Ville de Nice (Alpes maritimes).

Nice est une commune du Sud-Est de la France, préfecture du département des Alpes-Maritimes et deuxième ville de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur derrière Marseille. Située à l’extrémité sud-est de la France, à une trentaine de kilomètres de la frontière franco-italienne, elle est établie sur les bords de la mer Méditerranée, le long de la baie des Anges et à l’embouchure du Paillon.

Avec 340 017 habitants au dernier recensement de 2017, elle est la cinquième commune de France en population (après Paris, Marseille, Lyon et Toulouse). Elle est située au cœur de la septième aire urbaine de France, avec 1 004 914 habitants en 2012. La ville est le centre d’une métropole, Nice Côte d’Azur, qui rassemble quarante-neuf communes et 537 769 habitants en 20123, 536 327 en 2013. La population résidant dans le périmètre du Scot de Nice (Schéma de cohérence territoriale), créé en 2003 et regroupant vingt-neuf communes, est estimée à 517 500 habitants en 2005.

Située entre mer et montagne, capitale économique et culturelle de la Côte d’Azur, Nice bénéficie d’importants atouts naturels. Le tourisme, le commerce et les administrations (publiques ou privées) occupent une place importante dans l’activité économique de la ville. Elle possède la troisième capacité hôtelière du pays après Paris et Lourdes, et deuxième en nombre d’hôtels après Paris, en accueillant chaque année 4 millions de touristes. Elle dispose également du troisième aéroport de France (le premier de province) et de deux palais des congrès consacrés au tourisme d’affaires.

La ville possède une université et plusieurs quartiers d’affaires. Nice est dotée d’équipements culturels. Elle possède de nombreux musées (il s’agit même de la ville qui en compte le plus en France, après Paris), un théâtre national, un opéra, une bibliothèque à vocation régionale, un conservatoire à rayonnement régional et des salles de concert.

Capitale de la Viguerie de Nice, elle faisait autrefois partie de la Ligurie antique entre le fleuve du Var et de la Magra, de la Regio IX Liguria romaine, du Royaume d’Italie (888-1024) entre le IXe et le XIe siècle, de la ligue ligure et de la République de Gênes, avant de choisir la protection du Comté de Savoie à la suite de la guerre de l’Union d’Aix gagnée par les pro-angevins (Marseille, Arles, Antibes, etc.) face aux pro-carlistes (Aix, Toulon, Nice, etc.). La partie occidentale et les vigueries de Cannes sont renommées Terres Neuves de Provence par les

provençaux à la suite de la Dédition de Nice à la Savoie (Acte de Dédition) en 1388. Nice devient en 1526 la capitale du Comté de Nice. En 1713, la Savoie obtient, par héritage, la Sicile qu’elle échange ensuite en 1720 avec la Sardaigne donnant naissance au Royaume de Piémont-Sardaigne. Ce nouvel ensemble, installé des deux côtés des Alpes, forme ainsi l’un des États italiens pré-unitaires, dont la capitale est fixée à Turin. Nice devient française en 1860, après un référendum.

Nice est située dans l’extrême sud-est de la France continentale, non loin de la frontière italienne (trente kilomètres), au bord de la Méditerranée. Elle fait partie de la Riviera dont elle est l’extrémité occidentale. Elle est bordée par la baie des Anges et est entourée de plusieurs collines. La cité est située à 930 km de Paris9, 198 km de Marseille, la capitale régionale, 195 km de Gênes11, et 206 km de Turin, la capitale historique des États de Savoie. Même si la délimitation de la Côte d’Azur est mal définie, il s’agit de sa plus grande ville. La ville se trouve en position excentrée par rapport au territoire national, comme au sein de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La ville est située au fond de la baie des Anges, abritée du vent par un amphithéâtre de collines, dans une étroite cuvette montagneuse adossée au massif du Mercantour, limitée à l’ouest par la vallée du Var et à l’est par le mont Boron. Le premier site de Nice fut la colline du Château qui fut entièrement militarisé avant d’être détruit par Louis XIV. Nice s’est développée au pied de cette colline en se limitant à la partie comprise entre le Paillon et la mer, qui constitue aujourd’hui le Vieux-Nice aux ruelles étroites. C’est surtout après le rattachement à la France que la ville s’est étendue au-delà de ce cours d’eau qui est aujourd’hui partiellement couvert.

La plus connue des collines qui dominent la ville est celle de Cimiez, avec ses vestiges antiques et son parc qui abrite le musée Matisse. Autre colline emblématique, celle du Château, qui sépare la vieille ville du port Lympia. Les diverses collines limitent l’extension de la ville : celle-ci s’est faite soit vers le nord, en suivant le cours du Paillon, soit dans la plaine de l’ouest jusqu’à Saint-Laurent-du-Var.

La ville est traversée par deux petits fleuves torrentueux, souvent à sec en été : le Paillon à l’est (34 km), qui prend sa source au-dessus de Coaraze et reçoit les torrents de Laghet et de Saint-André (il reçoit, également, à hauteur du pont de Peille les eaux du Paillon de l’Escarène), et le Magnan à l’ouest, beaucoup plus petit, venu des montagnes d’Aspremont, qui traverse le quartier de la Madeleine avant de se jeter dans la mer, dans le quartier éponyme. La coupure du Paillon, dont le lit paraissait excessivement large… entre deux crues, marqua considérablement Nice jusqu’à sa canalisation et sa couverture (son embouchure se situait à l’emplacement du jardin Albert 1er).

Le site de la ville est constitué par le lit majeur du Paillon et des collines de poudingue orientées nord-sud. Il comprend donc une plaine centrale, des collines, des vallées (Paillon à l’est et Var à l’ouest) et des vallons. Ces derniers ont été creusés par différents torrents. Leurs pentes sont raides, parfois abruptes. Elles étaient aménagées autrefois en terrasses pour les cultures.

Source : Wikipédia, Ville de Nice.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.