Ville de Saint-Tropez (Var).

Saint-Tropez est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, chef-lieu du canton de Saint-Tropez.

De la cité corsaire dominée par sa citadelle du xvie siècle au village de pêcheurs au début du xxe siècle, la première ville libérée lors du débarquement de Provence devint dès les années 1950 une station balnéaire internationalement connue de la Côte d’Azur varoise grâce à l’engouement des artistes de la Nouvelle Vague puis des Yéyés et enfin, un lieu de villégiature de la Jet set européenne et américaine comme des touristes en quête d’authenticité provençale ou de célébrités.

Ses habitants sont les Tropézien(ne)s et la ville est familièrement appelée « Saint-Trop’ », tel que l’écrivain Boris Vian a pu le déclarer dans un film de court-métrage, consacré à la ville, en 1952.


En 599 av. J.-C., les Phocéens, un peuple grec issue d’Asie mineure, investissent le site de Marseille et les sites de mouillage de la côte méditerranéenne tels que Aegitna (Cannes), Antipolis (Antibes) ou Nikaïa (Nice). Saint-Tropez est probablement à cette époque un petit port hellénique connu sous le nom d’Athenopolis Massiliensium, comptoir massaliote.

Saint-Tropez, carte maximum, 24/02/2007.

La bataille d’Actium, survenue en 31 av. J.-C., permet l’installation des Romains. Ceux-ci construisent des villas cossues ; celle dite « des Platanes » en est l’illustration. La dénomination du village est alors Héraclea-Caccaliera situé à l’embouchure du Sinus Sambracitanus (golfe sambracitain qui doit son nom aux Cimbres, nom qui se retrouve dans le quartier Les Issambres).

À la fin du ive siècle ou au début du ve, la préfecture du prétoire des Gaules, située à Trèves, est installée à Arles à cause de la pression des Barbares, se rapprochant ainsi de Saint-Tropez.

Après s’être emparé de Rome, les Wisigoths d’Athaulf, successeur d’Alaric en marche vers l’Espagne traversent le sud-est de la Gaule en 413 et s’emparent de Narbonne.

Le royaume de Burgondes (regnum Burgondionum), que l’on peut considérer comme le premier royaume de Bourgogne, doit son nom au peuple burgonde, ensemble de tribus germaniques venues s’installer en 443 sur les bords du lac Léman et étendant leur pouvoir jusqu’à la Méditerranée. En 534, après la chute de la Burgondie, toutes les troupes franques menées par Thibert Ier se localisent à proximité de la Provence. Arles est prise au cours de cette même année.

Au cours du ixe siècle, des pirates mettent le pays à feu et à sang. Ces exactions qui durèrent près de 100 ans sont dans la mémoire collective, toutes attribuées aux Sarrasins qui se retrancheront à la Garde-Freinet. Il restera de leur passage les toits de tuiles roses dites “sarrasines” du pays de Provence.

Affiche du film “Le gendarme de Saint-Tropez”, entier postal, Tchéquie.

De 890 à 972, la péninsule de Saint-Tropez est une colonie arabo-musulmane sous les noms de Jabal al-Qilâl « montagne des cimes » et de Farakhshinit, forme arabisée du gallo-roman FRAXINETU « frênaie », à mettre en relation avec le second élément de la Garde-Freinet. Cependant, le toponyme -Freinet est directement issu du terme roman. Évariste Lévi-Provençal fait provenir le toponyme Ramatuelle de l’arabe Rahmat-ûllah « miséricorde divine ». Nasr ibn Ahmad est nommé caïd de la péninsule de Saint-Tropez en l’an 940, territoire dans lequel se réfugie entre 961 et 963, Audibert fils de Bérenger, le prétendant au trône de Lombardie chassé par l’empereur germanique Otton I°. En 972, les musulmans de Saint-Tropez enlèvent l’abbé Maïeul de Cluny qu’ils relâchent contre rançon, mais ceux-ci seront définitivement chassés par Guillaume Ier comte de Provence, seigneur de Grimaud en 976. Ce seigneur fait construire en 980 une tour à l’emplacement actuel de la tour Suffren afin de mieux protéger la cité.

Deux bulles pontificales émises en 1079 et en 1218 confirment l’existence d’un domaine seigneurial à Saint-Tropez.

À partir de 1436, le comte René Ier (le « bon roi René ») tente de repeupler la Provence, il crée la baronnie de Grimaud et fait appel au Génois Raphaël de Garezzio, gentilhomme, qui aborde la presqu’île avec une flotte de caravelles accompagné d’une soixantaine de familles génoises. En contrepartie, les Tropéziens seront francs, libres, et exempts de tout impôt, cette convention perdurera jusqu’à son abrogation en 1672 par Louis XIV. Le 14 février 1470, l’accord est passé entre Jean Cossa, baron de Grimaud, grand sénéchal de Provence et Raphaël de Garezzio. Dans Saint-Tropez détruit par la guerre de la fin du xive siècle, Raphaël de Garezzio fait construire des murs d’enceintes dont deux larges tours sont encore debout : l’une à l’extrémité du grand môle et l’autre à l’entrée de la « Ponche ». La tour carrée faisait partie de l’ensemble. La cité est une petite république qui possède sa flotte et son armée, et est administrée par deux consuls et douze conseillers qu’elle élit. En 1558 la création de la charge de capitaine de ville, Honorat Coste, renforce l’autonomie de la ville. Le capitaine élu, tous les ans, dirige les capitaines de quartiers, un bombardier, une milice et des mercenaires. Les Tropéziens résistent aux Turcs, aux Espagnols, secourent Fréjus et Antibes, aident l’archevêque de Bordeaux à reprendre les îles de Lérins.
1577 : Geneviève de Castille, fille du marquis, seigneur de Castellane épouse Jean-Baptiste de Suffren, marquis de Saint-Cannet, baron de la Môle, conseiller au Parlement de Provence. La seigneurie de Saint Tropez devient l’apanage de la famille de Suffren.
1615 : Saint-Tropez accueille durant quelque temps l’expédition de Hasekura Tsunenaga, qui se rendait à Rome mais est obligée de s’arrêter à cause du mauvais temps. Cette visite imprévue constitue la première trace enregistrée de relations franco-japonaises.
15 juin 1637 : Les Tropéziens viennent à bout de 21 galères espagnoles. Cette victoire donnera lieu à une bravade le 15 juin qui glorifie la victoire des habitants sur les Espagnols.

Saint-Tropez, carte maximum, 24/02/2007.

Le 14 août 1948, la Croix de guerre 1939-1945, avec palme de bronze, est attribuée à la ville de Saint-Tropez.

En mai 1965, Un hélicoptère lourd Super Frelon de présérie s’écrase dans le golfe, tuant son pilote, le lieutenant de vaisseau Claude Bonvallet, et blessant trois autres militaires.

Le 4 mars 1970, le sous-marin Eurydice disparaît dans le golfe, au niveau du Cap Camarat avec 57 hommes d’équipage.

Village de pêcheurs au début du xxe siècle, Guy de Maupassant atteint de la syphilis vient s’y reposer dans son yacht en 1887. Guy de Maupassant publie son journal de bord en 1888 sous le titre Sur l’eau où il décrit son arrivée dans le golfe le 12 avril à bord du Bel Ami. Paul Signac découvre en 1892 ce petit port de pêcheurs à bord de son yacht l’Olympia. Il y achète La Hune, une maison dont il fait son atelier et devient le lieu de pèlerinage de nombreux peintres. La proximité de stations thermales attire des artistes comme Colette dans les années 1920. Léon Volterra, directeur de salles parisiennes, en devient le maire dans les années 1930, assurant sa promotion nationale (séjours de Louise de Vilmorin, Arletty, Jean Cocteau).

Sa dernière défense de la citadelle fut celle de la dernière guerre. Le 15 août 1944, la flotte alliée débarque sur les plages voisines et Saint-Tropez est la première ville de Provence libérée. Après 1944, le port est en ruines, la chapelle des Pénitents blancs est mutilée, les bombardements ont soulevé le quai. Lors de la reconstruction, Philippe Tallien, architecte, remarque des ouvriers qui se préparent à détruire l’arche branlante du marché aux poissons. Il fait tout arrêter, part à Paris, alerte des personnalités influentes qui forment un comité. Sous la houlette du ministre Raoul Dautry, le village est épargné d’une grande avenue de huit mètres de large qui devait le traverser jusqu’à la place des Lices et monter jusqu’à la citadelle.

Dès les années 1950, Saint-Tropez devient une station balnéaire internationalement connue de la Côte d’Azur, ce grâce au tournage de Et Dieu… créa la femme en 1956, et à l’engouement qui s’ensuivit par les artistes de la Nouvelle Vague (plusieurs films y sont tournés comme La Collectionneuse, La Piscine) ou plus populaires (La Cage aux folles, La Scoumoune, L’Année des méduses, la série des « Gendarmes ») puis des Yéyés et enfin, un lieu de villégiature de la Jet set européenne et américaine comme des touristes en quête d’authenticité provençale ou de célébrités.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.