Ville de Lille (Nord).

Lille est une ville du nord de la France, préfecture du département du Nord et chef-lieu de la région Hauts-de-France.

Avec 234 475 habitants intra-muros au dernier recensement en 2019, Lille est la dixième commune la plus peuplée de France, mais aussi la principale commune de la Métropole européenne de Lille, qui rassemble 94 autres communes dont Roubaix, Tourcoing et Villeneuve-d’Ascq et compte près de 1,2 million d’habitants.

Dans sa partie française, son unité urbaine et ses 1 051 609 habitants en 2019 font de Lille la quatrième agglomération de France derrière Paris, Lyon et Marseille, tout comme son aire d’attraction qui rassemble 1,5 million d’habitants. Plus largement, elle appartient à une vaste conurbation formée avec les villes belges de Mouscron, Courtrai, Tournai et Menin, qui a donné naissance en janvier 2008 à l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, premier Groupement européen de coopération territoriale (GECT), qui totalise plus de 2,1 millions d’habitants. Elle exerce également une influence importante sur un territoire de plus de 3,8 millions d’habitants appelé « aire métropolitaine de Lille », fortement urbanisé et dense, comprenant notamment l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et les   agglomérations d’Arras et Cambrai.

Centre culturel important au croisement des aires picarde et flamande, son nom en ancien français est L’Isle et se réfèrerait à sa localisation primitive supposée près d’une île des marécages de la vallée de la Deûle où elle a été fondée. Son nom en flamand français est Ryssel, et en flamand occidental Rijsel. Le nom Rijsel n’est usité qu’en région flamande de Belgique, les Néerlandais utilisant le nom « Lille ».

Surnommée encore aujourd’hui, en France, la « Capitale des Flandres », Lille et ses environs appartiennent à la région historique de la Flandre romane, ancien territoire du comté de Flandre ne faisant pas partie de l’aire linguistique du flamand occidental. Ville de garnison (en témoigne sa Citadelle), Lille a connu une histoire mouvementée du Moyen Âge à la Révolution française. Très souvent assiégée au cours de son histoire, elle a appartenu successivement au royaume de France, à l’État bourguignon, au Saint-Empire romain germanique et aux Pays-Bas espagnols avant d’être définitivement rattachée à la France de Louis XIV à la suite de la guerre de succession d’Espagne en même temps que tout le territoire composant la province historique de la Flandre française. Lille est encore assiégée en 1792 lors de la guerre franco-autrichienne, en 1914 et en 1940. Elle a été durement éprouvée par les deux conflits mondiaux du XXe siècle au cours desquels elle est occupée et subit des destructions.

Cité marchande depuis ses origines, manufacturière depuis le xvie siècle, la révolution industrielle en fait une grande capitale industrielle, principalement autour des industries textiles et mécaniques. Leur déclin, à partir des années 1960, ouvre une longue période de crise et ce n’est qu’à partir des années 1990 que la reconversion vers le secteur tertiaire et la réhabilitation des quartiers sinistrés donnent un autre visage à la ville. La création du métro automatique en 1983, la construction du nouveau quartier d’affaires Euralille à partir de 1988 (aujourd’hui le 3e de France derrière La Défense et Lyon Part-Dieu), l’arrivée du TGV en 1993 et de l’Eurostar en 1994 plaçant Lille au cœur des grandes capitales européennes, le développement de son aéroport international, des événements annuels comme la Braderie de Lille qui a lieu début septembre (deux à trois millions de visiteurs), le développement d’un pôle étudiant et universitaire (aujourd’hui, avec plus de 110 000 étudiants, le 3e de France derrière Paris et Lyon), le classement Ville d’art et d’histoire en 2004 et les manifestations de Lille 2004 (capitale européenne de la culture) et de Lille 3000 constituent les principaux symboles de ce renouveau. En 2020, la métropole européenne de Lille est « capitale mondiale du design ».

Lille est située dans le nord de la France, au centre du département du Nord, à une vingtaine de kilomètres du centre de gravité du département.

Lille est située à une quinzaine de kilomètres de la frontière entre la France et la Belgique et se trouve également toute proche de la frontière administrative et linguistique qui sépare la région flamande de la région wallonne. Ainsi, par exemple, le poste-frontière de Menin, situé à 17 km au nord de Lille est flamand et néerlandophone, tandis que celui de Mouscron situé à 15 km au nord-est est wallon et francophone.

