Ville de Locronan (Finistère).

Locronan est une commune française, située dans le département du Finistère en région Bretagne.

L’important patrimoine architectural de Locronan, préservé très précocement, a permis au village d’être membre du réseau des petites cités de caractère. Locronan est aussi aujourd’hui gratifié du label des plus beaux villages de France, décerné par une association indépendante visant à promouvoir les atouts touristiques de petites communes françaises riches d’un patrimoine de qualité. Autour de l’église, les toits du village sont des œuvres d’art. De sa belle époque, le village a conservé une place centrale pavée ornée d’un puits, la vaste église Saint-Ronan, des maisons Renaissance en granite.


Un grand tumulus datant de l’âge du bronze, datant du IIe millénaire av. J.-C., se trouvait encore visible au XIXe siècle sur la montagne de Locronan, près de la ferme Ar vouden (« La Motte » en français) ; fouillé avant 1890 par Maurice Halna du Fretay, il n’en reste rien car il a été totalement rasé. C’était plus probablement une tombe aristocratique qu’un sanctuaire comme on l’a longtemps cru car le plan ne correspond pas du tout au plan des sanctuaires de l’époque. Parmi le mobilier trouvé, un fragment de femme nue, peut-être une Vénus indigène et une applique de char. Une stèle de l’âge du fer a été aussi signalée par Joseph Loth au sommet de la montagne de Locronan.

À l’époque romaine, Locronan se trouvait au carrefour de deux voies romaines, l’une venant de Quimper et se dirigeant vers la presqu’île de Crozon, l’autre se dirigeant vers Douarnenez. Un trésor monétaire a été trouvé dans la décennie 1950, comprenant des pièces en argent datant de la République romaine, mais ce trésor a disparu.

Locronan, carte maximum, 13/07:2002.

Le site de Locronan correspond à un ancien haut lieu du culte druidique qui était situé dans le bois du Névet. Le nom de la forêt du Névet s’écrivait Men Nemet dans les textes médiévaux ; c’était un nemeton, le seul d’ailleurs encore visible à notre époque. Le nemeton de Locronan est un grand quadrilatère d’une douzaine de kilomètres de périmètre, comportant douze points remarquables, représentant les douze mois de l’année celtique, marqués probablement par douze menhirs (remplacés depuis par les 12 calvaires marquant les 12 « stations » de la grande Troménie). La fonction sacrée du nemeton était la représentation sur terre du parcours des astres dans le ciel : il décrivait dans l’espace les douze mois de l’année en même temps que chacun de ces mois était consacré à une divinité du panthéon celtique. D’autres traditions celtes perdurent à Locronan, par exemple celle du « pain des morts » le jour de la Toussaint ou celle de l’« arbre de mai » le premier mai.

Saint Ronan y installa par la suite son ermitage à l’emplacement de l’actuelle chapelle du Pénity, accolée à la partie sud de l’église Saint-Ronan, ce qui explique la christianisation du site. La grande place centrale de Locronan se trouve au carrefour de deux voies romaines.

Le camp des Salles — le toponyme « des Salles » est une déformation du mot breton salou qui signifie « château » —, situé à 500 mètres du bourg de Locronan, est un retranchement carolingien entouré de talus et de pierres22. Situé sur le flanc nord de la Montagne du Prieuré, il comprend trois enclos successifs, alignés sur une longueur de 420 mètres, entourés par des talus de plus de 4 mètres de haut. Ces fortifications, situées au milieu de l’aire parcourue par la Grande Troménie, étaient peut-être la Cour du roi Gradlon, évoquée trois siècles plus tard, au XIIIe siècle, dans la “Vie de saint Ronan”. Cette triple enceinte en terre est typique des résidences palatiales des rois bretons du Haut Moyen-Âge.

L’existence d’une église est attestée dès 1031 car à cette date le comte de Cornouaille Alain Canhiart fait don de l’église Saint-Ronan à l’abbaye Sainte-Croix de Quimperlé à la suite de sa victoire — réfugié dans la forêt de Német [Névet], il aurait imploré le secours de saint Ronan — remportée contre le duc Alain III de Bretagne et connue sous le nom de « bataille de Ronan » (gueth Ronan). Par la suite, les comtes de Cornouaille portèrent une grande dévotion à saint Ronan.

Le petit bourg est élevé au rang de ville en 1505 par Anne de Bretagne, venue en pèlerinage. Elle y serait peut-être venue invoquer saint Ronan pour avoir des enfants si l’on en croit Jean Louis de Leissègues de Rozaven : « Anne de Bretagne, reine de France, a obtenu des enfants par l’intercession de ce saint ; votre grand-tante Guesdon a aussi été exaucée en faisant le pèlerinage […] ». Un calice du XVIe siècle sur lequel est écrit le prénom Anna et dessin une hermine, conservé dans l’église Saint-Ronan, aurait peut-être été offert par la duchesse.

Dès le XIVe siècle, le chanvre fleurit à peu près partout dans la région de Locronan. De cette production naît une industrie de la toile à voile, favorisée au départ par la proximité de Pouldavid, l’ancien port de Douarnenez, qui va faire prospérer la petite cité où s’installent de nombreux tisserands et marchands. La renommée des toiles issues de la manufacture de Locronan, vendues sous le nom d’« olonnes » (les bateaux allant chercher le sel emportaient des toiles pour les vendre à La Chaume-d’Olonne et à Saint-Gilles-d’Olonne) sur les côtes du Bas-Poitou [Vendée actuelle], va vite traverser les frontières et même les océans. Elles équipent les navires de la Royale et de la Compagnie des Indes, mais les commandes proviennent aussi des marines étrangères. La toile à voile de Locronan aurait ainsi équipé l’Invincible Armada espagnole et Shakespeare la cite même dans « Coriolan » (acte II, scène I). Le lin était aussi travaillé.

Locronan, prêt-à-poster.

C’est à cette époque de prospérité, arrêtée un temps par les destructions liées aux guerres de la Ligue (Locronan est pillé en 1594 par les troupes espagnoles, puis successivement par les capitaines de guerre Anne de Sanzay de la Magnane et Guy Éder de La Fontenelle) (la ville aurait même été abandonnée entre 1595 et 1599), qu’appartiennent la plupart des richesses architecturales que constituent les demeures en granit de la place de l’église et des rues avoisinantes et, naturellement, l’église Saint-Ronan et la petite chapelle du Pénity attenante à celle-ci et abritant le gisant du saint (respectivement des XVe et XVIe siècles). En 1751, 406 métiers à tisser sont encore dénombrés dans 21 paroisses de la région dont 151 à Locronan même.

Locronan : la marque du bureau des toiles et celle des tissiers de Quimper.
Une des raisons du succès de ces toiles tient dans le sérieux de leur fabrication, régie par des règlements établis par le Conseil du Roi, et qui étaient de véritables cahiers des charges précisant le nombre de fils de chaîne pour chaque type de voile, leur longueur au sortir du métier à tisser, la nature et la qualité des fibres utilisées, la qualité des lisières, le pliage, etc. Le règlement du 7 février 1736 comprend 53 articles. Pour vérifier leur conformité avant l’expédition, les ballots passent par les « Bureaux de la marque » installés généralement dans les ports exportateurs. Chaque « bureau des toiles » est tenu par un commis chargé d’apposer, le plus souvent au noir de fumée, les coins ou marques qui attesteront de la qualité et de la conformité des toiles. Le 2 janvier de chaque année, les anciens coins sont détruits, afin d’éviter les fraudes, et remplacés par de nouveaux.

L’essor de ces fabricants et marchands de toiles dites de « Locronan » ou de « Pouldavi », toiles à voiles ou à ballots, permit la construction dans la région de nombreuses églises paroissiales comme celles de Cast, Le Juch, Plogonnec, Guengat, Beuzec, Pouldavid et Ploaré.

La création de manufactures royales à Brest en 1764 par Choquet de Lindu (pour faire travailler les forçats du bagne de Brest), qui attira de nombreux tisserands de Locronan se fit durement sentir. Le déclin de l’activité toilière s’est accentué à partir du milieu du XVIIIe siècle, la production passant de 10 000 pièces en 1751 à 6329 pièces en 1776. En 1771, un inspecteur des manufactures, Guilloutou, attribue cette décadence « à la mauvaise filature et à de mauvais procédés de fabrication ». En 1813, on ne recense plus que 13 métiers à tisser à Locronan et la concurrence des métiers mécaniques fait alors vite cesser cette activité.

Le 28 juillet 1792 l’Assemblée législative décide la création de la commune de Locronan agrandit le territoire de l’ancienne paroisse : « Locronan comprendra, outre son ancien territoire, les villages de Mesandren, la Villeneuve, Trobalo, Bourlan-Bihan, Tyhoc, Krellous et leurs dépendances, distraites de la paroisse de Quéménéven. […] Locronan comprendra en sus tout le territoire bordé au nord par le ruisseau coulant du moulin du Prieuré au moulin Pont, à celui de Trefféol et à ceux de Quissinic et Moëlien ; […] tout le territoire, tant de la paroisse de Plonévez [Plonévez-Porzay] que de la succursale de Kerlaz, situé au couchant et bordé par l’eau nommée Bourou-Briant […]. La chapelle de Kergoat sera conservée comme oratoire où le curé de Locronan enverra un prêtre tous les dimanches et fêtes pour y dire la messe […] ».

En mars 1757, une épidémie de typhus propagée par le retour à Brest en provenance d’Amérique de l’escadre d’Emmanuel Auguste Dubois de La Motte fait plusieurs centaines de morts dans la région de Locronan : 73 à Plonévez-Porzay, 117 à Plomodiern, 35 à Ploéven, un nombre non précisé à Locronan et dans les autres paroisses voisines. En novembre 1834, une épidémie de choléra fait 15 victimes à Locronan.

Jean-François Brousmiche décrit ainsi Locronan en 1830, insistant sur la misère de la population à l’époque :

« Locronan est situé à moitié de la haute montagne qui porte le même nom. C’est un gros bourg qui peut renfermer cent cinquante maisons. Une place assez belle, une église gothique le décorent. Toues les maisons y sont bâties en pierres et celles qui cernent la place présentent un aspect régulier. On ne trouve à Locronan d’autre eau bonne à boire que celle d’un puits établi sur la place même. La population de ce bourg est misérable ; les femmes, les enfants en haillons y sont un spectacle de dégoût : tous tendent la main au petit nombre de voyageurs traversant cette bourgade ; on y est harcelé par la foule des mendiants. »

En 1860, l’école privée tenue par les Sœurs reçoit 120 enfants des deux sexes grâce à la création d’une maison de charité, alors que quelques années avant elle ne recevait qu’à peine 30 élèves.

Le service télégraphique ouvre en 1904.

Par arrêté préfectoral du 31 juillet 1904, l’école des filles de Locronan fut laïcisée en vertu de la loi sur les congrégations.

Un Gorsedd s’est tenu à Locronan le 6 août 1912 sous la présidence d’Yves Berthou (grand druide sous le nom de Kaledvoulc’h) et en présence de nombreux bardes dont Jaffrennou (Taldir). Le choix de Locronan était évidemment symbolique.

Soixante-douze soldats de Locronan sont morts pour la France dont 48 pendant la Première Guerre mondiale (ce qui représente 7,3 % de la population totale de 1911), 17 pendant la Seconde Guerre mondiale et 7 pendant les autres conflits du XXe siècle.

Le 8 janvier 1929, Locronan reçoit par décret une partie du territoire de la commune de Plonévez-Porzay. La superficie de Locronan passe de 330 à 808 hectares.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.