Ville des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône).

Les Baux-de-Provence sont une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les Baux, situés dans le massif des Alpilles, sont aujourd’hui principalement un site touristique avant d’être un lieu de vie. Ils sont un des plus beaux villages de France et accueillent plus d’un million et demi de visiteurs par an. 22 habitants vivent encore dans l’enceinte des Baux — la partie haute du village — et 450 habitants pour toute la commune.


Les capacités défensives des Baux en font depuis toujours un site attrayant pour l’habitat humain. Des traces d’habitat ont été retrouvées et datées de 6000 av. J.-C., comme à la grotte de Costapéra, découverte en 1928, qui abrite une sépulture collective du Bronze ancien. La place fut utilisée par les Celtes comme un fort ou un oppidum autour du IIe siècle av. J.-C. Pourtant des quartiers périphériques au castrum se développent très tôt, comme celui des Trémaïé. Le passage depuis l’oppidum des Baux jusqu’à la plaine au nord des Alpilles se fait par un chemin protohistorique rejoignant, par le vallon de Laval, la ville de Glanon, qui prendra ultérieurement le nom de Glanum.

Alors que la Protohistoire est fortement marquée par le pastoralisme et l’agriculture dans les Alpilles, on extrait de la pierre calcaire dans des carrières aux alentours des Baux où a été mis au jour un atelier de la fin du IIe et du début du Ier siècle. Lors de la seconde partie du premier âge du Fer (VIIe – VIe siècles av. J.-C.), la population se sédentarise et se met à construire en dur. Le castrum se structure à la manière d’un village avec ses rues et ses maisons adossées. Le processus d’installation permanente est à mettre en parallèle avec l’intensification des échanges économiques avec les commerçants méditerranéens. En échange de produits de luxe, les habitants des Alpilles produisent des céréales et passent d’une état d’autarcie à une véritable économie d’échange. Au cours des siècles suivants, la population des Alpilles diminue de façon conséquente : le comptoir grec d’Arles attire de nombreux habitants venus de toute la région.

Au Moyen Âge, il devint la place forte d’un domaine féodal contrôlant 79 villes et villages des alentours. La forteresse fut construite du XIe au XIIIe siècle sur une vaste étendue de sept hectares. Les princes de Baux contrôlèrent la Provence pendant de nombreuses années et y gagnèrent une forte réputation. Ils disaient descendre du roi mage Balthazar, ajoutant à leurs armoiries une étoile d’argent à seize branches pour rappeler celle qui, selon l’Évangile, guida les trois mages vers Bethléem. Leur devise était : « Au hasard, Balthazar. »

Les Baux de Provence, carte maximum, 24/02/2007.

Place-forte médiévale située aux confins du Languedoc, du Comtat Venaissin et de la Provence, la forteresse a connu une histoire militaire mouvementée et été l’objet de nombreux assauts. Le solide donjon qui domine encore aujourd’hui rappelle l’importance de ce château, objet de toutes les convoitises au Moyen Âge.

Les Baux de Provence, épreuve de luxe.

Au XIIe siècle, les princes des Baux durent se soumettre à l’issue des guerres baussenques. Le grand château commença à être renommé pour sa cour fortement cultivée et chevaleresque. Le domaine s’éteint finalement au XVe siècle à la mort de la dernière princesse des Baux.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d’Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d’Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, auquel se rallie Guillaume-Roger de Turenne. Les Baux, possession de ce dernier, se trouve donc neutre en début de guerre, et du côté angevin à la fin de la décennie.

Les Baux, ainsi que la Provence, sont alors rattachés à la couronne de France. Sous la férule de la famille Manville, le village devient un centre du protestantisme et tente même une révolte contre la couronne. En 1631, las d’être pris pour cible, les habitants négocient avec le pouvoir le rachat du territoire du château et le droit d’en démanteler les fortifications, qui servent de retraite aux factieux. Louis XIII y consent le 5 août.

Les Baux de Provence, carte maximum, 27/06/1987.

En 1642, la ville est offerte à la famille Grimaldi en tant que marquisat, créé en faveur d’Hercule de Grimaldi, prince de Monaco (1642-1780). Le titre de marquis des Baux leur est d’ailleurs encore rattaché. Administrativement, la ville est entièrement française et le titre de marquis des Baux est traditionnellement donné à l’héritier du trône monégasque. Le fils de l’actuel prince de Monaco, Albert II, Jacques de Monaco porte parmi ses nombreux titres celui de marquis des Baux.

En 1822, de la bauxite est découverte dans le secteur par le géologue Pierre Berthier. Le minerai est alors intensément exploité jusqu’à épuisement à la fin du XXe siècle. Le village reçoit également la visite de nombreux grands peintres dont Vincent Van Gogh, René Seyssaud et Pablo Picasso.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.