Lille s’est établie dans la vallée de la Deûle dont plusieurs bras, aujourd’hui pour la plupart couverts, parcourent la ville. Naviguée depuis  l’époque gallo-romaine, la rivière, aménagée récemment en canal à grand gabarit, traverse la ville du sud-ouest au nord pour rejoindre la Lys.

Dès le milieu du IVe siècle, au déclin de l’empire romain d’Occident, des peuples Germains se sont installés au nord de la route Boulogne-sur-Mer-Cologne : la frontière linguistique passait alors au sud de Lille comme le signale la toponymie en hem de Wazemmes, Esquermes, Hellemmes, etc. Pourtant, Lille et ses environs appartiennent à la région historique de la Flandre romane, c’est-à-dire aux anciens territoires du comté de Flandre ne faisant pas partie de l’aire linguistique du flamand occidental, contrairement à Dunkerque ou Bailleul. Au XIe siècle, lors de la naissance de Lille, la frontière linguistique passait déjà à l’ouest de la ville. Ainsi, à l’opposé d’une idée assez répandue, Lille n’a jamais été une ville de langue flamande, mais de dialectes romans.

Lille est à la croisée de grands itinéraires européens, routiers, mais aussi ferroviaires ou maritimes, Est/Ouest entre l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et le Royaume-Uni, Nord/Sud entre les Pays-Bas, la Belgique, la France et l’Espagne.

À vol d’oiseau, Lille se situe à 93 km de Calais, 100 km de Bruxelles, 205 km de Paris, 230 km d’Amsterdam, 242 km du centre de Londres, 405 km de Francfort, 408 km de Strasbourg et 796 km de Toulouse.

Par la route, Lille est distante de 80 km de Dunkerque, de 90 km d’Ostende, de 110 km de Calais et de Bruxelles, de 125 km d’Anvers, de 225 km de Londres (+ 55 km en shuttle), de 230 km de Paris, de 300 km d’Amsterdam et de Cologne, de 305 km de Luxembourg, et de 345 km de Bonn.

Lille aurait, selon la légende, été fondée en 640 par Lydéric. Toutefois, elle n’apparaît dans les archives qu’à partir du xie siècle53. Le site actuel de la ville recèle des traces d’occupation antérieure (préhistoire, époque gallo-romaine, mérovingienne, carolingienne) mais les vestiges retrouvés ne disent rien de l’urbanisation à ces époques, même s’il semble probable qu’un hameau existait au moins à l’époque romaine. Il porta peut-être le nom de Treola (Treille en latin), domaine viticole mentionné à l’époque carolingienne et vocable sous lequel la Vierge est honorée à Lille. Des traces d’un premier port seraient par ailleurs probables dès le milieu du viiie siècle. Située à la rencontre des bras de la Deûle, du Becquerel et du Bucquet, où celle-ci connait une légère rupture de pente, la ville aurait alors été constituée autour d’un castrum (site de la Treille), d’un premier port, et du forum54. Les conditions de la naissance de la ville restent toutefois un sujet controversé, création ex nihilo de Baudouin V de Flandre pour certains, lente évolution d’un domaine rural de l’époque carolingienne pour d’autres.

Le comté de Flandre, dont Lille devient l’une des capitales avec Gand, Bruges et Saint-Omer, est constitué progressivement à partir de 866 par Baudouin Ier de Flandre.

En 1066, lorsque le comte Baudouin V de Flandre établit la grande charte de dotation de la collégiale Saint-Pierre, Lille est déjà une ville avec ses remparts, accolée à son château-fort, le château de la Motte-Madame, et qui commence à se développer autour du faubourg marchand de la paroisse Saint-Étienne, situé au sud du castrum. À l’est, le village de Fins possède, lui aussi, une église, l’église Saint-Maurice. Il est intégré à Lille au cours du siècle suivant.

La ville se développe grâce à son emplacement privilégié de traversée de la Deûle, au blé qu’on récoltait alentour en abondance et à ses relations avec les autres villes du prospère Comté de Flandre. Une foire au drap est ainsi fondée au XIIe siècle.

En 1127 et 1128, Lille connaît ses premiers sièges par les armées du Roi de France, Louis VI de France, lors des affrontements entre Guillaume Cliton, fils du duc de Normandie, et Thierry d’Alsace, comte d’Alsace, pour la succession du comté de Flandre.

En juin 1213, c’est Philippe Auguste qui fait le siège de Lille et remporte la ville en trois jours. Elle est reprise par Ferrand de Portugal en septembre de la même année, puis par Philippe Auguste qui incendie la ville, avant de remporter, l’année suivante, la bataille de Bouvines.

