Ville de Liège (Belgique).

Liège, anciennement écrit Liége ;  aussi surnommée « La Cité ardente », est une ville francophone de l’est de la Belgique. Elle est le chef-lieu de la province de Liège et la capitale économique de la Wallonie. De 972 à 1795, elle fut la capitale de la Principauté de Liège. Du VIIIe au XVIe siècle, elle fut le siège du vaste évêché de Liège, héritier de la Civitas Tungrorum.

En 2013, Liège compte quelque 200 000 habitants. Son agglomération est peuplée d’environ 700 000 habitants. Par le nombre d’habitants, c’est la première agglomération wallonne, la troisième agglomération de Belgique après Bruxelles et Anvers et la quatrième commune après Anvers, Gand et Charleroi.


Des traces du Mésolithique et au Néolithique démontrent une activité humaine sur le site de Liège dès la Préhistoire. Cette occupation, que l’on situe Place Saint-Lambert est probablement discontinue.

Les premières fouilles, en 1872 ont permis de retrouver les traces d’une villa gallo-romaine la Job-villa, datant probablement du Ier et IIe siècle apr. J.-C à Jupille, sur un plateau dominant la Meuse – en fait, un cône de déjection qui protégeait cette zone des inondations de la Meuse – au point de rencontre entre le fleuve et l’importante voie romaine de Tongres à Trèves encore appelée Voie des Ardennes. Un hypocauste et un vase planétaire à sept têtes représentant les divinités de chaque jour, originaire de Bavay sont découverts. Ce vase et plusieurs objets contemporains sont exposés au musée Curtius de Liège. Dans ces deux villas, à Jupille et Herstal, s’installeront plus tard les palais Carolingiens, de part et d’autre des rives de la Meuse où l’on traversait le gué. On attendit alors pendant des siècles la fin des périodes de crues du fleuve pour rejoindre de Tongres la Voie des Ardennes ou celle d’Aix.

En amont à quatre kilomètres de la villa de Jupille, sur la rive gauche du fleuve, sur le site de la future place Saint-Lambert, au tournant des Ier et IIe siècles de notre ère, est érigée une villa rustica, à 15 km d’Atuatuca Tungrorum (aujourd’hui Tongres) et à 20 km de Trajectum ad Mosam (aujourd’hui Maastricht). Cette villa romaine, occupée du IIe au IIIe siècle, sera redécouverte sous les vestiges de la cathédrale. Des fouilles récentes permettent de préciser le plan de cette vaste réalisation de près de 2 000 m2. Construite en terrasses pour s’adapter à la pente naturelle du site, proche des alluvions de la Légia, mais hors de la zone marécageuse du coude de la Meuse à la Sauvenière, elle est dotée de bains chauds et d’un chauffage domestique par hypocauste. De style romain (murs en pierre, tuiles rouges…) cette villa rustica constituait le centre névralgique d’une exploitation agricole comme il s’en comptait alors des dizaines sur le territoire de l’actuelle Wallonie. Peu après le IIIe siècle, l’occupation devient sporadique, quelques éléments permettent de préciser une occupation « parasitaire » du bâtiment au ive siècle et peut-être la présence d’un foyer au ve siècle. Le plan de la villa est tout à fait classique, mais une approche comparative démontre manifestement une dimension particulièrement imposante. Elle était manifestement bien décorée. Si les premières traces de la présence romaine sur la place Saint-Lambert datent de la fin du Ier siècle apr. J.-C., c’est aux IIe et IIIe siècles que l’occupation est la plus dense. Il est probable que ces bâtiments furent détruits lors des razzias opérées, fin du IIIe siècle, par les Francs, les Alamans et d’autres tribus germaniques.

La villa Legia est incendiée et le site est abandonné près de quatre siècles. Liège se retrouve en Austrasie.

