Ville de Dijon (Côte d’or).

Dijon est une commune française, préfecture du département de la Côte-d’Or et chef-lieu de la région Bourgogne-Franche-Comté. Elle se situe entre le bassin parisien et le bassin rhodanien, sur l’axe Paris-Lyon-Méditerranée, à 310 kilomètres au sud-est de Paris et 190 kilomètres au nord de Lyon.

Ses habitants, appelés les Dijonnais, étaient au nombre de 156 920 en 2017. L’unité urbaine, qui comptabilisait pour sa part 243 376 habitants, est la première agglomération de la région en nombre d’habitants. La ville est au centre d’une intercommunalité, Dijon Métropole, comprenant 23 communes et 251 897 habitants et d’une aire urbaine de 385 400 habitants.

Capitale historique du duché de Bourgogne, ville aux cent clochers sous l’Ancien Régime, héritière d’un riche patrimoine historique et architectural, Dijon est une cité touristique dont l’attrait est renforcé par la réputation gastronomique de la région. Le centre historique de la ville est la seconde composante des climats du vignoble de Bourgogne, inscrits depuis le 4 juillet 2015 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dijon carte maximum, 7/04/2006.

Ville de congrès, la capitale bourguignonne est aussi une ville verte au secteur tertiaire important, ainsi qu’un centre économique régional au tissu diversifié, avec un pôle agroalimentaire traditionnel (moutarde de Dijon, crème de cassis de Dijon et kir, pain d’épices, chocolat Lanvin…) et un secteur pharmaceutique réputé.


Il n’existe pas de véritables travaux de fouilles archéologiques concernant la ville de Dijon. Aucun document relatif à la période néolithique n’existe alors que la période protohistorique a surtout été l’objet d’investigation à la périphérie de la ville. Un silo dans l’actuel quartier des Grésilles, du mobilier de l’âge du Bronze près du quartier des Bourroches ont cependant été retrouvés. Quelques menus objets domestiques, un fragment d’assiette décoré d’ornements géométriques incisés de l’époque hallstatienne et une pince à épiler de l’époque de La Tène III, ont été mis au jour en plein centre-ville (rue du Tillot et rue du Château). Deux ouvrages compilent les découvertes antérieures au début du xxe siècle : le Recueil d’Esperandieu (1911) et les Inscriptions antiques de la Côte-d’Or de Pierre Lejay (1889).

Le site des Lentillières a livré des traces d’habitat du néolithique ancien, dont une sépulture assimilée à celles du rubané moyen champenois. La vallée aurait en effet été investie bien avant l’époque gallo-romaine. La confluence des routes dans une vallée fertile, irriguée par le Suzon et l’Ouche, permet le développement d’un petit village.

La Dijon celtique Divio, est la métropole méridionale des Lingons. Une route romaine passe de l’axe sud-ouest au nord-est, venant de Bibracte puis d’Autun vers Gray et l’Alsace alors qu’une autre va du sud-est au nord-ouest, de l’Italie vers le bassin parisien. Dijon est fortifié au Bas-Empire, par une enceinte protégeant une petite superficie, de 10 hectares.

Les seuls édifices romains qui subsistent sont une tour du castrum, dite « tour du petit Saint-Bénigne », et quelques pans de l’enceinte du Bas-Empire. La voie romaine Chalon-sur-Saône-Langres a été retrouvée par endroits (au parc de la Colombière où elle est visible). Elle passe à l’écart du castrum. Cette voie est souvent considérée par le public et quelques vulgarisateurs (comme l’abbé Claude Courtépée, auteur de Description générale et particulière du duché de Bourgogne), à tort, comme étant l’une des quatre grandes voies romaines (la Voie Agrippa) citée par l’historien romain Strabon.

Deux autres voies, celle venant de la plaine de la Saône et celle menant vers l’Alsace ont été retrouvées. Les fondations du castrum, mur de dix mètres de haut, sont en partie constituées de stèles, de statues et autres pierres de remploi provenant d’une nécropole. Certaines stèles, en forme d’obélisque, livrent de précieux renseignements sur les patronymes et professions des habitants de l’époque.

Le Dijon romain possède deux nécropoles, l’une s’étendant le long de la voie Chalon-Langres, sur les quartiers actuels des Cours du Parc jusqu’à la rue de Gray, la seconde à l’ouest sur les positions des édifices de Saint-Bénigne, Saint-Philibert et Saint-Jean. Cette dernière nécropole, en usage dès le IIe siècle, continue d’être utilisée comme cimetière jusqu’à Louis XVI. Des cultes indigènes étaient mêlés à ceux des Romains : des stèles votives dédiées à Epona et Sucellos furent retrouvées, aux côtés des figures officielles : Mercure, Junon, Hercule et Apollon. La découverte en 1598 d’une inscription grecque disparue depuis, semble attester qu’un culte était rendu à Mithra.

