Ville de Montpellier (Hérault).

Montpellier  est une commune française, préfecture du département de l’Hérault. Capitale de l’ancienne région administrative Languedoc-Roussillon, elle est le centre d’une métropole et un pôle d’équilibre de la région Occitanie, où se déroulent les assemblées plénières. Montpellier se situe dans le Sud de la France, sur un grand axe de communication joignant l’Espagne à l’ouest, à l’Italie à l’est. Proche de la mer Méditerranée (7,1 km), cette ville a comme voisines Béziers à 69 km au sud-ouest5 et Nîmes à 52 km au nord-est.

Montpellier est, par sa population, la septième commune de France et la troisième ville française de l’axe méditerranéen (après Marseille et Nice). Elle est l’une des rares villes de plus de 100 000 habitants dont la population a augmenté de façon ininterrompue, chaque année, depuis 1945. Elle a quasiment triplé sur cette période pour atteindre 281 613 habitants au 1er janvier 2016, ce qui en fait la commune la plus peuplée du département de l’Hérault et la deuxième plus peuplée de la région Occitanie après Toulouse. L’unité urbaine de Montpellier compte 434 933 habitants, la métropole compte 465 070 habitants et l’aire urbaine 607 896 habitants en 2016, soit la 14e de France par sa population. Les habitants sont appelés les Montpelliérains et leur surnom est Clapassièrs ou Clapassencs.

Depuis les années 1990, Montpellier connaît l’une des plus fortes croissances économiques et démographiques du pays. Son aire urbaine a connu la croissance démographique la plus élevée de France depuis l’an 2000. Son cadre de vie, sa vie culturelle et enfin son climat méditerranéen expliquent en grande partie cet engouement pour « la Surdouée » (titre d’une campagne publicitaire dans les années 1990, lancée par Georges Frêche durant son mandat de maire).

Avec 70 000 étudiants, c’est également la ville qui compte le ratio du nombre d’étudiants par habitant le plus élevé de France après Poitiers (21 % de la population totale).

La ville est au Moyen Age une ville importante du pourtour méditerranéen et forme une des villes principales de la Couronne d’Aragon – où naît d’ailleurs le roi Jacques Ier d’Aragon – puis du royaume de Majorque. Au-dessus de la ville médiévale, l’ancienne citadelle de Montpellier est une place forte construite au XVIIe siècle par Louis XIII. Elle est située au pied du centre historique de Montpellier. Devenue la caserne Joffre à la fin du XIXe siècle, puis en 1947, le plus grand lycée et collège du département de l’Hérault.


Marque postale “Montpellier”, 1778.

Lors de la construction de la ligne 2 du tramway de Montpellier, en 2006, une fouille a été réalisée rue de la Fontaine-du-Pila. Les archéologues ont découvert que ce lieu avait été occupé il y a 11 500 ans par des humains au bord du Verdanson. Des chasseurs y avaient installé leur campement.

C’est en 985, dans une donation du comté de Melgueil, qu’apparaît pour la première fois le nom de Montpellier. Le 26 novembre 985, le comte Bernard de Melgueil (Mauguio) octroie au chevalier Guilhem en échange de son dévouement l’ancien territoire situé entre l’antique voie Domitienne, le Lez et La Mosson. Ses héritiers construiront sur leur nouveau fief un véritable bourg fortifié, doté d’un château et d’une chapelle qui deviendra la ville de Montpellier.