Des documents datés du VIIIe siècle évoquent la présence d’une résidence des souverains carolingiens. Il faut préciser qu’à ce jour, si les traces romaines sont évidentes, aucun indice probant d’une présence  carolingienne n’a été découvert. Un palais aurait existé à Jupille-sur-Meuse au VIIIe siècle, où Pépin II, dit de Herstal, séjourna et, selon certaines sources, Pépin III, dit le Bref, y séjourna également en 759 ou 760. Ce palais passait au XVe siècle pour avoir été le lieu, contesté par la suite, de la naissance de Charlemagne. Si une partie de la dynastie des Mérovingiens et des Carolingiens est probablement originaire du bassin liégeois, bloquée dans ses palais selon la praticabilité du gué de la Meuse, prête à porter la guerre en Neustrie dès l’été. Que ce soit de Jupille ou de Herstal, au xixe siècle il est de bon ton de se trouver d’illustres origines et une statue de Charlemagne, est érigée en 1867 dans le centre-ville. Dans les niches du piédestal néo-roman, six statuettes représentent les ancêtres de l’empereur, originaires du pays de Liège : sainte Begge, Pépin de Herstal, Charles Martel, Bertrude, Pépin de Landen et Pépin le Bref. Les premiers évêques de Liège sont eux aussi apparentés aux Carolingiens.

Le grand empereur est, en tout cas, entré dans la légende liégeoise et reste très présent dans le folklore local, son dialogue avec Tchantchès restant un morceau d’anthologie liégeoise.

Une petite bourgade existe dès le Haut Moyen Âge. Cependant, la fondation de la ville, en tant que telle, date des environs de l’an 700, à la suite de l’assassinat de saint Lambert, alors évêque du diocèse de Tongres-Maastricht. À la suite de cet évènement, son successeur, Hubert de Liège, transfère, avec l’approbation du pape, le siège de l’évêché de Maastricht vers Liège. Le futur saint Hubert devient ainsi le premier évêque de Liège. Liège devient alors rapidement un important lieu de pèlerinage et se transforme petit à petit en une prestigieuse et puissante cité, cœur du Diocèse de Liège, circonscription qui pèse de tout son poids sur l’histoire des Pays-Bas espagnols.

On assiste aux prémices de la Principauté de Liège lorsque Notger est appelé au trône épiscopal de Liège par l’empereur germanique Otton II en 972. Il reçut également le privilège d’immunité générale en 980. L’évêque de Liège est alors l’unique maître de ses terres, il devient prince-évêque et son domaine une principauté ecclésiastique. Liège est la capitale de cette puissante principauté à partir de l’an 980 grâce à l’action des évêques Éracle, Notger et Wazon, et le reste jusqu’en 1795 ; elle en est également une des 23 Bonnes Villes.

Ses écoles sont célèbres jusqu’au XIIe siècle. Leur réputation vaut à Liège le surnom d’« Athènes du Nord » ou de « Nouvelle Athènes ». Sept collégiales s’élèvent alors dans la ville (Saint-Pierre, Sainte-Croix, Saint-Paul, Saint-Jean, Saint-Denis, Saint-Martin, Saint-Barthélemy) en plus de la cathédrale où est enterré saint Lambert. Deux abbayes bénédictines s’y ajoutent : Saint-Jacques et Saint-Laurent. Plusieurs églises romanes et de nombreuses pièces d’orfèvrerie (art mosan) témoignent encore aujourd’hui de l’efflorescence de cette époque, en particulier les fonts baptismaux de la ville, conservés aujourd’hui à Saint-Barthélemy. Liège devient très tôt ville d’industrie. La houille y est extraite de longue date. Jean Curtius est l’un des plus grands armuriers d’Europe. Des Liégeois sont à l’origine de la sidérurgie suédoise. Les Liégeois luttent pour la démocratie, la Paix de Fexhe en est une étape, mais les Ducs de Bourgogne rassemblent les Pays-Bas bourguignons en un État absolutiste. Principautés laïques ou ecclésiastiques tombent aux mains des Ducs. Les Liégeois refusent ce que le Prince Philippe le Bon veut leur imposer, à savoir l’élection de son neveu Louis de Bourbon à la tête de l’État liégeois. Ils s’allient au roi de France Louis XI mais sont battus à Montenaken. Soumis à une « Paix » humiliante (1465), ils résistent encore mais leur armée est battue à Brustem par le fils de Philippe, Charles le Téméraire, qui supprime juridiquement et unilatéralement la Principauté.

