Ville d’Ypres (Belgique).

Ypres (en néerlandais Ieper, en allemand Ypern) est une ville de Belgique située en Région flamande, chef-lieu d’arrondissement en province de Flandre-Occidentale.

Elle est située dans le Nord-ouest de la Belgique dans la région du Westhoek. La ville compte 35 000 habitants, ce qui en fait la sixième ville de Flandre-Occidentale. Avec Lille et les villes de l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais en France, elle participe aussi à un ensemble métropolitain de près de 3,8 millions d’habitants, appelé en France aire métropolitaine de Lille, s’organisant autour de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai.

Ypres est une ville historique avec un patrimoine architectural important, qui témoigne de la grandeur qu’a connue la ville au Moyen Âge, où elle fut l’une des principales cités drapières de Flandre, comme Bruges et Gand. Au xiiie siècle Ypres comptait au rang des plus grandes villes d’Europe mais elle tomba rapidement en déclin au profit de ses voisines. Plus récemment Ypres a été au centre des tristement célèbres batailles d’Ypres   durant la Première Guerre mondiale, la ville et ses monuments historiques ont alors été entièrement détruits. La plupart des monuments et des maisons anciennes ont été reconstruits à l’identique après la guerre, cela a donné lieu à un engouement pour le style régional, ainsi des maisons néo-flamandes diverses (gothiques, renaissances, baroques) mais s’inspirant très fidèlement de l’ancien ont été ajoutées pour compléter harmonieusement l’ensemble, ce qui donne aujourd’hui à cette ville un cachet flamand homogène et bien affirmé, évoquant Bruges.


La ville d’Ypres a pris naissance autour d’un domaine carolingien et d’un marché éloignés l’un de l’autre d’environ 600 m. Au XIe siècle, ces deux centres avaient pratiquement fusionné pour former un bourg doté d’attributions administratives, puisqu’un burgrave y gouvernait la châtellenie d’Ypres au nom du comte de Flandres.

Ce fut la ville natale de Guillaume d’Ypres, un capitaine de mercenaires qui combattit avec succès aux côtés du roi Étienne d’Angleterre contre l’impératrice Mathilde.

C’est au XIIe siècle qu’Ypres devint florissante. En tant que troisième ville de Flandres (derrière Gand et Bruges), Ypres fut appelée à jouer un rôle de premier plan dans l’histoire du comté. Son marché annuel avait un rayonnement européen, et elle devint pour un temps la seconde plus importante ville de la hanse flamande de Londres4 ; dès le début du XIIe siècle, Ypres commerçait avec Novgorod, l’Angleterre, les villes de Champagne, l’Italie et les pays du Levant. C’était aussi avec Arras l’un des grands centres artisanaux de la draperie, dont le commerce était alors des plus lucratifs, et pendant tout le XIIe siècle la capitale du drap en Flandres. L’artisanat du drap (de laine) atteignit son apogée vers 1250. Ypres pouvait être facilement approvisionnée avec une laine de haute qualité, qui était acheminée par bateaux sur l’Yser et l’Yperlée (qui n’est plus aujourd’hui navigable) depuis la côte où les moutons étaient élevés puis vendus sur les faubourgs7. Ypres rejoignit les scabini Flandriæ, une ligue de villes du nord qui, par suite de l’invasion française entre autres, se réduisit finalement à quatre membres : Gand, Bruges, Ypres et le Franc de Bruges. Ypres y conserva son droit de vote jusqu’en 1678.

La cité drapière fut affectée par la plupart des conflits qui agitèrent le Moyen Âge, parmi lesquels la bataille des éperons d’or, la bataille de Mons-en-Pévèle, la paix de Melun qui suivit la bataille de Bouvines, la bataille de Cassel.

Le déclin de l’artisanat du drap s’amorça, comme un peu partout en Flandre, au tournant du XIVe siècle. La ville demeura malgré tout un centre administratif et hospitalier majeur. Les premières fortifications semblent dater de 1385 : une partie en est encore visible près de la Porte de Lille (Rijselpoort). La célèbre Halle aux draps et son beffroi datent du XIIIe siècle. C’est vers cette époque qu’on précipitait, hors de la Halle aux draps, les chats, qui symbolisaient alors le Malin et la sorcellerie, sans doute pour signifier par cet acte que les transactions seraient vierges de toute action maléfique. Ce rituel est commémoré aujourd’hui par la « fête du chat » triennale.

La concurrence avec la laine anglaise et hollandaise, la guerre avec la France, les jacqueries, le siège de la ville et un bombardement soutenu par l’armée anglaise en 1383, la grande peste de 1347 et les épisodes de disette accablèrent Ypres, dont la production manufacturière chuta à 50 % de ce qu’elle était en 1300. La ville ne parvint pas à préserver ses débouchés commerciaux aussi bien que d’autres villes flamandes (Bruges, par exemple). L’effondrement économique et les épidémies provoquèrent l’exode de la plus grande partie des familles ouvrières au XVe siècle. La peste ravagea encore la ville à de nombreuses reprises entre le XIVe et le XVIIe siècle.

La ville était administrée par un bailli et des échevins. Ces magistrats étaient assistés par un Grand Conseil. Les échevins, après un mandat de deux ans, devaient attendre une année avant de pouvoir présenter à nouveau leur candidature à cet office. Ils pouvaient toutefois conserver une activité politique dans l’intervalle en siégeant au Grand Conseil11. Au Moyen Âge, l’échevinage était pratiquement détenu par une oligarchie de quelques familles. Contrairement à d’autres villes flamandes, un mandat d’échevin pouvait être détenu par la même personne pendant plusieurs années : tant que l’on restait fidèle au comte de Flandres, la charge était pérenne.

Le Grand Conseil était composé du bailli, des échevins, et de 27 conseillers, dont quatre représentants des quartiers, quinze représentants de la bourgeoisie et cinq représentants des artisans (tisserands et foulons essentiellement). Le collège des échevins était composé (en tout cas au XVIIe siècle) pour l’essentiel d’aristocrates, seigneurs et chevaliers, ce qui peut s’expliquer de la façon suivante : on sait qu’au cours du Moyen Âge, 75 % des échevins se consacraient au commerce et à l’artisanat ; à la chute de Charles le Téméraire, tous les échevins étaient devenus propriétaires de terres, et en 1521, les trois quarts de ces échevins vivaient de rentes foncières et des tenures. C’est ainsi que les artisans devinrent minoritaires au sein du Grand Conseil.

Enfin il faut ajouter que, contrairement aux autres villes de Flandre, l’échevinage employait des clercs rémunérés. Ces fonctionnaires, qui devaient prêter serment, assuraient l’intérim du collège des échevins.

À la fin du XVe siècle, la ville commença à se repeupler. Des tisserands possédant leur propre métier à tisser s’y installèrent. Ils amenaient une nouvelle mentalité, faite de curiosité et de foi intériorisée (devotio moderna). Ces nouveaux citoyens grossirent les rangs de la vague évangélique. En 1525, les échevins de la ville mirent en application le programme politique proposé par le philosophe Juan Luis Vives, particulièrement la mise à contribution des congrégations pour le traitement social de la mendicité. Cette initiative, combattue par les Franciscains, fut finalement sanctionnée favorablement par la Sorbonne et l’empereur Charles Quint. C’est à Ypres, en 1566, que prirent naissance les premiers troubles de la Furie iconoclaste aux Pays-Bas. Ce déchaînement de violence gagna rapidement les provinces du nord. Ypres, comme Bruges, tomba aux mains des calvinistes gantois en 1577. Le parti protestant conserva le pouvoir jusqu’en 1583, lorsque Farnèse envahit les Pays-Bas.

Dès 1559, à la suite de la réorganisation ecclésiastique des Pays-Bas, Ypres était devenu siège d’un évêché, suscitant l’arrivée de plusieurs ordres religieux. Elle eut notamment pour évêque Cornelius Jansen, dit Jansenius (dont la doctrine est connue sous le nom de jansénisme), qui mourut en 1638 lors d’une épidémie de peste, en visitant ses diocésains malades.

Auparavant, la ville retrouva une certaine prospérité au début du XVIIe siècle : on le voit à la recrudescence de construction d’édifices en pierre.

