mars 1912 à Wirsitz, en Posnanie, et mort le 16 juin 1977 à Alexandria, en Virginie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est l’un des principaux ingénieurs qui permettent le vol des fusées allemandes de type V2, le premier missile balistique de l’histoire ; dans l’administration du Troisième Reich, il atteint le grade de SS-Sturmbannführera. Transféré aux États-Unis après la capitulation allemande, il est naturalisé américain en 1955 et joue un rôle majeur dans le développement des fusées, notamment celles qui ont permis la conquête spatiale américaine.

En 1930, alors âgé de 18 ans, Wernher von Braun rejoint un groupe de passionnés d’astronautique qui, au sein de la Verein für Raumschiffahrt, met au point de petites fusées expérimentales. Pour poursuivre ses travaux de recherche sur la propulsion à ergols liquides, il accepte de rallier en 1932 le département balistique de la direction des Armements de l’armée allemande dirigé par Walter Dornberger. Au sein de cette institution militaire, il prend la tête d’un programme de recherche sur les fusées à propulsion à ergols liquides, qui bénéficie d’un soutien financier croissant des dirigeants militaires allemands dans le contexte d’une politique de réarmement de l’Allemagne portée par l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en janvier 1933. Grâce à ses talents d’organisateur et ses compétences techniques, son équipe d’ingénieurs met au point des fusées de puissance croissante allant de l’A1 à l’A4. Cette dernière, d’une masse de treize tonnes et dotée d’une portée de plus de trois cents kilomètres, est conçue dès le départ pour servir de missile balistique avec une charge militaire de plus de huit cents kilogrammes. Elle effectue son premier vol en 1942 et constitue une avancée majeure par rapport à toutes les fusées développées jusque-là. Sous l’appellation V2, le missile est lancé depuis des rampes mobiles à plusieurs milliers d’exemplaires sur les populations civiles de Grande-Bretagne au cours des deux dernières années de la Seconde Guerre mondiale mais, manquant à la fois de précision et de puissance de frappe, il n’a pas d’influence sur l’issue de la guerre.

Von Braun, entier postal, Allemagne.

Après la défaite allemande, dans le cadre de l’opération Paperclip, Wernher von Braun et les principaux ingénieurs ayant participé au projet V2 sont récupérés par les forces américaines. Von Braun est placé à la tête d’une équipe constituée principalement d’ingénieurs allemands. Au début des années 1950, l’équipe de von Braun est installée à Huntsville où elle développe les premiers missiles balistiques de l’armée de terre américaine. Lorsque la course à l’espace est lancée à la fin des années 1950, c’est la fusée Juno I, développée par ses équipes, qui place en orbite le premier satellite artificiel américain Explorer 1. Spécialiste reconnu des lanceurs, il devient responsable du centre de vol spatial Marshall créé par l’agence spatiale américaine (la Nasa) pour développer la famille de fusées Saturn. Il joue un rôle pivot dans le développement du lanceur Saturn V qui permet le lancement des missions lunaires du programme Apollo. À la suite de la réduction du budget alloué au programme spatial américain, il quitte la Nasa pour le secteur privé en 1972.

Von Braun a eu une relation complexe et ambivalente avec le régime nazi. Il est pour certains hauts dirigeants un modèle et joue un rôle important sans état d’âme dans l’effort de guerre allemand. Il est par ailleurs impossible qu’il ait pu ignorer les conditions de travail inhumaines des déportés chargés de construire les V2 dans les tunnels de Dora, qui ont conduit à la mort de milliers d’entre eux.


Comme pour les autres précurseurs de l’astronautique, sa passion pour cette discipline naît de la lecture des écrits et calculs de Constantin Tsiolkovski. Doué en mathématiques, von Braun fait ses études à l’École polytechnique fédérale de Zurich et à l’université technique de Berlin (l’Institut Kaiser-Wilhelm) où il reçoit son diplôme d’ingénieur en mécanique, tout en consacrant ses loisirs, à partir de 1930, à construire et à expérimenter de petites fusées au sein d’une équipe réunie par le précurseur Hermann Oberth, la VfR, sigle de Verein für Raumschiffahrt (« Association pour la navigation aérospatiale »). Les expérimentations ont lieu à Reinickendorf dans Berlin, sur un terrain de cent cinquante hectares, qu’ils baptisent Raketenflugplatz (« aéroport de fusées »).

