Ville de Neufchâteau (Vosges).

Neufchâteau, en vosgien de la montagne est une commune française, sous-préfecture du département des Vosges. Située en Lorraine, la commune fait partie de la région administrative Grand Est.


Sur la seule base d’une analogie phonétique, divers historiens (Dom Calmet, Durival, d’Anville, Digot, Jollois Charton Migneret, l’abbé Phulpin, M. Joanne et l’auteur du Guide pittoresque du voyageur en France, chacun d’entre eux se contentant de se référer à ses prédécesseurs) ont cru voir à tort en Neufchâteau (nouveau château) l’antique station romaine de

Noviomagus (nouveau marché) sur la Table de Peutinger, alors que celle-ci, selon d’autres auteurs (Dom Martin, Samson, l’abbé Mathieu, Walckenaer, Pistollet de Saint-Fergeux, Dugas de Beaulieu) était en réalité située entre Nijon (Haute-Marne) et Pompierre (Vosges). La distance indiquée entre Noviomagus et Toul sur la table de Peutinger exclut totalement que ce soit la ville de Neufchâteau. En effet, la table indique VII + XV = XXII « grandes lieues gauloises » d’environ 2 450 mètres entre Noviomagus et Toul, soit environ 54 km, et il n’y a que 43 km entre Neufchâteau et Toul (selon ViaMichelin). La distance de 54 km aboutit entre Pompierre (Vosges) et Sartes (Vosges), tandis que le nom de Noviomagus se rapproche de celui de Nijon (Haute-Marne).

On trouve la dénomination Novum Castrum en 1094, lorsque Thierry, fils du duc Gérard Ier, y fit construire un château au XIe siècle.

Neufchâteau, carte maximum, 12/10/2002.

Hugues Metellus, qui vivait au XIIe siècle décrit la ville, dans son poème Garin le Lohérain, comme « grande et bien peuplée, ayant un chastel principal, des biens en abondance » et tout ce qu’on pouvait désirer pour faire bonne chère, même musiciens, jongleurs, et baladins.

Première ville libre du duché, en 1231, le duc Mathieu II octroya aux habitants de Neufchâteau une charte leur permettant de choisir treize personnes pour exercer les fonctions de juré, et d’élire un maire.

La ville était régulièrement choisie pour accueillir les assemblées chargées de régler les différends entre le duché de Lorraine et le royaume de France. C’est aussi à Neufchâteau que la duchesse de Lorraine, Christine de Danemark, réunit les États Généraux du duché en 1545.

En 1436, lors de la détention du duc René Ier, la ville de Neufchâteau fut donnée en otage pour gage de sa rançon, et fut occupée par une garnison bourguignonne. La ville fut de nouveau occupée par les Bourguignons en 1476. Quelques années plus tôt, en 1466, la ville d’Épinal, occupée par les troupes françaises depuis 1444, fut rendue au seigneur de Neufchâteau et donc au duc de Lorraine.

Quant au spirituel, la cité était le chef-lieu d’un doyenné qui comprenait 20 curés, sept annexes, deux abbayes, deux prieurés, 24 chapelles, cinq maisons religieuses (dont une de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem), deux hôpitaux et sept ermitages.

La ville possédait alors trois faubourgs, celui de France, celui de Saint-Pierre et celui de Sainte-Marguerite.

Ses fortifications furent détruites par Richelieu.

Devenue française en même temps que le reste du duché à la mort du dernier duc Stanislas, en 1766, Neufchâteau devint peu après chef-lieu d’arrondissement des Vosges au moment de la Révolution et de la départementalisation.

Elle fut débaptisée sous la Révolution et porta le nom de Mouzon-Meuse à cette période. La ville fut plusieurs fois occupée par des troupes étrangères ; guerres napoléoniennes, guerre franco-prussienne de 1870, Seconde Guerre mondiale.

Elle est citée dans la correspondance de Karl Marx car une branche de l’association internationale des travailleurs y a été créée en 1865.

Neufchâteau a accueilli jusqu’à la première moitié du XXe siècle, la Garde républicaine équestre, et le grand manège où étaient dressés les chevaux de l’armée (actuel parking des Grandes Écuries).

Le 19 juin 1940, une centaine de prisonniers de guerre français, en majorité des Tirailleurs sénégalais du 12e R.T.S., sont assassinés par des troupes allemandes dans une grange de la région de Neufchâteau.

En 2008, la cité néocastrienne a fait la une de la presse régionale en devenant la première commune française à dénoncer son contrat avec une grande compagnie internationale de traitement de l’eau, et a repris à son compte, sous forme de régie municipale, la gestion de l’eau.

Neufchâteau a fusionné avec les communes de Noncourt et de Rouceux en 1965.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.