Située entre l’Espagne et l’Italie, proche de la via Domitia et du port gallo-romain de Lattes, la ville connaît rapidement un important développement économique et culturel, attirant doreurs, orfèvres, drapiers et changeurs. Elle devient ainsi un centre d’échanges entre le Nord de l’Europe, l’Espagne et le bassin méditerranéen. En effet, via des canaux, les étangs et le Lez, elle est reliée par les eaux à Lattes et la mer, mais aussi à Aigues-Mortes dans le courant du XIIIe siècle, ce qui lui permet de devenir une importante ville marchande à partir du XIIe siècle. La ville n’avait que deux ports fluviaux, l’un à Montpellier même, le port Juvénal (qui était situé au niveau de l’hôtel de région), l’autre à Lattes à l’emplacement de l’actuel port Ariane. Montpellier était essentielle dans le commerce des épices au sein du royaume de France, ce qui permit aux Montpelliérains d’acquérir une connaissance particulière des plantes et épices venant essentiellement d’Orient, d’Extrême-Orient et même d’Afrique. La ville était le principal port d’entrée des épices dans le royaume de France, alors que Marseille faisait alors partie du comté de Provence et était placée sous l’autorité du Saint-Empire.

Montpellier, carte maximum, 30/03/1985.

L’église principale Notre-Dame-des-Tables constitue une étape renommée pour les pèlerins partant vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Cet afflux de pèlerins provoque la naissance et l’extension d’institutions charitables et hospitalières. Des médecins juifs et arabes chassés d’Espagne se retrouvent à la faculté de médecine de Montpellier, faculté fondée en 1220 par le cardinal Conrad, légat du pape Honorius III. Montpellier était en effet très cosmopolite déjà au XIIe siècle. En 1160, Benjamin de Tudèle qui visite le Sud de la France, note que la ville est « fort fréquentée par toutes les nations, tant chrétiennes que mahométanes et qu’on y trouve des négociants venant notamment du pays des Algarbes (Al Andalus et le Maghreb) de toute l’Égypte et de la terre d’Israël ». De plus des tombes juives et musulmanes témoignent de cette présence. Une stèle découverte à Aniane datant du XIIe siècle, porte notamment le nom du défunt, un certain Ibn Ayyûb, jeune tâlib (étudiant en religion), une des branches des études théologiques et juridiques que proposait l’université de Montpellier à l’époque.

La renommée de son université de médecine, la deuxième plus ancienne d’Europe après celle de Salerne en Campanie, est déjà immense à la fin du XIIIe siècle, grâce à la valeur cosmopolite de la ville qui accueillait des savants de toutes les confessions.

Guilhem VIII meurt le 9 novembre 1202, sans avoir réussi à faire légitimer par le pape Innocent III son second mariage avec Agnès de Castille. Il a donc pour seule héritière légitime la fille issue de son premier mariage avec Eudoxie Comnène, Marie. Il charge pourtant certains magistrats de la ville d’assurer la régence en attendant que son jeune fils Guilhem, issu de son mariage avec Agnès de Castille, soit en âge de lui succéder. Cette situation dure jusqu’au début de l’année 1204. C’est alors que se produit une rupture majeure dans l’histoire de la ville.

Dans les premiers mois de l’année, une révolte éclata, aboutissant à l’abdication de Guilhem IX au profit de Marie de Montpellier et à l’expulsion du parti d’Agnès de Castille. Pierre II d’Aragon a sans doute exercé des pressions politiques. L’Aragon a cherché tout au long du XIIe siècle à prendre possession de la Provence et du Languedoc, en concurrence avec les comtes de Toulouse, pour constituer un État puissant sur la Méditerranée. Un mariage fut rapidement organisé entre l’héritière de la seigneurie et Pierre II d’Aragon (1176-1213), homme dynamique et roi d’un pays en plein essor. Le mariage eut lieu le 15 juin 1204 dans l’église originelle Notre-Dame-des-Tables et, à cette occasion, les Montpelliérains obtinrent l’autorisation de préparer un recueil de leurs droits, coutumes et privilèges. Ce texte fut présenté au couple le 15 août 1204, et approuvé par le nouveau seigneur de Montpellier. On l’appelle la Grande Charte (Magna Carta), et c’est le document qui fonde le gouvernement communal de Montpellier. C’est donc un document majeur pour la ville.