À partir de 1929, l’armée de terre allemande commence à s’intéresser aux fusées. Elle crée un « Bureau des engins balistiques spéciaux » rattaché à la direction de l’armement, dirigé par le colonel Karl Becker et le capitaine Walter Dornberger. Celui-ci est chargé de mettre au point des fusées à propergol solide de 5 à 9 kg et d’effectuer des recherches théoriques sur la propulsion à ergols liquides. Un champ de tir situé à Kummersdorf dans la banlieue de Berlin est utilisé pour effectuer des lancements de roquettes à propergol solide entre 1930 et 1932. Becker et Dornberger, qui ont suivi les travaux du VfR, concluent au printemps 1932 un accord avec Rudolf Nebel pour que celui-ci effectue un tir de sa fusée Repulsor sur le champ de tir militaire de Kummersdorf contre une rémunération de 1 000 Reichsmark. Le vol qui a lieu en juillet est un demi-succès mais Dornberger propose tout de même de subventionner les travaux à condition que ceux-ci soient menés de manière scientifique et que les essais ne soient plus publics. Nebel, bien qu’adhérent de l’association paramilitaire de droite Stahlhelm, Bund der Frontsoldaten, refuse ces conditions car il se méfie des militaires et entretient des relations difficiles avec Becker. Celui-ci a plus de succès lorsqu’il effectue la même proposition à von Braun qui a participé aux négociations entre Nebel et les militaires. Becker propose de financer une thèse de von Braun sur la propulsion à ergols liquides, à condition que les essais des fusées issues de ces travaux se déroulent à Kummersdorf. En novembre 1932, von Braun et le mécanicien Heinrich Grünow commencent le développement d’une nouvelle fusée. Trois mois plus tard, ils font fonctionner durant 60 secondes sur banc d’essais un moteur à ergols liquides d’une poussée de 103 kilogrammes brûlant un mélange d’oxygène liquide et d’alcool. Un deuxième moteur, refroidi par circulation d’alcool et fournissant une poussée triple, fonctionne quelques mois plus tard.

Von Braun, entier postal,Tchéquie.

Le 16 avril 1934, von Braun remet sa thèse de doctorat sur la propulsion des fusées, intitulée Solutions théoriques et expérimentales au problème des fusées propulsées par des carburants liquides. Technique des fusées et recherche dans le domaine du vol spatial. Classée confidentielle, elle n’est publiée qu’en 1960. Longue, et périlleuse, avec les matériaux de l’époque, la mise au point d’un moteur-fusée à propergols (carburant et comburant) liquides est menée en collaboration avec le Dr Thiel. En 1934, Wernher von Braun lance de l’île de Borkum, en mer du Nord, deux exemplaires (Max et Moritz) de la fusée A2 (Aggregat 2) dont le moteur développe une tonne de poussée. Elles atteignent l’altitude de 2 200 mètres. En août 1935, le groupe de von Braun reçoit 5 millions de marks de la Luftwaffe et 6 millions de l’armée pour développer un moteur-fusée.

Début 1936, von Braun se rend sur la côte de la Poméranie à la recherche d’un terrain d’essais pour fusée. Il le trouve à Peenemünde, dans l’île d’Usedom. L’équipe de von Braun a besoin d’un terrain au bord de la mer Baltique pour tirer le long des côtes et installer des bases de mesure. Le 2 avril 1936, lors d’une conférence, la décision d’acquérir le terrain d’Usedom est entérinée. Le soir même, le maire de la commune signe l’acte d’achat qui comprend le déplacement des habitants. La construction du centre d’essais démarre en avril 1936.

En 1937, toujours pour obtenir davantage de moyens, il adhère au parti nazi, le NSDAP. Von Braun reconnaîtra après-guerre avoir personnellement rencontré Hitler à trois reprises : la première fois au centre d’essais de Kummersdorf en 1934, et deux autres fois à Berlin au cours de l’année 19428. Il est nommé directeur technique du centre d’essais de Peenemünde et assure entre 1939 et 1942 la mise au point de la fusée A4 (Aggregat 4) qui, utilisée comme arme, prendra le nom de V2 (V pour Vergeltungswaffe « arme de représailles ») et dont plus de 3 000 exemplaires seront lancés principalement sur l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers, Liège, Bruxelles) et les Pays-Bas (La Haye) en 1944 et 1945.

En 1944, il est décoré de la croix du Mérite de guerre. Adulé par le régime — Hitler voit en lui le type du surhomme aryen — il est promu trois fois par Himmler, la dernière fois, en juin 1943, comme SS-Sturmbannführer. En 1943, Hitler donne la priorité absolue au programme des fusées A4. La fabrication des V2 s’intensifie et leur construction commence à utiliser des déportés des camps de Dora-Mittelbau et Buchenwald. Von Braun appartient à l’équipe dirigeante des spécialistes des fusées, supervisant les ingénieurs, les travailleurs civils et les déportés de Dora.

Von Braun avait cependant compris à cette époque que l’Allemagne ne pouvait pas gagner la guerre et que le V2 ne serait pas l’arme miracle capable de retourner la situation militaire. Il l’évoque ouvertement avec ses équipes, ainsi que ses projets sur l’avenir civil des fusées, notamment pour le trafic postal entre les États-Unis et l’Europe. Il est alors arrêté par la Gestapo le 14 mars 1944 avec deux de ses collaborateurs pour défaitisme et sabotage, en l’occurrence pour avoir consacré « des ressources vitales pour la guerre à des projets pacifiques ». Walter Dornberger et Albert Speer, ministre de l’Armement et de la Production de guerre, obtiennent de Hitler sa libération conditionnelle après deux semaines de cachot. Dans ses mémoires, Albert Speer précise que Hitler lui aurait déclaré que von Braun « serait à l’abri de toute poursuite pénale aussi longtemps qu’il me serait indispensable ».

En 1950, il est nommé directeur technique du Redstone. Il est à l’origine du missile Redstone, dérivé directement du V2 allemand, et premier missile balistique guidé de l’armée américaine, qui sera utilisé en 1961 pour le lancement des premiers astronautes américains. Il est nommé directeur des recherches de l’Agence pour les missiles balistiques de l’armée de terre américaine en 1956. Il assure la mise au point des missiles Pershing et Jupiter.

Au milieu des années 1950, il collabore avec Walt Disney à un grand nombre de films éducatifs ayant pour thème le programme spatial américain, pour tenter de populariser le rêve de l’aventure spatiale : Man in Space et Man and the Moon en 1955, puis Mars and Beyond en 1957. Ces films attirèrent l’attention non seulement du public, mais aussi des responsables du programme spatial soviétique. Dès 1954, Wernher von Braun expose à l’American Rocket Society un projet de mise en orbite d’un satellite artificiel, en utilisant comme lanceur le missile Redstone ; l’armée de terre, dont dépend von Braun, soutient l’idée, et lance sur cette base le projet Orbiter.

Mais le président Eisenhower ne place pas l’astronautique dans les priorités de son programme, et ne souhaite pas, en outre, que le lancement du premier satellite américain soit confié à une équipe majoritairement allemande. Le projet Orbiter est donc abandonné en août 1955, au profit du programme Vanguard, un programme concurrent qui dépend de la marine. Il faudra le succès de l’astronautique soviétique avec le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik 1, le 4 octobre 1957, et l’échec cuisant du lancement du satellite TV-3 par la marine américaine et son lanceur Vanguard, le 6 décembre 1957, pour que von Braun revienne sur le devant de la scène, en prenant une part décisive dans le lancement du premier satellite artificiel américain (Explorer 1).

En 1958, l’agence spatiale américaine Nasa est fondée pour fédérer les efforts de recherche spatiale américains. Von Braun est nommé directeur du centre de vol spatial Marshall de l’agence (Huntsville, Alabama) et conservera ce poste stratégique jusqu’en 1970. Il participe aux programmes de vols habités Mercury et Gemini. Lorsque le programme Apollo est lancé par le président américain John Kennedy en 1961, von Braun prend en charge la conception de la fusée géante Saturn V, qui jouera un rôle essentiel dans la réussite des missions lunaires américaines.

Responsable des programmes jusqu’en 1970, il devient administrateur adjoint de la Nasa cette même année. Mais, très vite, il est en désaccord avec les nouvelles orientations de l’agence : von Braun souhaite poursuivre l’exploration spatiale vers Mars, alors que la priorité est désormais donnée à la mise au point de la navette spatiale.

En 1972, il quitte la Nasa et devient directeur adjoint de la société Fairchild Engine & Airplane Corporation. En 1975, il reçoit la National Medal of Science16. Le 16 juin 1977, il meurt des suites d’un cancer du foie à Alexandria (Virginie). Le premier vol de la navette spatiale Enterprise, prévu le jour même, a été reporté au lendemain en considération de cet événement.

Von Braun a eu une relation complexe et ambivalente avec le régime nazi. Il est devenu par commodité, dit-il, membre du NSDAP le 12 novembre 1937 sous le no 5 738 69217:96. Reçu et félicité par Hitler en personne, il rejoint en 1940 la SS avec le grade de SS-Untersturmführerb et le no 185 068 : après trois promotions il finira en juin 1943 SS-Sturmbannführer. Il prétend l’avoir fait par nécessité pour pouvoir continuer ses recherches d’ingénieur et affirme n’avoir porté que quelquefois l’uniforme SS, ce que des témoins de Peenemünde confirment18. Il existe d’ailleurs une photo où il est en uniforme SS aux côtés de Himmler. Il s’est dit aussi ignorant des conditions de travail inhumaines des déportés dans les tunnels de Peenemünde, qui est situé sur l’île Usedom en mer Baltique et donc à des centaines de kilomètres de Mittelwerk proche de Nordhausen, Thuringe, soit du camp de concentration de Dora ce qui est une invraisemblance manifeste. Pourtant von Braun reconnaissait « Beaucoup de ces détenus étaient dans un état effroyable de dénutrition. Je ne veux ni ne peux le nier. Les affamait-on systématiquement, comme on l’a souvent répété, pour les exterminer progressivement » (tiré de l’ouvrage : Wernher von Braun par Bernd Ruland, page 152). Après certaines tensions avec la Gestapo qui craint son départ pour l’Angleterre en mars 1944, il rentre en grâce et reçoit la croix du Mérite de guerre le 29 octobre 1944. Il ne se livrera aux Américains qu’après la mort de Hitler le 2 mai 1945.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.