Ce n’est qu’à ce moment qu’on songea à reprendre les fortifications de la ville. Depuis Ypres, il était facile de contrôler tous les ports du littoral flamand : Nieuport, Bruges, Ostende, Furnes, et surtout Dunkerque. Les Espagnols abattirent les vieilles murailles médiévales et entourèrent la ville d’une enceinte bastionnée, ce qui n’empêcha pas les Français de s’emparer d’Ypres, d’abord en 1658, puis à nouveau le 25 mars 1678 par les traités de Nimègue.

Ypres, carte maximum, Belgique, 1962.

Le rattachement d’Ypres à la France est une conséquence de la bataille de la Peene livrée à Noordpeene un an plus tôt. Vauban, qui avait pu juger des défauts du dispositif en place, modifia à son tour profondément les ouvrages d’enceinte : il s’agissait pour lui d’une place frontière du « Pré carré ». La ville abrita dès lors une importante garnison (5 000 hommes), à laquelle toutes les activités manufacturières et commerciales étaient subordonnées. Il se mit en place une économie autarcique et surtout très dépendante du contexte politique et militaire.

Lors des traités d’Utrecht, les Provinces-Unies obtinrent le droit de garnison à Ypres et dans sept autres villes des Pays-Bas espagnols.

En 1782, l’empereur Joseph II ordonna le démantèlement des fortifications. Cette décision facilita la prise de la ville par les républicains français commandés par Pichegru le 17 juin 1794.

Après les inondations de Nieuport, (front de l’Yser), les Allemands reportèrent leurs attaques sur la région d’Ypres en octobre 1914. Ypres était située au centre de la zone dite du saillant d’Ypres, une saillie en forme de demi-cercle sur la ligne de front de l’ouest. Elle fut le théâtre de plusieurs batailles extrêmement sanglantes; lors de la première bataille d’Ypres en novembre 1914, pris sous les bombardements allemands, la cathédrale Saint-Martin et le beffroi (halles aux draps) brûlent. Lors de la troisième bataille d’Ypres (bataille de Passchendaele) en juillet 1917, l’armée allemande y utilisa pour la première fois les gaz de combat contre les troupes canadiennes. Celles-ci, n’étant pas équipées pour faire face à ce type d’attaque, résistèrent malgré les dommages causés par le gaz moutarde (dès lors aussi appelé « ypérite »). En avril 1918, une importante offensive allemande fut arrêtée à Merkem, au nord, par les Belges, et aux monts de Flandre par les Britanniques et les Français. À partir de septembre, la contre-attaque des Alliés, commandée par le maréchal Foch, permit de libérer la Belgique. Plus de 300 000 Alliés dont 250 000 soldats du Commonwealth trouvèrent la mort au cours des combats. Soumise aux bombardements de l’artillerie allemande, la ville médiévale était presque entièrement détruite à l’issue de la guerre. La campagne environnant Ypres n’est qu’une vaste nécropole : on y compte quelque 170 cimetières militaires.

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville d’Ypres est étroitement liée avec la ville du Touquet-Paris-Plage dans le Pas-de-Calais, France. Le comité franco-belge des réfugiés au Touquet-Paris-Plage établit, le 15 février 1915, une liste des réfugiés belges sur laquelle figurent 49 familles de la ville d’Ypres. En Mai 1915, le bourgmestre de la ville d’Ypres, René Colaert, membre fondateur de l’association des sinistrés de la Flandre occidentale, s’installe au Touquet-Paris-Plage d’où il poursuivra, avec les membres du conseil échevinal, l’administration de sa ville, organisant l’instruction des centaines d’enfants et l’assistance aux réfugiés. La villa Domrémy à l’angle sud-est des rues Saint-Jean et de Moscou accueille les services et le personnel de la ville d’Ypres. Dimanche 23 février 1919, le Conseil municipal d’Ypres dans l’impossibilité de se réunir en Belgique tient une séance en la mairie du Touquet-Paris-Plage pour discuter de la reconstruction de sa ville et des bâtiments communaux. Cette séance extraordinaire dure de 9 h à 19 h. Quelques jours après, monsieur Colaert, le Bourgmestre, adresse à la ville du Touquet-Paris-Plage, une lettre de remerciements.

Ypres, entier postal, Belgique.

Cette lettre trouve son prolongement dans l’appellation “Jardin d’Ypres” donnée, après délibération du conseil municipal du 2 février 1935, au jardin public du Touquet-Paris-Plage, le 30 juin 1935.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.