Ville de Guimiliau (Finistère).

Guimiliau est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

La présence humaine à Guimiliau remonte au paléolithique (7 à 8 000 ans av. J.-C.) comme en témoigne l’abri sous roche de Roc’h Toull (« La roche percée »), situé certes sur le territoire de la commune de Guiclan, mais à proximité de la limite communale avec Guimiliau. Des chambres souterraines de l’âge du fer ont aussi été découvertes.

Un souterrain, contenant une hache en pierre polie en diorite et des cendres a été découvert en 1932 à Kerouaré en Guimiliau. Ce souterrain orienté est-ouest se compose de trois pièces creusées dans du tuf sablonneux : une grande pièce de 3,5 mètres de long sur 2 mètres de large et haute de 1,30 mètre, une deuxième pièce longue de 2,90 mètres sur 2 mètres de large et haute de 1,30 mètre et une troisième mesurant 4 mètres sur 3 mètres.

La voie romaine allant de Vorgium (Carhaix) à l’Aber-Wrac’h passait par Poullaouen, Locmaria-Berrien, Berrien, puis traversait les communes de Plounéour-Ménez, Guimiliau et Lampaul-Guimiliau, passant ensuite au sud-ouest de Landivisiau. Des monnaies romaines ont été trouvées à Creac’h-ar-Bleiz.

La paroisse de Guimiliau faisait partie de l’archidiaconé de Léon relevant de l’évêché de Léon et était sous le vocable de saint Miliau. Elle avait comme trève Lampaul-Guimiliau.

Yvon Le Gall, « paroissien de Guimiliau » fut l’un des trois premiers lieutenants du corsaire Jean Coatanlem dans la première moitié du XVe siècle.

Trois manoirs sont attestées à Guimiliau au Moyen Âge : le manoir de Kerbalanec (familles Le Maucazre dont Golven Le Maucazre en 1500, puis Guengat), celui de Coëtquelfen (ou Coëtquelven : en 1443, le duc de Bretagne François Ier établit Guyon de Coëtquelven comme lieutenant de la Cour en sa juridiction de Lesneven) et celui de Penhoat-Huon (famille Kergoanec).

Au XVIIe siècle, la châtellenie de Daoudour est subdivisée en deux juridictions : celle de “Daoudour-Landivisiau”, dite aussi “Daoudour-Coëtmeur”, qui avait son siège à Landivisiau et comprenait Plouvorn et ses trèves de Mespaul et Sainte-Catherine, Plougourvest et sa trève de Landivisiau, Guiclan, Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Bodénès, Pleyber-Christ, Commana et sa trève de Saint-Sauveur, Plounéour-Ménez et pour partie Plouénan ; et celle de “Daoudour-Penzé”, qui avait son siège à Penzé et comprenait Taulé et ses trèves de Callot, Carantec, Henvic et Penzé, Locquénolé, Saint-Martin-des-Champs et sa trève de Sainte-Sève.

Guimiliau, carte maximum, 12/07/1997.

Un voleur originaire de Guimiliau : Jean Mével, dit « Lebreton »
Jean Mével est né le 5 octobre 1730 au bourg de Guimiliau, fils d’Allain Mével, tisserand, et de Françoise Guyot. Il eut au moins un frère et une sœur plus âgés que lui. À quatre ans, il perdit son père, mais passa son enfance à Guimiliau. Il fut engagé pendant trois ans comme « valet de bestiaux » chez un métayer près de Tréguier, puis achetant avec ce qu’il avait gagné de la mercerie à Guingamp, devint colporteur ; en 1750, il est surpris à Tréguier « forçant la boutique d’un marchand » prenant «pour environ quinze cents livres de marchandises, tant en dentelles que bas au métier, que de mouchoirs » afin de les revendre sur les foires et marchés13, en compagnie notamment d’Olivier Guilherm, originaire de Guiclan, et principal galant de la célèbre voleuse et chef de bande Marion du Faouët. On retrouve sa trace ensuite à Nantes, où il s’acoquine avec d’autres « vagabonds, contrebandiers et malandrins » et commet divers méfaits, volant des commerçants et commençant à piller des troncs d’église « au moyen de glüe qu’il mettait au bout d’une balleine ». Après une arrestation, il s’enfuit à Angers. En 1752, il est au Folgoët où il pénètre avec trois comparses dans le sanctuaire en enfonçant « un des vitrages » au moyen d’une barre de fer, brise la porte de la sacristie, fracture un coffre et s’empare de 1109 écus. En 1753, il se marie avec Julienne Pomars, veuve d’un de ses complices Guillaume Riou et on retrouve sa trace à Angers, puis à Saumur, passant comme colporteur d’un village à l’autre et continuant, associé principalement désormais à un certain Pierre Ouvrard, ses méfaits, volant des tissus y compris dans l’abbaye de Fontevraud, puis des chevaux près de Nantes14. L’un de ces chevaux appartenait au Procureur du Roi au siège présidial de Nantes qui fit rechercher son cheval par la police un peu partout dans la région. Accompagné de sa femme et de complices, il continue son errance, principalement en Touraine à Cinq-Mars, Bléré, etc., vendant de la mercerie d’origine douteuse et tenant un jeu de blanque en dépit des Ordonnances16 qui l’interdisaient, « contrefaisant tantôt le boëteux, tantôt le manchot », etc. Il est finalement arrêté avec plusieurs de ses complices par Marc Béguin, sénéchal de Réaux à Chouzé, et emmené à Saumur où il est emprisonné, puis le 30 juin 1753 renvoyé avec deux complices devant le présidial de Nantes et réussit à s’évader de la prise royale de cette ville dans la nuit du 27 au 28 février 1754, mais la procédure suit néanmoins son cours et il est condamné par contumace le 29 mai 1754 à être « pendu et étranglé jusqu’à ce que mort s’ensuive », 10 livres d’amende et la confiscation de tous ses biens, son complice Ouvrard étant condamné aux galères à perpétuité. Son effigie est symboliquement pendue sur la place du Bouffay à Nantes. Sans doute en compagnie de sa femme, il se réfugie en Bretagne; on retrouve sa trace à Rennes où il dérobe dans la vieille église Saint-Jean, en compagnie de complices dont Olivier Guilherm, un coffre contenant 700 livres, puis commet un autre vol dans la sacristie des Trois-Maries, à Corps-Nuds. Revenu en Basse-Bretagne, ils forcent la sacristie de l’église de Guiclan et y vole 8100 livres, en compagnie de Joseph Le Bihan, frère de Marie du Faouët, et d’un nommé Goulierne, originaire de Guiclan. Le 3 avril 1755, il est arrêté sous le pseudonyme de Joseph Lebreton, ainsi que sa femme, Julienne Pomars, et d’autres complices, dans un cabaret de Rennes. Fomentant une révolte dans la prison, il réussit à nouveau à s’évader en compagnie de onze autres prisonniers le 21 avril 1755, mais il est blessé à la tête lors de son évasion. Sa femme, restée en prison, accouche d’une fille le 15 août 1755. Jean Mével retourne alors à Nantes où il est à nouveau arrêté dans la nuit du 23 au 24 septembre 1755 et emprisonné à la prison du Bouffay. Le 13 mars 1756, il est à nouveau condamné « à être pendu et étranglé jusqu’à ce que mort s’ensuive à la potence du Bouffay de cette ville par l’exécuteur de haute justice, après avoir été préalablement appliqué à la question ordinaire et extraordinaire pour avoir révélation de ses complices ». La « question » lui est administrée le jour même, puis il est exécuté à la tombée de la nuit. Sa femme et d’autres complices, tant de Jean Mével que de Marion du Faouët, furent envoyés à Quimper, puis à Nantes où ils restèrent en prison pendant six années, d’autres furent exécutées comme Marion du Faouët elle-même.

En 1773, Christophe Castel, 23 ans, originaire de Lesneven, qui a dérobé 273 livres dans la paroisse de Sizun, et volé un cheval au pâturage sur la paroisse de Guimiliau, est condamné « d’être pendu et étranglé, jusqu’à ce que mort s’ensuive, par l’exécuteur de haute justice, à une potence qui sera pour cet effet plantée à la place publique et patibulaire de la ville [Lesneven]» et, en outre, à la confiscation de ses meubles et aux dépens.

Selon A.Delorme, « À Guimiliau, comme à Saint-Thégonnec, nous sommes au centre du pays des Karnels (« ossuaire » ou « charnier » en breton). Nulle part le culte des morts et le souvenir des ancêtres n’y ont été plus pieusement conservés. Aussi, si les monuments religieux y célèbrent tout d’abord la gloire et la puissance de Dieu, ils invoquent principalement sa miséricorde (..), ils évoquent surtout le souvenir des disparus, ils demandent des prières aux survivants et ils montrent la fragilité de la vie humaine. (…) C’est pourquoi (…) tout autour de l’église de Guimiliau, se dressent tout autour des tombes qui couvrent le cimetière, un calvaire, un ossuaire et une chapelle des morts. C’est une enceinte sacrée dans laquelle on pénètre par l’arc de triomphe consacré Guimiliau offre même une particularité exceptionnelle : la chapelle des morts présente une chaire extérieure. Souvent dans cette chaire, le jour des morts, prêche le recteur qui vient de conduire la procession des fidèles à travers le champ funèbre ».

Le recteur de Guimiliau écrit le 13 janvier 1775 : « Le nombre des mendiants domiciliés dans la paroisse et dans la trève de Lampaul monte à 240, en proportion de 1 sur 12 à 13. La source de la mendicité sont le défaut de travail pour quelques-uns (…), l’insuffisance du salaire pour sustenter leur famille, surtout quand le mari artisan tombe malade. L’ivrognerie qui, malheureusement infeste la paroisse et surtout la fénéantise est la cause principale de la plupart des mendiants ».

Un député représentait la paroisse de Guimiliau lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le 1er avril 1789, c’était Bernard Maguet.

Le moulin à tan de Kerbalanec, couvert de genêt, est vendu comme bien national en 1801.

En 1840, 12 foires, spécialisées dans le commerce des bêtes à cornes et des porcs, se tenaient chaque année à Guimiliau : trois d’entre elles étaient reconnues officiellement, le 2e mercredi de mars, juillet et septembre, mais neuf autres, non reconnues officiellement se tenaient depuis un temps immémorial le troisième lundi des mois de janvier, février, avril, juin, août, septembre, octobre et décembre, toutes qualifiées de « très utiles et très importantes » par le sous-préfet de Morlaix.

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d’Émile Combes contre l’utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Guimiliau, l’abbé Keraudren, écrit : « Le catéchisme et les instructions [religieuses] se font et ne peuvent se faire, qu’en breton ».

Le monument aux morts de Guimiliau porte les noms de 62 soldats de la commune morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

Le monument aux morts de Guimiliau porte les noms de 7 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le viaduc ferroviaire de Guimiliau est bombardé par des avions alliés le 24 juillet 1944. Un maquis FFI se crée à Guimiliau ; Claude Kerléo, de Lampaul-Guimiliau, témoigne de la journée du 5 août 1944 : « Notre mission est de défendre le viaduc de la voie ferrée Brest-Morlaix qui servira à la logistique des alliés à leur arrivée. Ce soir nous avons reçu un parachutage de matériel impressionnant : mitraillettes, fusils mitrailleurs, lance-roquettes, explosifs… mais surtout 12 parachutistes américains de l’OSS qui sont là pour nous former et coordonner nos actions. Comme nous manquons de tout depuis le début de la guerre, les parachutes des containers sont rapidement réemployés. C’est ainsi que je me fais confectionner [une] chemise ».

Le monument aux morts de Guimiliau porte les noms de 4 soldats morts pour la France pendant la guerre d’Algérie.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *