Ville d’Ushuaïa (Argentine).

Ushuaïa ou Ushuaia est la capitale de la province de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l’Atlantique Sud, la plus méridionale de l’Argentine. Située dans le sud de la grande île de la Terre de Feu en bordure de la baie éponyme, à proximité du canal Beagle et au sud-ouest de la province, dans le département d’Ushuaïa, la ville est considérée comme étant la deuxième plus australe du monde après Puerto Williams au Chili.

Ushuaïa a une superficie de 9 390 km2 et comptait 56 825 habitants en 2010. Elle dispose d’un port en eaux profondes qui est l’un des plus proches de l’Antarctique et est entourée par les monts Martial et Olivia et leurs vallées.


Avant l’explosion démographique de Ushuaïa, Puerto Williams (Chili) était considérée comme la ville la plus australe du monde. En se référant à la notion de ville (seuil de 20 000 habitants) établie par les Nations unies, Puerto Williams, 2 262 habitants en 2002, est trop petite pour mériter le terme de ville. Punta Arenas (également au Chili), 130 000 habitants en 2000, plus peuplée qu’Ushuaïa, est parfois tenue pour la ville la plus australe du monde, mais elle est située au nord-ouest d’Ushuaïa. Il est donc de convenance de considérer en référence aux différentes définitions et typologies :

  • le peuplement continu le plus austral du monde, Puerto Toro, 55° 05′ S, 67° 04′ O, sur l’île Navarino, port de pêche ;
  • le village le plus austral du monde, Puerto Williams, 54° 56′ S, 67° 37′ O, port et base navale ;
  • la ville la plus australe du monde est Puerto Williams (2 262 hab) au Chili située par 54° 56′ S, 67° 36′ O. la ville la plus australe du « continent » sud-américain, Punta Arenas, 53° 09′ S, 70° 53′ O, en se référant au cap Froward à 90 km au sud de la ville, par opposition à Ushuaïa qui se situe sur une île.

Les premières populations de cette terre arrivèrent à pied sur la grande île de la Terre de Feu, il y a plus de 10 000 ans. C’étaient des chasseurs et  cueilleurs nomades venant du nord, habitués à survivre avec les ressources naturelles d’une région qui était toujours reliée à la Patagonie continentale. Quelque temps après, une seconde vague de peuplement arriva, les nomades de la mer, les Yamanas, qui naviguaient d’îles en îles dans l’archipel  occidental de la Patagonie.

Durant les milliers d’années suivantes, l’érosion due aux eaux océaniques ou de grands mouvements telluriques conduisirent à couper en deux le continent, formant ainsi une grande île et un détroit entre deux océans. Bien des années plus tard, c’est cette même île et ce détroit que découvrit l’expédition de Magellan en 1520 : ils furent appelés l’Isla Grande et le détroit de Magellan.

Durant la traversée, les navigateurs espagnols observèrent du feu et de la fumée sur les côtes septentrionales. C’est pour cette raison qu’ils  baptisèrent l’île « Terre des Fumées » et « Terre des Feux ». Ce dernier nom sera transformé par le roi Charles-Quint en « Terre de Feu » (Tierra del Fuego). Durant les deux siècles qui suivirent, il y eut un certain nombre d’expéditions européennes et les premiers contacts avec les Amérindiens.

Une mission de pasteurs anglicans dirigée par Thomas Bridges s’installa dans les environs du canal Beagle en 1869, formant un premier  établissement proche de l’emplacement de la future ville.

Ushuaïa fut fondée le 12 octobre 1884 au fond de la baie éponyme ouverte sur le canal Beagle. Durant la plus grande partie de la première moitié du XXe siècle, la ville se développa autour d’une prison destinée à des criminels particulièrement dangereux. Le gouvernement argentin s’inspira de l’exemple des bagnes britanniques en Australie : s’échapper d’une prison sur une île aussi isolée est pratiquement impossible. Les prisonniers devinrent ainsi des colons et leurs principales activités étaient de couper du bois sur les terrains environnant la prison et de construire la ville.

Aujourd’hui, Ushuaïa est la capitale de la Terre de Feu, Antarctique et Îles de l’Atlantique Sud. Fabiana Ríos, a été élue Gouverneur de cette province le 17 décembre 2007, pour un mandat de quatre ans. Presque toute l’économie d’Ushuaïa est liée au tourisme d’une façon directe et indirecte.

Ushuaïa dispose d’une variété d’infrastructures hôtelières, de l’auberge de jeunesse au palace cinq étoiles, du bed and breakfast à la cabana sans oublier le camping.

À partir d’Ushuaïa, il est possible d’aller au parc national Tierra del Fuego (pour voir la baie Lapataia à l’ouest, à la frontière avec le Chili). Des voiliers et des navires permettent d’aller dans le canal Beagle pour voir les cormorans, les manchots de Magellan et lions de mer sur les îles alentour, de découvrir en plusieurs jours les glaciers de la cordillère Darwin, dans les canaux chiliens, ou tout aussi spectaculaire, de passer (voire de débarquer) au cap Horn. Le Phare du bout du monde, rendu célèbre par le roman éponyme de Jules Verne, est situé sur l’île des États, au large et à l’est de la pointe Mitre. Son accès reste difficile.

La majorité des touristes se contentent du phare Les Éclaireurs, situé dans la baie, juste en face de la ville ou d’une promenade sur le front de mer jusqu’à l’épave du St. Christopher ou jusqu’au monument aux morts de la guerre des Malouines. Les plongeurs sous-marins expérimentés peuvent se risquer à une exploration de l’épave du Monte Cervantes qui sombra près de ce phare en 1930.

En saison d’hiver, de juin à septembre, la ville est aussi une station de ski de piste et de fond mondialement connue pour sa qualité d’enneigement. Des équipes professionnelles du monde entier s’entraînent chaque année à la station de ski Cerro Castor. De la même façon, des formations au sein de l’École nationale de ski et d’alpinisme en juillet-août se déroulent pour former de futurs moniteurs de ski alpin. La pêche, l’équitation, le trekking sont également très prisés. Il est possible de survoler les environs en petit avion de tourisme.

Ushuaïa est la porte d’accès vers les régions les plus australes du globe. L’aéroport international d’Ushuaïa est desservi par des vols réguliers depuis Buenos Aires. Il existe également une liaison par autobus (48 heures environ de trajet depuis Buenos Aires), empruntant la fameuse et unique Ruta 3, la route la plus australe au monde. Des voiliers et des navires charters effectuent la traversée vers les îles Malouines (îles Falkland) et l’Antarctique.

Le musée du Bout du Monde (espagnol : Museo del Fin del Mundo) inauguré en 1979, se consacre essentiellement à la mise en valeur du patrimoine ethnographique et historique de la province.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.