À la suite de la tentative de capture, dans son campement installé sur les hauteurs de la ville, de Charles le Téméraire par Gossuin de Streel, Vincent de Bueren et les 600 Franchimontois, Liège est entièrement pillée et brûlée à partir du 3 novembre 1468. Seuls quelques monuments religieux sont épargnés. Quant au perron, symbole des libertés liégeoises, il est transféré à Bruges en guise d’humiliation.

Liège retrouvera son perron et son indépendance relative dès 1478, à la suite de la mort du Téméraire. Érard de La Marck, ami d’Érasme et de Léonard de Vinci va reconstruire en vingt ans son Palais des Princes-Évêques. Elle redevient donc la capitale d’un pays dont l’indépendance, certes mise à mal — la neutralité liégeoise n’interdit pas aux belligérants de traverser son territoire —, se maintiendra au cours des trois siècles suivants et verra les révoltes des Rivageois, les luttes des Chiroux et des Grignoux (XVIIe siècle), la naissance du capitalisme des négociants d’armes comme Curtius, l’ouverture aux Lumières au XVIIIe siècle sous l’impulsion de l’évêque Velbruck. L’intransigeance de son successeur, Hoensbroeck mènera ensuite à la révolution liégeoise. À la veille de la révolution liégeoise, le patrimoine religieux, une cathédrale, sept collégiales, une trentaine de paroisses, une quarantaine de couvents et une centaine d’hôpitaux et de béguinages, sans compter le palais des princes-évêques, représentent près des trois quarts de la surface de la ville, considérée depuis Érard de La Marck comme le  rempart à la réforme. L’existence de la principauté de Liège se termine dans le sang, entre 1789 et 1795. La révolution va confisquer une grande partie de ce patrimoine qui sera réparti entre public et privé. Fait unique au monde : la cathédrale Saint-Lambert est démolie.

En 1789, la révolution française et la révolution liégeoise éclatent en même temps que la révolution brabançonne qui donne naissance aux États belgiques unis à la suite de la victoire de bataille de Turnhout sur l’armée autrichienne, tandis qu’à Liège Nicolas Bassenge chasse le Prince-évêque qui trouve refuge à Trèves. Ce dernier est très vite replacé sur son trône par les troupes autrichiennes qui prennent leur revanche sur l’armée des États belgiques unis.

La restauration du Prince-Évêque est mal acceptée par les Liégeois qui pensent voir en libérateurs les troupes françaises de Dumouriez, lesquelles investissent la ville en 1792. Le système politique et social de l’Ancien Régime en est fondamentalement bouleversé ; par exemple, les Liégeois peuvent pour la première fois voter au suffrage universel. En 1792, les Liégeois usèrent pour la première fois de ces nouveaux droits et votèrent pour la réunion de leur Principauté à la France.

En 1793, une seconde restauration du Prince-Évêque a lieu à la suite de la défaite française à Neerwinden, mais elle est de courte durée.

Dès le mois de juin 1794, l’armée impériale quitte la Principauté de Liège, avant d’être vaincue à Sprimont. L’occupation française entraîne l’exil définitif du dernier Prince-Évêque François-Antoine-Marie de Méan. Le 1er octobre 1795, le Directoire décrète l’annexion de la principauté à la Première République française, entraînant par là-même la disparition de cet État qui, durant neuf siècles, fit partie du royaume de Germanie et à sa suite du Saint-Empire romain germanique. Le reste de la Belgique est aussi annexé et Liège devient le chef-lieu du département de l’Ourthe.

Le traité de paix signé à Amiens le 25 mars 1802 est bientôt suivi d’une déclaration de guerre de l’Angleterre à la France le 18 mai 1803. Les hostilités recommencent avec fureur sur terre et sur mer. Les Anglais dominent sur ce dernier élément ; mais le continent leur échappe entièrement. Aussitôt après la déclaration de guerre, les armées françaises s’emparent du royaume de Hanovre, possession anglaise sur la terre ferme.

Le Premier Consul, Bonaparte, parcourt la Belgique dont la conservation est alors d’une extrême importance pour la France : il visite les côtes et les places fortes. Le 13 thermidor an XI (lundi 1er août 1803), il arrive à 6 heures du soir de Maastricht à Liège par le quai Saint-Léonard.

Il est reçu avec enthousiasme par le clergé ayant l’évêque à sa tête, les autorités et le peuple. Le lendemain matin, il parcourt les ruines du faubourg d’Amercœur bombardé et incendié les 28, 29 et 30 juillet 1794 lors de la retraite des Autrichiens.

Puis il visite la ville et va voir la citadelle et le champ de bataille de Rocourt (11 octobre 1746). Le 15 thermidor (3 août), il quitte Liège par la porte d’Avroy. Le même jour est publié un décret par lequel il accorde une somme de 300 000 francs pour la reconstruction du faubourg d’Amercœur. Ainsi un tiers de la somme était encore fourni sur les biens ecclésiastiques.

En 1804, la ville reçoit le titre de « Bonne ville » de l’Empire. Le titre de duc lui est attaché.

En 1815, la défaite de Napoléon Bonaparte à Waterloo met fin au régime français. Le territoire liégeois, tout comme le reste de la future Belgique indépendante, passe alors sous tutelle hollandaise. La période hollandaise verra la création de l’Université de Liège et de l’Opéra royal de Wallonie.

En 1830, la révolution belge éclate à Bruxelles et plus de 300 Liégeois s’y rendent à pied, à cheval, traînant avec eux un canon sous la direction d’un pamphlétaire, un des héraults de l’opposition aux Pays-Bas, Charles Rogier. Ils combattent sur les barricades bruxelloises et participent ensuite à la libération de la Belgique avec des volontaires venus de tout le pays. À partir de ce moment-là, Liège fait partie du royaume de Belgique.

Après 1830, les Liégeois dominent la vie politique belge. Charles Rogier est un des leurs et son rôle dans la révolution est capital. Il sera à la tête de plusieurs gouvernements belges.

Liège devient la citadelle du libéralisme radical. Guillaume d’Orange (via la Société générale des Pays-Bas), Jean-Jacques Dony et surtout l’Anglais John Cockerill savent que Liège est la première ville d’Europe continentale entrée dans la Révolution industrielle à la suite de l’industrialisation britannique. Vers 1850, le complexe sidérurgique et de construction métallique de Cockerill à Seraing est le plus grand du monde et la Belgique  (principalement grâce au Sillon industriel wallon) la deuxième puissance économique du monde derrière le Royaume-Uni. Afin de protéger Liège des inondations, l’État belge procède à de gros travaux d’endiguements de l’Ourthe et de la Meuse tout au long du XIXe siècle, pour canaliser le fleuve et créer de nouveaux boulevards (Avroy et Sauvenière).

Les idées des libéraux résultent de ces profondes mutations, de même que le mouvement ouvrier qui en 1885 provoque, à partir de Liège, une grève qui gagne tout le Sillon industriel, réprimée par l’armée. En 1893 une autre grève arrache le Suffrage universel au Parlement apeuré, puis c’est celle de 1913 que Georges Simenon met scène dans Pedigree.

En 1905, c’est Liège qui accueille l’Exposition universelle de 1905, qui célèbre le 75e anniversaire de l’indépendance de la Belgique. Dès la fin du xixe siècle, Liège était appelée Capitale de la Wallonie ou capitale wallonne, non seulement dans les milieux du Mouvement wallon, très actifs à Liège, mais aussi dans la presse générale. Il est à noter qu’il s’agissait du sens figuré du mot capitale, sans aucun aspect politique ou administratif concret, et toujours au détour d’une phrase parlant d’autre chose37. Par exemple, dans cette conclusion du compte rendu d’un festival musical liégeois en 1912 où furent jouées des œuvres de César Franck et Henri Vieuxtemps : Qu’à Liége, la capitale de la Wallonie, on ne donne plus de concert sans que la musique wallonne y soit représentée par un de ses maîtres !.

Liège, carte maximum, Belgique, 1997.

Mais à partir de 1971, c’est à Namur que sont installées les diverses institutions wallonnes nées de la première réforme de l’État belge. En 1978, un accord entre les bourgmestres des quatre grandes villes wallonnes prévoit la répartition des institutions wallonnes avec la fonction politique à Namur, économique à Liège, sociale à Charleroi et culturelle à Mons. L’Exécutif régional wallon officialise cette répartition les 27 octobre 1982 et 12 juillet 1983. Le 11 décembre 1986, il sanctionne et promulgue le décret instituant Namur capitale de la Région wallonne, adopté par un vote du Conseil régional wallon le 19 novembre 1986, sur une proposition de Bernard Anselme, alors conseiller régional de l’opposition.

La résistance des forts liégeois en 1914 vaut à la ville (première ville étrangère en ce cas) la Légion d’honneur française le 7 août 1914 (ainsi que le changement de nom du café viennois en café liégeois), la Croix de guerre italienne en 1923, la Médaille militaire pour la bravoure du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes en 1926, la Croix de guerre belge en 1940. Il n’est cependant pas question de siège de la ville, ni en 1914, ni en 1940. Liège n’avait, en effet, aucune muraille et les forts étaient situés à plusieurs kilomètres de la ville. D’autre part, l’armée belge n’étant pas structurée sur la base de milices locales, le mérite des combats devant Liège, en 1914 et en 1940, doit être attribué aux soldats belges de diverses régions de Belgique en garnison dans les forts. En 1914, l’armée allemande pénètre dans la ville dès le 3e jour de la guerre sans rencontrer d’obstacles, contraignant l’état-major belge et le général Leman à se retirer dans le fort de Loncin, un des douze forts de la ceinture fortifiée qui succombent les uns après les autres sous le pilonnage de l’armée allemande, le général Leman étant finalement enseveli dans l’explosion du fort de Loncin et emmené en captivité. L’occupation allemande dura quatre ans et Liège fut libérée dès le début de novembre par les mutineries dans l’armée allemande qui ont précédé l’armistice du 11 novembre 1918. L’occupation de la ville est notamment marquée par l’évasion du remorqueur Atlas V en 1917.

Durant l’entre-deux-guerres, deux grandes expositions se tiennent à Liège : l’exposition internationale de 1930 pour le centenaire du pays (spécialisée dans les sciences et l’industrie) et l’exposition de l’eau de 1939 marquant l’achèvement des travaux du canal Albert permettant de relier Liège au port d’Anvers.

En 1937, la ville de Liège décide de célébrer, tous les 14 juillet, la fête nationale française afin de protester contre la politique de neutralité de la Belgique vis-à-vis du Troisième Reich et contre la dénonciation de l’accord militaire franco-belge par le gouvernement. La fête nationale française y est encore célébrée au xxie siècle et rassemble plus de 35 000 personnes chaque année.

Avant 1940, Liège fut dirigée par des bourgmestres issus pour la plupart du Mouvement wallon, groupement informel groupant des personnes issues de plusieurs partis et contestant la politique de neutralité voulue par Léopold III et le gouvernement appuyé par les chambres. Parmi les personnalités du mouvement : Jean Rey, Fernand Dehousse, Georges Truffaut, actifs dans la presse et au Parlement. Pourtant, pendant la Seconde Guerre mondiale, après le décès de Xavier Neujean au début de la guerre, le bourgmestre Joseph Bologne utilisa toutes les ficelles pour contourner les exigences de l’occupant, opposant systématiquement à l’occupant le respect de la Constitution et de la législation belges. Le 1er août 1942, le lieutenant général allemand Keim informe Bologne qu’il ne peut continuer à exercer ses fonctions. Un rexiste, Albert Dargent, présidera aux destinées de la nouvelle entité liégeoise jusqu’à la fin du mois d’août 1944. Il livrera aux nazis des listes de juifs de l’administration communale, ce qui permit la déportation de 700 personnes sur une population juive de 2 500 personnes alors que les bourgmestres de Bruxelles et d’autres villes de Belgique s’y refusèrent et furent arrêtés et déportés. L’étoile jaune va agir sur la population liégeoise comme un révélateur. Des journaux clandestins exhortèrent la population à les aider. Les agents de la poste, par exemple, s’efforçaient de repérer les lettres de dénonciation envoyées aux Allemands pour les détruire. C’était d’ailleurs une consigne générale des réseaux de résistance de la poste belge. La police belge perdait ses armes, falsifiait les rapports, etc. Dès la libération de Liège, le 7 septembre 1944, Joseph Bologne reprendra ses fonctions, mais fut relevé de celles-ci et inculpé début 1945 pour avoir livré aux Allemands des listes de personnalités communistes. Le rexiste Dargent fut peu après prévenu de dénonciations caractérisées et de collaboration policière. Il fut condamné à mort et exécuté.

Liège, entier postal, Belgique.

La résistance belge émanant des simples citoyens fut très forte à Liège et un monument lui est dédié. En 1947, le gouvernement belge décide d’ériger à Liège le Monument national à la Résistance. Et le 8 mai 1955, lors de l’inauguration du monument, dû à l’architecte Paul Étienne et au sculpteur Louis Dupont, en présence du roi Baudouin, de l’ensemble du gouvernement et des représentants des corps constitués, le bourgmestre déclarait, à propos de l’urne funéraire scellée dans un reliquaire monumental :

« Ces cendres proviennent de Belges. Nul ne pourrait dire s’ils étaient Flamands ou Wallons ; on ne connaît rien d’eux, ni de leurs convictions philosophiques ou religieuses. On sait qu’ils sont morts pour la Patrie. Ce sont des Belges qui ont tout sacrifié, tout abandonné. »

Le rabbin Josif Lepchivcher, ministre officiant de Liège, et qui avait été caché dans l’évêché de Liège puis au séminaire de Banneux par l’évêque du diocèse, Mgr Louis-Joseph Kerkhofs, et qui est devenu une figure emblématique du Juif soustrait par l’Église aux nazis était présent.

Quand la Question royale marche vers son dénouement, Paul Gruselin, Joseph Merlot, André Renard participent au projet de Gouvernement wallon séparatiste esquissé à la suite des graves incidents de Grâce-Berleur (30 juillet 1950), que le retrait du roi rend caduc.

Mouvement à la fois social et autonomiste, la Grève générale de l’hiver 1960-1961, commencée chez les dockers communistes d’Anvers, s’étend à toute la Belgique et atteint son paroxysme à Liège avec le sac de la Gare des Guillemins (en janvier 1961) par des grévistes exaspérés par la non-réponse du Gouvernement de Gaston Eyskens à leurs revendications. Les socialistes liégeois sont à nouveau très présents en politique belge avec Joseph-Jean Merlot dans le gouvernement Lefèvre-Spaak, mais contraignent Merlot à la démission à la suite du vote des lois sur le maintien de l’ordre et la Frontière linguistique48. Pierre Harmel est l’un des rares premiers ministres wallons du siècle passé (de 1965 à 1966). Jean-Joseph Merlot à nouveau au pouvoir avec Gaston Eyskens à partir de 1968, puis André Cools (après la mort accidentelle de Merlot) vont jeter les bases du fédéralisme belge que ce gouvernement met en place.

Le 1er janvier 1977, dans le cadre de la fusion des communes, Liège annexe plusieurs communes voisines. La ville passe ainsi de 22,7 à 69,5 km.

Durant les années 1980, la ville connaît de sérieux problèmes budgétaires qui conduisent à un défaut de paiement en septembre 1989.

Le 13 décembre 2011, une attaque à la grenade et à l’arme à feu a eu lieu place Saint-Lambert. Un attaquant, identifié par la suite comme Nordine Amrani, âgé de 33 ans, armé de grenades et d’un fusil d’assaut, a attaqué des personnes en attente à un arrêt de bus. Six personnes sont mortes, dont l’agresseur (qui s’est tiré une balle dans la main) et 123 personnes ont été blessées.

Le 29 mai 2018, a lieu une attaque terroriste islamiste : deux policiers et un civil, un homme de 22 ans, ont été abattus par un homme armé près d’un café du boulevard d’Avroy, dans le centre de Liège. L’attaquant a alors commencé à tirer sur les policiers pour tenter de s’échapper, blessant plusieurs d’entre eux, avant d’être abattu. La chaîne de télévision belge RTBF a annoncé que le tireur avait été libéré temporairement le 28 mai, après avoir purgé sa peine pour délit de drogue.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.