À partir de 1214, Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, s’emploie à reconstruire la ville et ses fortifications. Elle fonde notamment l’hôpital Saint-Sauveur et l’hospice Comtesse.

Lille est réunie une première fois au domaine royal en 1304. Entre 1297 et 1304, Lille a connu trois sièges, par les armées de Philippe le Bel d’abord, lors des affrontements qui l’opposent à Guy de Dampierre, par Jean Ier de Namur ensuite, lors des évènements qui font suite aux matines de Bruges et à la bataille de Courtrai (1302), puis de nouveau par Philippe le Bel après la bataille de Mons-en-Pévèle.

En 1369, Lille est cédée par le roi Charles V de France, avec Douai et Orchies, à Philippe II de Bourgogne lorsqu’il épouse la fille de Louis II de Flandre, Marguerite III de Flandre. S’ouvre alors une période de prospérité au cours de laquelle Lille devient une des trois capitales des possessions du duc de Bourgogne, avec Dijon et Bruxelles. Elle devient aussi un pôle administratif de premier plan et accueille la Cour des comptes de l’État bourguignon en 1385. Le premier chapitre de l’ordre de la toison d’or est constitué à Lille en 1431.

En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, Marie de  Bourgogne épouse Maximilien Ier du Saint-Empire et apporte la ville aux Habsbourg. Lille rejoint ainsi le Saint-Empire romain germanique et partage le destin des Pays-Bas pendant plus de 150 ans.

Pierre Preud’homme, seigneur de Coisne, mayeur de Lille, reçoit de Charles Quint une lettre patente d’anoblissement pour lui et sa descendance mâle et femelle. Cette lettre patente a été rédigée par l’Empereur en son Conseil en juillet 1530.

En 1549, Charles Quint promulgue la Pragmatique Sanction qui confère une large autonomie aux Dix-Sept Provinces des Pays-Bas dont fait partie le comté de Flandre. Elles deviennent pleinement espagnoles en 1556, lorsque Charles Quint transmet  la couronne d’Espagne à Philippe II d’Espagne.

Au XVIe siècle, Lille est touchée par les guerres de religion. Dès 1533, deux protestants sont brûlés sur la grand-place et trois autres décapités. Une première vague de répression survient en 1555, puis la guerre des Hurlus à partir de 1560 ; ils tentent de prendre Lille en 1580 et 1582.

En 1581, les sept provinces à majorité protestantes, situées au nord des Pays-Bas, font sécession et constituent les Provinces-Unies par l’Acte de La Haye. Les dix provinces catholiques, ou Pays-Bas du Sud, dont Lille est l’une des capitales, restent sous le contrôle de la couronne d’Espagne.

En dépit d’une prospérité retrouvée, la première moitié du XVIIe siècle est marquée par le retour de la peste, à plusieurs reprises entre 1603 et 1636, et des crises de subsistance, puis par le retour de la guerre. La ville s’agrandit par deux extensions successives de l’enceinte, en 1603 au sud-ouest  englobant le faubourg du Molinel, en 1617 au nord-est englobant le faubourg des Reignaux et l’emplacement de l’ancien château de Courtrai détruit en 1599.

En 1635, la guerre franco-espagnole éclate et les faubourgs de Lille sont ravagés par l’armée française en 1645. Elle s’achève en 1659 par le traité des Pyrénées qui donne l’Artois à la France tandis que Lille reste à l’Espagne.

Le roi Philippe IV d’Espagne meurt en 1665 et Louis XIV réclame la Flandre au nom de son épouse, l’infante Marie-Thérèse d’Autriche. En 1667, en huit jours (19-27 août), Lille est prise par les armées françaises menées par Sébastien Le Prestre de Vauban, simultanément avec Douai. Son rattachement au Royaume de France est officialisé le 2 mai 1668, par le traité d’Aix-la-Chapelle. La même année, Vauban, nommé gouverneur, améliore et étend les fortifications de la ville englobant de nouveaux quartiers créés au nord-ouest par une nouvelle extension de l’enceinte jusqu’à la Citadelle. En 1672, Charles de Batz de Castelmore d’Artagnan est brièvement gouverneur de la ville.

En 1708, la citadelle capitule devant John Churchill Duc de Marlborough au terme de plus de trois mois de combats lors de la guerre de Succession d’Espagne, après la bataille d’Audenarde et la défaite française de Wattignies. La ville reste aux mains de la coalition européenne jusqu’aux traités d’Utrecht de 1713 puis revient dans le royaume de France.

