Ville d’Evian-les-bains (Haute Savoie).

Évian-les-Bains, simplement appelée Évian, est une commune française de Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes, chef-lieu du canton d’Évian-les-Bains et ville centre de la communauté de communes Pays d’Évian Vallée d’Abondance, située sur les bords du lac Léman. Évian est surtout connue comme ville thermale et son eau minérale Évian, exploitée par la Société anonyme des eaux minérales d’Évian, filiale du groupe Danone.

Située sur le trajet de pèlerinages en direction de l’abbaye territoriale de Saint-Maurice d’Agaune, Évian aurait été tout d’abord une halte, notamment grâce à son port. Elle fut une des cités de l’ancien duché de Savoie et de la province du Chablais. Elle fut notamment une des résidences des ducs de Savoie.

Un historien, M. de Valois, mentionne des sources selon lesquelles la cité d’Épaone, rendue célèbre en 517, aurait été la même qu’Évian. Il indique dans son ouvrage que lorsque Sigismond accède au trône après s’être converti au catholicisme, les évêques se réunissent en concile d’Épaone, sur les bords du lac Léman, en Chablais, là où se trouve aujourd’hui Évian.

En 1265, le comte Pierre II de Savoie concède à la cité une charte de franchises : concedimus hominibus de Aquiano, qui modo, sunt in dicta villa et pro tempore erunt, libertates et franchesias infrascriptas. L’acte de 1265 mentionne un marché qui était déjà établi dans la ville et crée à l’occasion une foire. En 1279, son successeur et frère Philippe Ier complète la charte en accordant le « droit d’élire quatre prud’hommes ». En 1285, leur neveu, le comte Amédée V, donne des bois auxquels ils associent des droits d’exploitation, puis trois ans plus tard des droits relatifs au commerce de la pêche.

De 1536 à 1569, la ville, chef-lieu du bailliage d’Evian, est sous domination valaisanne. Elle est rendue à la Savoie par le traité de Thonon.

La ville va se développer entre le XIe et le XIVe siècle avant de rentrer en sommeil et de connaître un nouvel âge d’or aux XIXe et XXe siècles, grâce au développement du thermalisme.

Les quelques sources qui font surface à Évian sont encore très peu connues à l’époque de la Révolution française. Analysée en 1807 et en 1808, l’eau d’Évian démontre des qualités pour le traitement des voies urinaires. L’accès à Évian est facilité par la création de son port, puis le passage de la route nationale 5 qui relie Paris à Milan (1809).

Un Genevois, M. Fauconnet, fonde la Société des eaux minérales d’Évian en 1823. Il acquiert les deux sources dont la plus connue, la source dénommée Cachat, du nom de la famille qui les cède, le 16 mars 1827. La société de M. Fauconnet, après avoir fait faillite, est reprise en 1859 et l’on construit l’Hôtel des Bains. Viennent s’ajouter plusieurs autres établissements, l’hôtel des Quatre Saisons, l’hôtel de France, l’hôtel des Alpes, etc. Le cadre offert par la proximité du lac permet diverses attractions (promenades en canots, balades, etc.).

La Société anonyme des Eaux minérales de Cachat, créée le 9 décembre 1859 par des investisseurs parisiens, assure la vente de l’eau d’Évian. Dès l’année suivante la société Cachat inaugure l’Hôtel des Bains, le premier établissement de luxe d’Évian, renommé le Grand Hôtel des Bains.

Lors des débats sur l’avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l’idée d’une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures, dont 280 dans le village. Le duché est réuni à la suite d’un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? ».

Evian les bains, carte maximum, Evian, 19/10/1957.

Le 28 janvier 1865, la petite ville des bords du lac Léman (2 200 habitants) affiche sa nouvelle vocation en devenant Évian-les-Bains. Plusieurs sources suivent la principale, la source Cachat, et offrent leurs services : Guillot, Bonnevie, Corporau. Les expériences et l’utilisation de l’eau permettent de confirmer ses propriétés et de préciser les modes d’administration. En même temps que la Troisième République s’installe, les voies de communication, route et voie ferrée, permettent le développement du tourisme et l’accès à la station thermale.

Agrandi entre 1897 et 1898 d’un étage, d’une aile et de trois coupoles, par l’architecte Ernest Brunnarius, le Grand Hôtel des Bains est renommé le Splendide Hôtel, et propose désormais 200 chambres accessibles par ascenseur. Un tramway le dessert depuis la gare ferroviaire pendant 10 ans jusqu’à l’ouverture du funiculaire. Le Splendide est l’un des 20 hôtels construits pour permettre d’accroître la capacité d’accueil de la ville.

Une population touristique internationale fréquente Évian entre les deux guerres. De nombreuses têtes couronnées, des écrivains et personnes mondaines sont aperçues dans la ville (l’Aga Khan III, le maharadjah de Kapurthala, le président français Albert Lebrun…). Le Tour de France cycliste y fait également halte à plusieurs reprises, le premier départ en province de la Grande Boucle est donné à Évian (1926).

En juillet 1938, se tient une conférence initiée par le président américain Franklin Roosevelt pour traiter de la question de l’afflux de réfugiés, principalement juifs, fuyant le régime nazi en Allemagne et en Autriche récemment annexée. La conférence d’Évian réunit une trentaine de délégations internationales à l’hôtel Royal.

L’architecte Hébrard dessine pour la société des Eaux minérales un des plus remarquables hôtels de l’époque, l’hôtel Royal ouvert en (1907). De nombreuses villas sont également construites et bordent le lac. Un théâtre et le casino (dessiné également par Hébrard) occupent les curistes et les écrivains de l’époque (Anna de Noailles, Frédéric Mistral, Marcel Proust). La ville gagne du terrain en aménageant un quai sur le lac. L’établissement thermal, enfin, est construit à proximité de la résidence des frères Lumière (1902), laquelle fut transformée en Hôtel de ville.

Après la guerre, l’activité hôtelière redevient florissante jusqu’en 1950, mais la Seconde Guerre mondiale a démodé le thermalisme et détourné de nombreux touristes vers d’autres destinations. Les hôtels sont transformés en résidences, la fréquentation baisse et la renommée s’estompe.

Le 18 mars 1962, les accords d’Évian, après des négociations dans ce lieu, ont été signés entre les représentants du Front de libération nationale algérien et ceux du gouvernement français, préparant l’indépendance de l’Algérie. Cet événement permet à la station d’exister à nouveau, sous l’impulsion de Camille Blanc, maire de l’époque ; il est assassiné dans la nuit du 30 au 31 mars 1961, attentat attribué à l’OAS qui faisait pression pour que les négociations entre les deux parties ne se déroulent pas à Évian.

Fin 1975, le Splendide Hôtel ferme définitivement ses portes après dix années de déficits. Squatté, le bâtiment dépérit et la Société des Eaux finit par le faire démolir en 1983. A sa place est aménagé un parc.

Évian-les-Bains a accueilli le sommet du G8, du 1er au 3 juin 2003.

Le 8 février 2007, le ministre du Tourisme, Léon Bertrand, inaugure la partie congrès du palais Lumière.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, Youtube.