La muraille romaine devient inutile lors de l’édification d’une nouvelle enceinte au xiie siècle, mais son tracé a toujours été conservé et connu.

Lingons et Lingonie dans la « Gaule de l’Antiquité tardive » Les évêques de Langres établissent temporairement leur résidence à Dijon après le sac de Langres par les Vandales entre 407 et 411. Leur influence permet l’édification d’édifices religieux et notamment d’un groupe cathédral composé de trois bâtiments : Saint-Étienne, Sainte-Marie et Saint-Vincent. Selon la tradition, deux basiliques sont ensuite élevées par saint Urbain (actuelle église Saint-Jean).

Dijon est ensuite occupé par les Burgondes qui sont défaits par Clovis en 500 ou 501. Les Arabes l’envahissent en 725 alors que les Normands n’y parviennent pas en 887. C’est à cette époque qu’apparaissent les premiers comtes de Dijon, Aimar, Eliran, Raoul issus de la maison robertienne. En 1002, l’abbé Guillaume de Volpiano entreprend de reconstruire l’abbatiale Saint-Bénigne et son abbaye (actuel Musée archéologique de Dijon). Il fait élever dans l’abbaye une rotonde abritant le tombeau de l’évangélisateur de la Bourgogne, saint Bénigne. De ce monument, détruit en 1793, subsiste l’étage inférieur, dit la crypte.

Au début du xie siècle, Dijon est composé d’une ville forte enclose de murs gallo-romains, restes de l’ancien castrum de Dijon, et d’un bourg s’étendant jusqu’à l’abbaye Saint-Bénigne. Autour, des petits hameaux, Dompierre, Trimolois, Charencey, Bussy et Prouhaut, disparus depuis, ceinturent la villeg 11. Les ducs de Dijon règnent alors sur la région. En 1015, le roi Robert II essaye de conquérir le Dijonnais : il s’attaque d’abord au village de Mirebeau-sur-Bèze et sa région puis vient mettre le siège devant le castrum de Dijon. Mais, devant la vigoureuse résistance de l’évêque de Langres, Brunon de Roucy, soutenu par l’abbé de Cluny et le comte de la ville, il renonce à donner l’assaut. Dès l’année suivante, la mort de l’évêque lui permet de négocier avec son successeur, Lambert de Vignory, la cession du comté de Dijon au roi de France, en 1016. La ville rejoint le duché de Bourgogne et en devient la capitale. À la mort du roi de France en 1031, son fils Henri Ier renonce à la Bourgogne et cède en apanage Dijon et le duché de Bourgogne à son frère Robert Ier. Cela marque le début de trois siècles de règne capétien à Dijon.

Le 28 juin 1137, un grand incendie réduit Dijon en cendres. Les ducs reconstruisent alors une enceinte, beaucoup plus large que la précédente, qui abrite la cité jusqu’au xviiie siècle. À la fin du xiie siècle et au xiiie siècle, Dijon s’orne de monuments de valeur : la Sainte-Chapelle, l’Hôpital général de Dijon, l’église Notre-Dame, etc. Auprès de chaque porte se développent de petits bourgs même si la ville ne grossit jamais plus que les limites de son enceinte. Les ducs possèdent un château, à l’emplacement de l’actuelle mairie de Dijon, et y exercent avant tout un pouvoir de justice. En 1183 le duc Hugues III permet la rédaction d’une charte de commune, conservée aux Archives municipales. Grâce à cette charte, qui fut beaucoup copiée dans d’autres villes de Bourgogne, les ducs s’enrichissent.

La Sainte-Chapelle doit son édification à un vœu fait par le duc Hugues III. Pris dans une tempête alors qu’il se rend en Terre sainte, il promet de construire près de son palais une église dédiée à la Vierge et à saint Jean l’Évangéliste. La construction commence en 1172. La dédicace n’a toutefois lieu qu’en 1500.

En dépit de quelques révoltes contre le roi, Dijon s’est soumis à son autorité. Louis XI ordonne le transfert à Dijon du parlement de Bourgogne, qui se trouvait à Beaune. Il fait aussi construire à Dijon un château, à l’emplacement de l’actuelle place Grangier, pour surveiller les habitants. Lors d’une visite à Dijon le 31 juillet 1479, le roi confirme solennellement les privilèges de la ville, dans l’église Saint-Bénigne de Dijon. La duchesse Marie de Bourgogne (1457-1482), alors âgée de vingt ans et fille unique du duc Charles le Téméraire, épouse Maximilien Ier du Saint-Empire, auquel elle apporte le comté de Bourgogne et les possessions des Flandres. Le traité de Senlis de 1493 divise les deux Bourgognes et Dijon devient une ville-frontière. En 1513, l’empereur Maximilien espère récupérer le duché de Bourgogne en envoyant une troupe formée de 14 000 hommes des corps francs suisses, 5 000 Allemands et 2 000 Francs-Comtois assiéger Dijon. Le gouverneur Louis II de La Trémoille, qui a été envoyé pour défendre la ville, ne peut faire partir les assiégeants qu’en jouant habilement des dissensions entre Suisses et Allemands et en promettant 400 000 écus dont seulement une partie sera payée. Les Suisses lèvent le siège le 13 septembre. Les Dijonnais ayant prié avec ferveur pour leur délivrance, le départ des assiégeants est attribué par beaucoup à l’intercession de la Vierge, dont une statue, Notre-Dame de Bon-Espoir, conservée à l’église Notre-Dame, a été portée en procession. Ces événements ont prouvé la fermeté du sentiment des Dijonnais d’appartenir à la France. Après cet événement, l’enceinte est renforcée par l’édification des bastions Saint-Pierre (1515), Guise (1547) et Saint-Nicolas (1558). La bourgeoisie se développe par ailleurs, comme en témoignent les nombreux hôtels et maisons encore visibles. Au XVIe siècle, la ville s’embellit avec le style de la Renaissance italienne importée par Hugues Sambin.

Le parlement de Bourgogne, transféré de l’Hôtel des ducs de Bourgogne de Beaune à Dijon, fait de la cité une ville parlementaire, où la noblesse de robe édifie des hôtels particuliers. Dijon subit des troubles religieux, de 1530 à 1595. Après la Contre-Réforme, de nouvelles églises et chapelles de monastères sont construites. Un roi de France, François Ier ou Henri IV48, aurait qualifié Dijon de « ville aux cent clochers », en raison de la multiplication des institutions religieuses (Jésuites, Minimes, Carmélites, Jacobines, Ursulines principalement). Après le rattachement de la Franche-Comté au royaume en 1678, Dijon, perdant son statut de ville frontière, peut à nouveau s’agrandir. Sous l’administration des princes de Condé et gouverneurs de Bourgogne, la ville se transforme. Une place Royale, actuelle place de la Libération, est aménagée devant l’ancien Palais des ducs de Bourgogne ; elle est conçue comme un écrin pour une statue équestre de Louis XIV, fondue en 1690, mais qui ne fut mise en place qu’en 1725, tant son transport fut difficile. Le palais des ducs, devenu logis du Roi, est lui-même agrandi et transformé en palais des ducs et des États de Bourgogne. La rue Condé, actuelle rue de la Liberté, est percée. Les princes de Condé créent le vaste parc de la Colombière et le castel de la Colombière reliés à la ville par une avenue plantée d’arbres, le cours du Parc. Cette prospérité se poursuit au XVIIIe siècle. Dijon accueille en 1722 une faculté de droit, puis l’Académie en 1725, qui remet à Jean-Jacques Rousseau le premier prix du concours pour son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes en 1750. Les Collèges de Médecine sont particulièrement réputés dès 1755. Avec une population de 22 000 à 23 000 habitants, Dijon est une ville moyenne dans le royaume. L’administration municipale repose sur des Municipaux élus et mandatés par l’arrêt du Conseil d’État du 20 avril 1668 qui fixe la constitution de la Chambre ; pour Pierre Gras, Dijon est l’exemple de municipalité parlementaire de province. En 1731, le pape Clément XII répond positivement aux requêtes séculaires des Dijonnais qui désiraient avoir leur propre évêque. La ville devient le siège d’un petit évêché entre ceux de Langres, Autun et Besançon. Le premier jardin botanique est créé en 1760. En 1766 est instituée une École de dessin ; en 1787 est fondé l’établissement qui deviendra musée des Beaux-Arts. L’industrie de l’époque (draperie, soierie, filatures diverses) ne s’implante néanmoins que difficilement.

Avant la Révolution française, Dijon est une ville où réside le gouverneur de Bourgogne, le prince de Condé, et où se tiennent régulièrement les sessions des états de Bourgogne. Le parlement de Bourgogne suscite la présence d’une noblesse de robe influente et fortunée. Des institutions comme les facultés, l’académie, l’école de dessin contribuent aussi à l’activité intellectuelle.

Aussi, en 1789, Dijon passe du rang de capitale provinciale à celui de chef-lieu de département. Le 15 juillet 1789, des émeutiers prennent le château ainsi que la tour Saint-Nicolas, sans lien direct avec les événements de Paris.

Plusieurs monuments remarquables sont détruits : la chartreuse de Champmol, la rotonde de Saint-Bénigne, une partie du château de Montmusard ; d’autres sont endommagés, comme les églises Saint-Bénigne et Notre-Dame, dont les portails sont martelés. Les monastères et couvents sont vendus ou démolis. La Sainte-Chapelle disparaît en 1802. La statue en bronze de Louis XIV qui ornait la place Royale est brisée en 1792 ; son métal sert à fabriquer de la monnaie ou des canons. La guillotine fonctionne un moment place du Morimont, actuelle place Émile-Zola.

En 1804, le lycée et l’École de droit sont créés, puis en 1808 les facultés de Lettres, Sciences, Droit et Médecine. En 1814, les Alliés, qui combattent Napoléon, entrent à Dijon et occupent la ville.

Palais des ducs de Bourgogne, carte maximum, Dijon, 19/05/1973.

L’exploitation du charbon et du fer au Creusot, l’achèvement du canal de Bourgogne et du Port du canal de Dijon en 1833 rendent à Dijon une certaine importance économique. Le quartier Saint-Bernard est créé en dehors des remparts. En 1840, le réseau d’alimentation en eau dessiné et mis en œuvre par l’ingénieur Henry Darcy est inauguré sous l’administration du préfet Chaper pour lutter contre l’insalubrité ; l’hygiène permet alors à Dijon de prospérer davantage (voir Jardin Darcy).

Dans les années 1840, le maire Victor Dumay, son conseil municipal et l’ingénieur Henry Darcy soutiennent avec succès le tracé par Dijon de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille. La section de Tonnerre à Dijon est inaugurée le 1er juin 1851 par le prince Louis-Napoléon Bonaparte. Dès lors, Dijon se développe rapidement : le quartier de la gare se peuple et les faubourgs voisins se construisent. Napoléon III fait une visite à Dijon, avec l’impératrice Eugénie, les 23 et 24 août 1860.

En 1867, sur concours, un projet de plan d’urbanisme, inspiré de ce que réalise Haussman à Paris, est proposé par Degré et Jetot puis adopté malgré des réticences. Dijon compte 42 000 habitants en 1872, l’accroissement moyen étant estimé à 1,5 % entre 1801 et 1872. Il passe ensuite à 3,6 % entre 1872 et 1975.

Durant la guerre franco-allemande de 1870, trois batailles se déroulent à Dijon. Le 30 octobre 1870, soldats et mobilisés tentent de défendre la ville contre les Prussiens. Sans artillerie, ils doivent se rendre à la fin de la journée. Le 26 novembre 1870, Garibaldi, à la tête de « l’armée des Vosges », ne peut reprendre Dijon et doit faire retraite. Mais, le 23 janvier 1871, les Français remportent une victoire contre les Allemands, et un drapeau poméranien est même conquis. La place du Trente-Octobre et l’avenue du Drapeau rappellent ces faits d’armes. Malgré tout, Dijon est occupée par l’armée allemande, pendant environ huit mois. En 1899, la ville reçoit la Légion d’honneur pour sa résistance.

Après la guerre, la place de Dijon retrouve un rôle stratégique : des casernes et un arsenal sont édifiés, un ensemble de six forts est édifié dans le cadre du système Séré de Rivières. De 1850 à 1900, grâce à l’exode rural, Dijon passe de 30 000 à 70 000 habitants. La ville se développe en rasant ses remparts, remplacés par de grands boulevards. Après de nombreuses polémiques, le château construit par Louis XI est détruit de 1891 à 1897. De multiples équipements publics et privés sont réalisés : lycée Carnot, École normale, groupe scolaire, cimetière, grands magasins comme la « Ménagère » rue de la Liberté, qui ouvre en 1897, grands hôtels, lieux de culte. Dans les faubourgs s’élèvent des usines : Pernot, Lachèze… La ville est desservie par des lignes de chemin de fer secondaire, celui des chemins de fer départementaux de la Côte-d’Or, dès 1888, et un réseau de tramway urbain.

L’arrivée en 1904 d’une majorité radicale, socialiste et anticléricale menée par Henri Barabant est marquée par une campagne de « laïcisation des rues ». Par exemple, la place Saint-Pierre (aujourd’hui place Wilson), la rue Sainte-Anne, la place Saint-Bernard, sont nommées respectivement place du Peuple, rue du Chevalier de La Barre, rue Étienne Dolet. Ces rues reprendront leur ancien nom quelques dizaines d’années plus tard.

La Première Guerre mondiale ne cause pas de dommage architectural à Dijon qui participe par son industrie alimentaire et métallurgique à l’effort de guerre, sous la houlette de son maire Charles Dumont. Sous Gaston Gérard, maire de 1919 à 1935, la ville reprend son essor. L’entre-deux-guerres est marqué par l’urbanisation de quartiers résidentiels, comme celui du Val d’Or, ou de la Maladière, dans lequel s’élève la vaste église du Sacré-Cœur. La municipalité aménage un parc des sports à Montmuzard. Occupée le 17 juin 1940 par l’armée allemande du Troisième Reich, Dijon est libérée par les troupes françaises le 11 septembre 1944 et sort de l’épreuve sans autre destruction que celle de la gare.

Après la guerre, la population est restée stable, aux alentours de 100 000 habitants. Dijon est globalement une ville tertiaire et le milieu social est dominé par les cadres moyens et les employés. La classe moyenne se développe rapidement, passant de 34,3 % des actifs en 1954 à 40,2 % en 1975. Le chanoine Kir, maire de Dijon de 1945 à 1968, dote la ville d’un lac artificiel inauguré en 1964. La municipalité multiplie les bâtiments de service public comme, en 1962, l’hôpital du Bocage. À partir de 1957 se crée également, à l’initiative du recteur Marcel Bouchard, un vaste campus à Montmuzard, sur près de cent hectares. Avec l’essor économique des Trente Glorieuses, la surface urbanisée de l’agglomération double afin de répondre à la pénurie de logements. Le quartier des Grésilles, la ZUP de la Fontaine-d’Ouche sont aménagés et les municipalités satellites comme Quetigny ou Chevigny-Saint-Sauveur s’accroissent. Après la mort de Félix Kir en 1968, le docteur Veillet assure quelques années sa succession, jusqu’en 1971. À cette date est élu le gaulliste Robert Poujade, qui assure son mandat durant trente ans, de 1971 à 2001.

En 1977, le quotidien Les Échos récompense Dijon du titre de première ville écologique avec l’aménagement en 1975 notamment du parc de la Combe à la serpent, le plus étendu de la ville.

Le 18 mars 2001, le candidat de gauche François Rebsamen est élu maire de Dijon. Il est depuis maire en continu, sauf dans la période avril 2014 jusqu’à août 2015 où il est Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social sous les premier et second gouvernements Manuel Valls. Durant cette période, le maire est son premier adjoint Alain Millot, jusqu’à son décès à cause du cancer, Rebsamen reviendra alors occuper le poste de maire et démissionnera de celui de ministre le 2 juillet 2015, et est depuis toujours en poste.

La construction de la Tour Elithis, premier bâtiment à énergie positive de France, est achevée en 2009. Le nouveau tramway de Dijon est mis-en-service fin 2012.

Du 12 au 16 juin 2020 ont lieu des événements inédits dans l’Histoire de la ville, bien que précédés par des incidents similaires mais de moindre ampleur à Nice, Rouen et Troyes. Des membres de la communauté tchétchène de France viennent de tout l’Hexagone à Dijon, après l’agression d’un jeune Tchétchène qu’ils imputent à des dealers maghrébins du quartier des Grésilles, ce qui amènent plusieurs dizaines de Tchétchènes, estimés autour de 150, à mener une expédition punitive contre l’ensemble du quartier et des Maghrébins qui y habitent, provoquant 3 nuits de violences urbaines parfois avec des armes de guerre, puis une dernière nuit de violence dans le quartier du Mail à Chenôve, laissant 20 blessés dont un par balles. Le 17 juin, l’imam de Quetigny Mohamed Ateb parvient à réunir des représentants des deux communautés et les persuadent de mettre en place une “armistice” entre leurs communautés. L’État français et la police sont critiqués par les habitants des Grésilles qui leur reproche d’avoir tardé 3 jours à agir. Le 20 juin, 4 hommes dont 3 de nationalités russes sont déférés devant le parquet en lien avec les affrontements.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.