C’est sous la souveraineté des rois d’Aragon puis de Majorque que la ville connut de 1204 à 1349 son apogée. Jacques Ier, fils de Pierre II et de Marie, natif de Montpellier, considérait la ville comme « la meilleure ville de l’univers », et y entretient une cour brillante. Sous l’administration municipale du consulat, la ville se développa prodigieusement : elle s’enrichit beaucoup grâce au commerce méditerranéen et notamment la vente de draps (tissus) écarlates et d’épices, et sa population quadrupla. Après son rattachement à la France en 1349, la ville devint une des plus peuplées du royaume avec Toulouse et Rouen.

La ville était également célèbre pour la qualité de ses vins, bien plus réputés que ceux des côtes du Rhône à cette époque. De nombreux princes en font venir sur leurs terres. Le plus célèbre de ces vins, un vin blanc doux épicé appelé « garhiofilatum » a été recréé récemment par un viticulteur de Villeneuve-lès-Maguelone.

Jacques Ier ayant résolu de partager ses États entre ses deux fils Pierre et Jacques, la seigneurie de Montpellier devint possession de Jaume II, roi de Majorque et comte de Roussillon, en 1276. La ville restera sous tutelle du royaume de Majorque jusqu’en 1349, date à laquelle Jacques III de Majorque, ruiné, la vendit à Philippe VI de Valois pour la somme de 120 000 écus d’or (ce qui équivalait à 133 000 florins).

En 1289, les écoles de médecine et de droit de Montpellier, en activité depuis le XIIe siècle et réputées comme centres d’érudition ouverts aux pensées juive et arabe, se virent accorder le statut officiel d’universités par le pape Nicolas IV. C’était une consécration pour les centres d’enseignement et de savoir de la ville : désormais les diplômes montpelliérains étaient reconnus dans toute la chrétienté.

La période de grande prospérité de la ville s’acheva au cours de la seconde moitié du XIVe siècle : la grande peste toucha de plein fouet la ville comme le reste de l’Europe, décimant à plusieurs reprises environ un tiers de la population. De nombreux habitants la fuient, si bien qu’à la fin du siècle Montpellier n’est plus que l’ombre d’elle-même, comme en témoigne Pétrarque, qui y passe dans les années 1360 et est horrifié par le changement qu’il découvre dans une ville qu’il avait beaucoup appréciée.

Au XVe siècle, la ville se redresse économiquement grâce à l’activité du port voisin de Lattes et au génie mercantile de Jacques Cœur, grand argentier du roi Charles VII. Ce dernier aussi séjourna à Montpellier, en mars 1436, pour cet objectif. Louis XI, quant à lui, ordonna la création d’une Cour des aides à Montpellier, par ses lettres patentes le 12 septembre 1467. La faculté de médecine de Montpellier bénéficie même, en 1593, de la création d’un jardin des Plantes, aujourd’hui le plus ancien de France.

Après que le siège épiscopal de Maguelone a été supprimé en 1536, il s’établit à Montpellier. La cathédrale Saint-Pierre est alors construite sur le site de l’église du monastère Saint-Benoît, fondée en 1364. De l’ancien édifice gothique consacré par Urbain V, pape d’Avignon, ne subsistent que le massif de façade et les deux tours-clochers. Son plan est inspiré du modèle méridional, et des influences avignonnaises sont manifestes, notamment dans la forme et la sobriété des arcs et des supports des colonnes.

Au XVIe siècle, la réforme protestante gagne beaucoup d’adhérents et Montpellier devient un bastion du protestantisme et de la résistance à la couronne catholique française. Mais au cours des décennies suivantes, les guerres de Religion entraînent la destruction quasi totale de tous les édifices catholiques situés à l’intérieur des murailles de la ville. La cathédrale Saint-Pierre est la seule à ne pas être détruite, même si elle en souffre durablement.

En 1572-1576, la ville bénéficie de l’alliance des protestants du Languedoc avec le gouverneur Montmorency-Damville, catholique conciliant. Mais la trahison de ce dernier, qui s’allie au roi en 1576, provoque le soulèvement de la ville qui rejette son autorité. François de Châtillon la défend contre le long siège du gouverneur du Languedoc. Quand la situation devient difficile, il fait une sortie, parcourt les Cévennes et va jusqu’à Bergerac pour recruter des renforts, et réussit à les ramener dans la ville. En 1577 le palais royal (situé à l’emplacement du palais de justice) est détruit.

En 1598, l’édit de Nantes désigne Montpellier comme une des places fortes où le culte protestant est reconnu. S’ensuivent une vingtaine d’années de calme, rompues lors d’une nouvelle guerre de religion. En 1622, Louis XIII dirige le siège de la ville rebelle, qui capitule au terme d’un pilonnage intense de deux mois. L’autorité du roi est rétablie et est symbolisée par la construction d’une puissante citadelle, actuellement le siège du très réputé lycée Joffre. C’est aussi le retour de la domination catholique définitivement assurée par l’édit de Fontainebleau de 1685, par la destruction de tous les temples protestants et le bannissement des pasteurs. Depuis, la ville est restée majoritairement catholique, mais comme toutes les autres villes de la région elle englobe une forte minorité protestante (et aussi, plus récemment, musulmane).

Une fois achevée la reconquête de Montpellier par le pouvoir royal et catholique, la noblesse fait construire de nombreux hôtels particuliers, particulièrement élégants et dont l’architecture est très caractéristique du centre historique. L’un des plus beaux, l’hôtel de Guidais, peut être admiré à l’angle ouest de la promenade du Peyrou. Propriété de la famille Molinier, il n’a pas été subdivisé. Il fut la résidence de l’avant-dernier grand maître de l’ordre de Malte, Hompech, qui y mourut. Le magnifique jardin et la maison typique du classicisme languedocien peuvent être visités.

La place de la Comédie et l’Arc de Triomphe-esplanade du Peyrou datent du XVIIe siècle (architecte Augustin-Charles d’Aviler). C’est aussi le cas de la place Jean-Jaurès, construite sur le site de l’ancienne église Notre-Dame-des-Tables, détruite au cours des guerres de religion, et de la promenade Royale du Peyrou construite sur ordre de Louis XIV et en son honneur, à l’extérieur des fortifications. Pour alimenter la ville et ses jardins, un aqueduc, dénommé « Les Arceaux », achemine l’eau depuis Saint-Clément-de-Rivière. Élaboré au milieu du XVIIIe siècle par les ingénieurs Clapier et Henri Pitot, inauguré et mis en service le 7 décembre 1765, il aboutit au superbe château d’eau qui domine l’esplanade du Peyrou (architecte : Jean-Antoine Giral).

Jusqu’à la Révolution française, Montpellier est le siège des États de Languedoc.

À la fin du XVIIIe siècle, Montpellier absorbe les communes voisines de Celleneuve, Montèls-les-Montpellier, Montauberon et Saint-Hilaire.

Le développement de la viticulture au XIXe siècle favorise la constitution de fortunes et se traduit par une métamorphose urbaine considérable.

La sensibilité au développement culturel suit aussi avec la création du musée Fabre, principal musée d’art de Montpellier, ouvert en 1828, l’édification du palais de justice et de la préfecture le long de la percée de la rue Foch, des églises Sainte-Anne (dont la flèche du clocher néo-roman atteint 69 mètres et permet, aujourd’hui encore, de repérer la ville de loin) et Saint-Roch, de la gare, la reconstruction du théâtre après l’incendie de 1881 par Cassien Bernard, élève de Charles Garnier, et le réaménagement total de la place de la Comédie par la même occasion, bordée d’immeubles et de grands magasins haussmanniens en sont les parfaits exemples.

S’inspirant des travaux du baron Haussmann à Paris, des travaux sont effectués sous l’impulsion du maire, Jules Pagézy, pour créer de larges avenues au sein de l’Écusson et doter la ville de nouveaux bâtiments administratifs parfois monumentaux (par exemple le palais de justice et la préfecture). Si les travaux sont inachevés, on leur doit malgré tout la rue Foch (ancienne « voie Impériale » reliant la préfecture à la promenade du Peyrou via l’Arc de Triomphe), la rue de la Loge bordée par les halles métalliques Castellane de type Baltard (inaugurées dès 1855) qui débouche sur la célèbre place de la Comédie dont l’actuel Grand Théâtre, à l’architecture et aux décors très « Second Empire » fut inauguré en 1888 en remplacement de l’ancien théâtre XVIIIe de Jacques Philippe Mareschal incendié en 1881 (à voir, notamment, le riche foyer et la salle de spectacles à l’italienne ; cet intérieur, très représentatif des arts décoratifs des années 1880 et remarquable de qualité, mérite cependant une importante restauration). Citons encore la rue de la République et la rue Maguelone qui donnent accès à la gare et sa colonnade (1844) donnant sur le square Planchon dominé par le grand temple protestant. La ville s’étend ensuite vers ses faubourgs (Courreau, Saunerie, Figuerolles, Boutonnet, Saint-Jaumes) et autour de la gare (rue de la Méditerranée, boulevard de Strasbourg).

En 1880, la ville en pleine expansion ouvre un réseau public de tramways hippomobiles. En 1897, la première ligne de tramway électrifié est ouverte. Elles vont se multiplier et former le premier réseau de tramway de Montpellier, fort de 5 lignes, qui sera fermé en 1949, à cause du manque d’entretien durant la Seconde Guerre mondiale et de l’avènement de l’automobile, après-guerre.

Le phylloxéra d’abord, et la surproduction viticole ensuite, apportent pour quelques décennies un coup d’arrêt à l’expansion de Montpellier. Dans la lancée de la construction du nouveau théâtre, la ville se lance, néanmoins, dans le réaménagement urbanistique total et somptuaire de l’ensemble de la place de la Comédie entre 1885 et 1900, à l’architecture typiquement parisienne du Second Empire (haussmannienne) et de la Troisième République (utilisation de l’ardoise et du zinc pour les toitures). Une note, pour les visiteurs, parfois étonnante pour ne pas dire « exotique » dans une ville méridionale à l’exemple du surprenant et original jumelée » édifié en 1898.

La date du 9 juin 1907, avec le gigantesque rassemblement de Montpellier, va marquer l’apogée de la contestation vigneronne dans la Midi de la France. La place de la Comédie est envahie par une foule estimée entre 600 000 et 800 000 personnes. C’est la plus grande manifestation de la Troisième République. Dans son discours, Ernest Ferroul, en tant que maire de Narbonne, appelle à la démission de tous ses collègues du Languedoc-Roussillon. Il prône ouvertement la désobéissance civique. Quant à Marcelin Albert, il prononce un tel discours que le journaliste du Figaro en fut bouleversé et écrivit : C’était fou, sublime, terrifiant.

La révolte vigneronne reçoit l’aval de toutes les tendances politiques, des royalistes aux radicaux, tous soutiennent activement le mouvement. Tout le Languedoc est ligué contre Clemenceau, président du Conseil. L’Église catholique ouvre même les portes de sa cathédrale et de ses églises. Un communiqué de l’évêque Anatole de Cabrières, fait savoir qu’y seront accueillis pour y passer la nuit les femmes, les enfants et les viticulteurs grévistes.

Le même jour, de l’autre côté de la Méditerranée, près de 50 000 personnes défilent dans les rues d’Alger pour soutenir leurs collègues métropolitains. Le bruit ayant couru que l’armée était prête à intervenir, Pierre Le Roy de Boiseaumarié, avocat de formation, futur président de l’INAO et de l’OIV, dont la famille était installée à Vendargues, mit le feu à la porte du palais de justice de Montpellier pour empêcher la troupe, qui s’était cantonnée à l’intérieur, de tirer sur les manifestants.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *