Ville de Gaziantep (Turquie).

Gaziantep, avant 1920 Antep, est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom, située au sud-est de l’Anatolie ou nord-ouest de la Mésopotamie, à proximité de la Syrie.

Initialement nommée Aintab par les Arabes, ou Antep par les Turcs, elle fut – pour souligner la résistance de ses habitants turcs face aux alliés en 1920 et 1921 – renommée Gaziantep (« Antep la victorieuse ») le 8 février 1921.

Pôle industriel et économique dans une région en plein développement, elle compte une population estimée à plus de 1 889 466 habitants composée principalement de Turcs mais aussi de Kurdes et d’Arabes.

La ville est réputée en Turquie et à travers le monde pour sa cuisine. Depuis décembre 2015, Gaziantep fait ainsi partie du réseau des villes créatives de l’UNESCO dans le domaine de la gastronomie.

La cuisine locale est essentiellement épicée ; on retrouve ainsi plusieurs types de kebabs (viande grillée), de keftas (boulette de viande) mais aussi de dolmas (légume farci). Le lahmacun, aussi appelé la pizza turque, de Gaziantep est également réputé tout comme son yuvarlama (boulette de boulgour saucée). En dessert, on retrouve notamment le fameux baklava (fines feuilles de pâte phyllo garnies) traditionnellement saupoudré de pistache. Le 8 août 2013, l’Union européenne accorde une indication géographique protégée pour la variété turque du baklava de Gaziantep aussi connue sous le nom de Antep Baklavası/Gaziantep Baklavası en turc.


Dans l’Antiquité, près de Gaziantep, à Dülük (alors Dolichè), on révérait Jupiter Dolichenus, selon un culte à Mystères, syncrétique de la religion romaine et du Baalisme de Commagène. Elle fut une forteresse du Comté d’Édesse. Sous l’Empire ottoman, elle faisait partie de la vilayet d’Alep.

À l’issue de La Première guerre mondiale, les troupes françaises de l’Armée du Levant prennent le relais des britanniques et occupent la ville d’Antep. L’Armée du Levant désigne alors les forces armées françaises qui occupent une partie du Levant (Asie occidentale) lorsque la défaite de l’Empire ottoman, en 1918, conduit les puissances victorieuses à se partager de larges pans de son territoire. D’août 1920 à février 1921, les troupes françaises assiègent la ville dans le cadre du mandat français sur la Syrie pendant la Campagne de Cilicie. Au terme d’un siège de six mois marqué par les privations, la ville capitule le 8 février 1921. La ville porte aussitôt le nom de Gaziantep (“gazi” désignant, en langue turque, un blessé de guerre). L’accord d’Angora d’octobre 1921 conduit à l’évacuation des troupes françaises et à la disparition de la communauté arménienne locale, le 25 décembre 1921.

Le 20 août 2012 a lieu à Gaziantep un attentat à la voiture piégée qui coûte la vie à neuf personnes et en blesse des dizaines d’autres.

Le 6 février 2023, la ville est touchée par le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui frappe le sud de la Turquie et le nord de la Syrie, suivi onze minutes plus tard d’une réplique de magnitude 6,7. Le séisme fait de nombreuses victimes. Le château de Gaziantep, dont les premières constructions datent de 3 600 ans avant J.-C. sous l’ère hittite, a été sévèrement endommagé, en particulier son enceinte extérieure.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.