En 1789, Lille, restée profondément catholique, ne connaît pas de véritable révolution populaire, bien que des émeutes éclatent comme ailleurs. En 1790, a lieu l’installation de la première municipalité élue qui succède à l’aadministration municipale qui datait du Moyen-Âge, le « Magistrat » .

En 1792, la Révolution française pousse les Autrichiens, alors présents dans les Provinces-Unies, à assiéger Lille le 20 avril. La ville est sévèrement bombardée en septembre de la même année par 30 000 boulets et 6 000 bombes incendiaires, mais la résistance des Lillois et la pression des armées révolutionnaires menées par le maréchal de camp Ruault conduisent Albert de Saxe-Teschen à lever le siège le 8 octobre. Le 8 octobre 1845, est érigée la Colonne de la Déesse commémorant cet événement.

Au début du XIXe siècle, la ville s’industrialise : le blocus continental stimule son industrie textile et la ville passe de 53 000 habitants en 1800 à 200 000 en 1891.

En 1832, lorsque la ville est touchée par une première épidémie de choléra, elle compte déjà près de 70 000 habitants. La moitié de la population  appartient à la classe ouvrière. Elle est essentiellement occupée dans le travail du coton et du lin, pour moitié en usine et pour moitié à domicile (dentellières, brodeuses, tisserands, cardeurs, etc.). Il s’agit d’une population pauvre qui habite principalement les quartiers de Saint-Sauveur et de Saint-Maurice dans des conditions de logement épouvantables. Le chômage est élevé et environ 30 % de la population lilloise est considérée comme indigente et est aidée par le Bureau de Bienfaisance.

En 1858, la ville, surpeuplée, s’étend. Elle absorbe les communes de Wazemmes, Esquermes, Moulins et Fives et un vaste programme de restructuration urbaine est entrepris afin de les intégrer et de faciliter les communications. Il se poursuit pendant près de cinquante ans.

Lille devient au même moment la plus grande bourse française en dehors de Paris, car elle accueille les actions d’une dizaine de mines de charbon en très forte expansion.

En 1866, une épidémie de choléra démarre dans le nord de la France, depuis le port de Dunkerque. Elle durera de mai à novembre dans l’arrondissement, où elle entrainera le décès de 6 819 personnes.

Le 23 juillet 1888, la chorale de la Lyre des Travailleurs, réunie dans le café La Liberté rue de la Vignette dans le quartier de Lille-Saint-Sauveur, interprète pour la première fois le chant l’Internationale.

En 1896, Gustave Delory est le deuxième maire socialiste de France après celui de Roubaix en 1892. À cette époque, Lille compte une vingtaine de filatures occupant plus de 15 000 ouvriers, une activité de tissage plus modeste qui en occupe 5 000, une activité de confection qui en fait la première place de France. À côté de cette prééminence des industries du textile et de l’habillement, la métallurgie emploie également près de 15 000 ouvriers tandis que la chimie commence à se développer64. Mais les conditions de vie de la masse de la population restent terriblement dégradées : en 1900, Lille enregistre le plus fort taux de mortalité infantile en France, de l’ordre de 30 %.

Avant et au début de l’arrivée des automobiles, les déplacements se faisaient en voitures tirées par des chevaux : au 1er septembre 1901, 5 000 chevaux travaillent dans la ville et on y organise des courses de fiacres. Ceux-ci sont ensuite concurrencés par les « fiacres autos », ce qui amène en octobre 1907, une manifestation de cochers de fiacres. Néanmoins, à cette dernière date, la dernière diligence lilloise fait toujours le trajet Lille-Bondues-Linselles.

Le 25 mai 1902 s’ouvre l’Exposition universelle de Lille, en réalité davantage une exposition internationale qu’une exposition universelle proprement dite. Elle dure jusqu’au 20 octobre 1902.

Le 4 avril 1903, le grand théâtre de Lille est détruit par un incendie.

L’application du décret du 29 décembre 1905, prévoyant que soit établi un inventaire des biens des églises (Querelle des inventaires dans le cadre de la loi de séparation des Églises et de l’État) donne lieu à des affrontements à Lille : le 29 janvier 1906, 1 500 personnes protestent devant l’église Sainte-Catherine, on relève un premier blessé devant Sainte-Marie-Madeleine, les 8 et 9 février, des portes d’église barricadées par les fidèles sont enfoncées.

Le 4 juillet 1906, arrive à Lille la 1re étape du 4e Tour de France cycliste, qui connait déjà un grand succès populaire. Le 1er janvier 1908, est faite l’annonce du prochain éclairage à l’électricité des rues du centre-ville.

Le 31 janvier 1910, un fait divers, la disparition d’un garçon de course de la Banque de France (Cornil Thain) provoque un début d’émeute à Lille, la foule des ouvriers soupçonne un bourgeois, marchand de meubles de la place Sébastopol, d’en être le responsable. Le cadavre de l’employé est finalement découvert au domicile d’un fils de bonne famille, fils d’un ingénieur de la compagnie des mines d’Anzin, représentant de commerce en vins, cognacs et champagnes, en proie à des difficultés financières et en fuite. L’auteur du crime, marqué par sa violence (coups de marteau, puis coups de ciseaux), Antoine Favier est arrêté à Nancy. Son procès a lieu en novembre 1910, de nouveau sous la pression de la foule. Antoine Favier est condamné à mort, le recours en cassation est rejeté, le président de la République Armand Fallières refuse d’accorder la grâce. Le coupable est exécuté le 11 janvier 1911. On a fait venir de Paris la guillotine, amenée par rail, puis disposée sur un fourgon bâché qui traverse la ville, de même que le bourreau Anatole Deibler. Il faut de nouveau boucler le quartier de la  Monnaie où a lieu l’exécution, pourtant non publique, du fait de la foule menaçante et présente dès la veille de l’exécution. Vingt mille ouvriers et ouvrières vont suivre la dépouille de l’exécuté jusqu’au cimetière de l’est où une tombe provisoire a été creusée. Des gestes de haine sont commis jusque sur la tombe. L’affaire qui mobilisa la presse parisienne avait pour de nombreux commentateurs des allures de lutte des classes opposant le bourgeois criminel au courageux ouvrier.

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville est occupée par les Allemands d’octobre 1914 à octobre 1918. Durant cette période, elle est endeuillée et pour partie détruite par la violente explosion du dépôt de munition dit « des dix-huit ponts », dont le bruit est entendu jusqu’au milieu des Pays-Bas. C’est à Lille que se met en place le principal réseau de renseignement à l’arrière des lignes allemandes. Créé fin 1914, il est dirigé par Louise de Bettignies. Un monument lillois rend hommage aux fusillés de ce réseau de résistance. La 5e armée britannique commandée par le général Birdwood libère la ville le 17 octobre 1918.

Au sortir de l’occupation, la ville est ruinée, l’essentiel des équipements industriels ayant été pillés ou détruits, les infrastructures routières et ferroviaires très gravement endommagées. En dépit de l’ampleur des reconstructions nécessaires, la période de l’entre-deux-guerres reste marquée par l’incidence du développement du machinisme sur l’emploi local et par une succession de crises conjoncturelles jusqu’au début des années 1930, où la ville est durement touchée par la Grande Dépression : un tiers des Lillois est dans la misère en 1935.

Une note d’espoir et de progrès dans le contexte pas toujours évident de l’entre-deux-guerres intervient le 25 juillet 1927 : la station de radiodiffusion de Lille est inaugurée.

La prise de la poche de Lille le 31 mai 1940 livre la ville aux Allemands. Elle est rattachée au commandement allemand de Bruxelles et ne relève pas du régime de Vichy. Totalement coupée du reste de la France, la région constitue une « zone interdite ». Elle reste profondément marquée par l’occupation allemande de la Première Guerre mondiale et de petits groupes de résistance s’y constituent dès juillet 1940. Hélas, la ville dut subir les bombardements des forces alliées (surtout anglaises); en particulier le quartier de Fives, où se concentraient de nombreuses usines, faisant plusieurs centaines de victimes civiles.

Après de furieux combats entre Allemands en déroute et Forces françaises de l’intérieur, Lille est libérée le 3 septembre 1944, de nouveau par les Britanniques.

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville se reconstruit sur ses industries traditionnelles (dont le textile) et doit affronter les crises industrielles à partir des années 1970. Dans ces années de crise, le patrimoine architectural est malmené. Il faut attendre les années 1990 pour que les Lillois prennent conscience de sa valeur et se remettent à le promouvoir.

Dans les années 1990, la ville se modernise (Euralille, LGV Nord, etc.) et joue de sa position géographique pour tenter de s’imposer comme plaque tournante du commerce entre le Royaume-Uni, le Benelux et la France. La gare Lille-Europe a été inaugurée en 1994.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.