Ville de Remiremont (Vosges).

Remiremont, est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est. Située sur le piémont vosgien à 400 m d’altitude, elle marque l’entrée dans la moyenne montagne (Massif des Vosges) à l’embouchure des hautes vallées de la Moselle, de la Moselotte et de la Cleurie dont l’altitude va croissante.

Elle est la troisième agglomération urbaine du département après Épinal et Saint-Dié-des-Vosges. De par sa situation, Remiremont représente également le deuxième plus gros centre administratif du département, juste derrière Épinal.

Remiremont est officiellement surnommée « La belle des Vosges » grâce à son histoire et son architecture héritée de sa riche et puissante abbaye.


Remiremont, carte maximum, 13/05/1995.

Le nom de la ville de Remiremont dérive par décalque du nom de l’institution abbatiale prestigieuse, qui s’y installe initialement entre la fin du IXe siècle et le IXe siècle, cette dernière avait été fondée aux temps mérovingiens sur l’actuel Saint-Mont, qui se nommait autrefois en latin ecclésiastique Sancti Romarici mons, abrégé en Romarici mons, le « mont de (saint) Romaric ». Romaric était selon la légende hagiographique un noble leude de la cour d’Austrasie à Metz, qui abandonna les affaires de cour pour la vie monastique, sous l’influence d’Amé de Remiremont, moine prédicateur disciple de saint Colomban. Ils fondèrent vers 620 deux monastères sur le mont Habendum que possédait Romaric, l’un d’hommes, et l’autre au sommet de femmes. Saint Romaric vécut pendant trente ans dans cette abbaye du Saint-Mont, jusqu’à sa mort en 653.

L’institution mixte de Romaric est progressivement démantelée et transférée au pied du Saint-Mont, puis sur l’autre rive pour favoriser le peuplement et améliorer le contrôle de la communauté religieuse, sous l’égide des derniers maîtres du palais pépinides à l’origine de la dynastie carolingienne, ceci provoque à long terme le développement de Remiremont.

L’abbaye suit une règle approuvée par Louis le Débonnaire et publiée en 816 au 4e concile d’Aix-la-Chapelle.

La refondation carolingienne est aussi transformée de manière préférentielle en communauté de chanoinesses, séculière et souveraine, le Chapitre de Remiremont dirigé par une abbesse héritière spirituelle des filles de Romaric, l’institution féminine dénommée abbaye de Remiremont est désormais réservée aux jeunes filles de la haute noblesse d’Empire. Jusqu’à une cinquantaine de nobles dames pouvaient y vivre avec de riches prébendes car l’abbaye érigée par les carolingiens au rang de principauté ecclésiastique incluant forêt et pâturages avait de nombreuses possessions et l’abbesse souveraine avait rang de princesse du Saint-Empire romain germanique lors des cérémonies royales ou impériales.

Remiremont, épreuve de luxe.

Dès le XIIe siècle, les ducs de Lorraine, avoués de l’abbaye d’Empire, commencent à grignoter des parties cruciales de pouvoir princier aux abbesses et aux chanoinesses, en accaparant des biens et des droits stratégiques. L’administration ducale s’interpose souvent en façonnant des alliances politiques avec les populations montagnardes, justifiant a posteriori leurs interventions constantes et en s’immisçant dans l’administration de territoires limitrophes, parfois annexés promptement.

Au XVe siècle, l’État lorrain établit de facto une suzeraineté de ses dirigeants sur les territoires de l’abbaye et du chapitre, les ducs prenant le titre symbolique de comtes de Remiremont.

L’abbaye d’Empire, encore auréolée de prestige, est ravalée au rang d’une simple seigneurie ecclésiastique, jouissant de biens fonciers encore considérables et gardant un simulacre d’indépendance par sa petite administration relictuelle, placée sous surveillance ducale.

Michel de Montaigne, qui s’arrêta à Remiremont en 1580, lors de son voyage en Italie et en Allemagne, relate dans son journal de voyage que l’abbesse et les chanoinesses lui firent le plus aimable accueil et lui firent envoyer des artichauts, des perdrix et un baril de vin pour restaurer sa petite équipée.

Il faut attendre le dernier quart du XVIe siècle pour que l’administration étatique de Lorraine accapare les derniers droits de contrôle des chanoinesses et abbesses, en l’occurrence sur les bois dits “répandise” et les chaumes. La cartographie orchestrée par le président de la chambre des comptes Thierry Alix en fait foi entre 1576 et 1578.

Pendant la guerre de Trente Ans, l’abbesse Catherine de Lorraine, fille du duc Charles III de Lorraine, fit preuve d’initiative et de courage. En juillet 1638, lors du siège de Remiremont par les Français commandés par Turenne, elle entraîne ses chanoinesses et la population de Remiremont à la résistance et en quelques heures les trois brèches ouvertes par les canons français dans les murs de la ville se trouvent réparées.

Auguste Digot dans son Histoire de la Lorraine en fait le récit : … le sieur de la Jonchette, gouverneur d’Épinal, avait engagé le vicomte (Turenne) à se diriger sur Remiremont, pour y rétablir l’autorité du roi. Il disait que la ville ne pouvait tenir plus d’une demi-journée… Turenne chargea La Jonchette d’attaquer Remiremont, et le siège commença le 2 juillet. Il n’y avait que trente soldats dans la place, mais les bourgeois avaient pris les armes, avec la résolution de se bien défendre. Le 3, le marquis de Ville parvint à s’échapper et gagna les montagnes, où il tâcha de rassembler du monde pour secourir les assiégés. La Jonchette ordonna deux assauts, fut repoussé avec pertes et dressa une batterie, qui ouvrit, en peu d’heures, une brèche large de vingt pas. Comme les soldats et les bourgeois n’étaient pas en état de garder les murailles et d’exécuter les ouvrages indispensables pour empêcher l’ennemi de pénétrer dans les rues, le commandant lorrain mit les femmes en réquisition ; elles refusèrent de sortir de chez elles ; mais la princesse Catherine, qui se trouvait heureusement dans la ville, accourut, avec les chanoinesses, et donna l’exemple de l’obéissance et du travail. À ce spectacle, chacun, voulut mettre la main à l’œuvre, et le dégât fut promptement réparé. Le 5 juillet, une compagnie de cavalerie lorraine, venant de la Franche-Comté, réussit à se jeter dans Remiremont ; le marquis de Ville y fit entrer cent cinquante hommes d’infanterie, et les Français, rebutés par l’opiniâtre résistance des assiégés, décampèrent, le 8, après avoir perdu plus de 700 hommes : tués, blessés ou prisonniers.

Jacques de Huvé, capitaine châtelain de la ville et du comté de Fontenoy-le-Château, à la tête des sujets de sa capitainerie, participa glorieusement à la levée du siège.

À la Révolution française : dès juillet 1789, la dernière abbesse, Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé, princesse du sang, rejoignit son père et émigra, comme certaines des chanoinesses. D’autres choisirent de retourner dans leur famille. Le 7 décembre 1790, l’église abbatiale fut fermée après onze siècles d’existence.

Pendant quelques années, la ville fut débaptisée et s’appela Libre-Mont. Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Vers 1801 des Juifs s’installèrent à Remiremont30. Ils venaient des pays de l’Est et d’Alsace ; leur nombre ne cessa de s’accroître jusqu’en 1881. Ils exerçaient les métiers de fabricant de tissu, boucher, marchand de bétail, de chiffons.

La synagogue construite dans un style orientaliste a été inaugurée en 1873, et l’année suivante la communauté de Remiremont devient le siège d’un rabbinat alors qu’elle dépendait précédemment du rabbin d’Épinal. La présence d’un important cimetière israélite atteste de l’importance de la communauté juive pendant plus d’un siècle.

Après la guerre franco-allemande de 1870, un fort fut érigé au-dessus de la ville, le fort du Parmont. Il est ouvert en 1876 après 2 ans de travaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, il tombe aux mains de l’armée allemande le 18 juin 1940. Après cette guerre, il sera utilisé jusqu’en 1960 par l’armée américaine comme dépôt de munition. Laissé à l’abandon, il est restauré depuis 2005 par des bénévoles.

Quarante-et-un juifs romarimontains périrent lors de la Shoah, et 24 personnes nées à Remiremont sont mortes en déportation.

À la Libération, seulement une demi-douzaine de familles rescapées de la Solution finale reviennent à Remiremont. De ce fait la synagogue est vendue à un particulier et détruite. Ses seuls vestiges visibles se trouvent actuellement à la synagogue-musée de Bruyères et les bancs des fidèles servent dans l’oratoire de la synagogue d’Épinal.

La ville fut libérée le 23 septembre 1944. Les troupes américaines sont arrivées ce jour là par la route qui s’appelle aujourd’hui rue des États-Unis.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.