Ville de Corrèze (Corrèze).

Corrèze est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

La première mention de Corrèze date du IXe siècle, lorsqu’elle n’est encore qu’une implantation ecclésiale en surplomb de la rivière. Son origine est toutefois sans doute plus ancienne, puisque la ville se situe au croisement d’anciennes voies romaines et que des traces de la période gallo-romaine ont été retrouvées.

Devenue l’une des étapes du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle, la ville se construit autour de l’église. En 1293, Eble VII, vicomte de Ventadour, crée la châtellenie de Boussac et Corrèze. En 1350, pendant la guerre de Cent Ans, la ville est assiégée puis incendiée par les Anglais. Reconstruite, elle se constitue en ville-forte au cours du XVe siècle.

Corrèze, carte maximum, 3/06/1995.

Par la suite, la ville n’est pas épargnée par les guerres de religions et en 1595, les ligueurs s’emparent des cloches de l’église pour fondre des canons. Mais c’est au cours des XVIe et XVIIe siècles qu’elle atteint son apogée, après qu’elle a accédé au statut de ville franche. Disposant de privilèges, droit de consuls, confréries, corporations de tisserands, elle est alors un des plus gros bourgs du bas pays limousin et ses foires attirent de nombreux voyageurs. Vers la fin du XVIIe siècle, quelque 200 familles vivent à Corrèze (soit environ 1 400 personnes), 40 dans les murs, pour l’essentiel des notables et leurs domestiques, 40 dans les faubourgs, principalement des artisans, et 120 dans la campagne alentour, laboureurs et journaliers.

La Révolution n’apporte pas de bouleversement, bien que l’église soit transformée en salpêtrière et la chapelle des Pénitents en salle de réunion, et, jusqu’à la fin du XIXe siècle, la ville continue à se développer. En revanche, la Première Guerre mondiale prélève un très lourd tribut : 103 noms figurent sur le monument aux morts. Depuis, la commune, confrontée à l’exode rural, n’a jamais retrouvé sa population d’alors.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *