Ville de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Clermont-Ferrand ; en occitan auvergnat : Clarmont-Ferrand) est une ville du centre de la France, située dans le Massif central et la région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est la capitale historique de l’Auvergne et le chef-lieu du département du Puy-de-Dôme.

La ville moderne est née de l’union au XVIIe siècle de deux anciennes villes rivales, Clermont et Montferrand. La ville gallo-romaine d’Augustonemetum apparaît après la disparition de la métropole arverne Nemossos. Elle prend ensuite le nom d’Arvernis puis de Clermont. Au début du XIIe siècle, les comtes d’Auvergne fondent la ville concurrente de Montferrand. En 1630, Louis XIII impose par l’édit de Troyes l’unification des deux villes voisines. Cette union sera réaffirmée par Louis XV en 1731.

Clermont-Ferrand est la 22e commune la plus peuplée de France avec 147 865 habitants en 2019. Son unité urbaine rassemble 274 141 habitants en 2019 et son aire d’attraction 504 157 habitants en 2018. L’ensemble urbain a accédé au rang de métropole le 1er janvier 2018 sous le nom de Clermont Auvergne Métropole.

Grand centre universitaire et de recherche français, la ville garde d’importantes fonctions administratives et de services intermédiaires. Avec plus de 40 000 étudiants3, soit un quart de la population municipale, et 6 000 chercheurs, elle est la première ville de France à intégrer le réseau ville apprenante de l’UNESCO.

Ville de tradition industrielle, siège de Michelin, l’un des deux plus grands fabricants mondiaux de pneumatiques, Clermont-Ferrand est également bien positionnée dans les industries pharmaceutique, agro-alimentaire et aéronautique. Elle accueille trois pôles de compétitivité.

La ville est située au pied de la faille de Limagne et de la chaîne des Puys, site naturel inscrit depuis juillet 2018 comme « haut lieu tectonique » au patrimoine mondial de l’UNESCO.


L’occupation du territoire de la commune est attestée dès le Néolithique comme en témoignent l’érection de plusieurs menhirs (Brézet, Sainte-Anne, Puy-de-la-Poix) et du dolmen du Puy-de-Crouël. La culture cardiale (Néolithique ancien), typique du midi de la France mais présente aussi en Auvergne et dans la région lyonnaise, est attestée sur les sites du Brézet et de la rue des Quatre Passeports.

Il existe aussi quelques signes d’occupation protohistorique au pied de la butte sur laquelle sera édifiée la ville antique.

Augustonemetum (le sanctuaire d’Auguste, empereur romain) est une ville neuve qui aurait été créée au cours du Ier siècle av. J.-C. Le forum de la ville romaine est placé au sommet de la butte de Clermont, à l’emplacement des actuelles cathédrale et place de la Victoire. La population de Nemossos s’y transfère et elle est estimée entre 15 000 à 30 000 personnes au IIe siècle, ce qui en fait une des villes les plus peuplées de la Gaule romaine. La phase d’expansion d’Augustonemetum se termine au milieu du IIIe siècle, moment où la ville se replie fortement et se fortifie autour du forum.

Au IVe siècle, alors que le christianisme s’implante, la population n’est plus estimée qu’à environ 700 habitants. La ville prend alors le nom d’Arvernis, du nom du peuple gaulois habitant la région. Les fortifications sont à l’époque percées de cinq portes qui existeront durant tout le Moyen Âge. Les restes de la ville antique sont abandonnés à la ruine ou réduits à l’état de petits faubourgs comme celui de Fontgiève. Néanmoins, le tracé des cardo et decumanus maximus, ainsi que le tramage des rues romaines en découlant, a survécu partiellement jusqu’à nos jours, où certaines rues et voies en forment la continuation directe, notamment en centre-ville.

Les Wisigoths assiègent plusieurs fois Arvernis entre 471 et 475. Malgré la défense du patrice Ecdicius et de l’évêque Sidoine Apollinaire, la ville est cédée aux Wisigoths par l’empereur Julius Nepos, et fait partie du royaume wisigoth jusqu’en 507.

Le Haut Moyen Âge est marqué par les pillages dont elle est l’objet de la part des peuples qui envahissent la Gaule et n’aurait pas été épargnée par les Vikings lors de l’affaiblissement de l’Empire carolingien.

En 761, Pépin le Bref pille l’« Urbem Arvernam » (la ville des Arvernes) et prend son château fort « Claremontem Castrum » (le « château du mont clair »). Au fil du temps, la ville prend dans le langage oral un nom dérivé de celui de la forteresse, Clermont, même si officiellement le nom Arvernis restera longtemps utilisé, comme en témoignent encore les deniers du xive siècle. La ville aurait ensuite été ravagée par les Normands du chef Hasting en 862. L’évêque Sigon entreprend sa reconstruction, mais elle est de nouveau ravagée en 898 ou 910 (la date n’est pas connue avec précision) : seule la tradition moderne accorde crédit à ces hypothèses, tant les sources médiévales manquent et les chroniques carolingiennes ont donné lieu à surinterprétation.

L’évêque Étienne II fait bâtir une cathédrale romane ; du moins la consacre-t-il à une date indéterminée mais que la tradition locale place en 946 à l’emplacement de la cathédrale actuelle. Elle sera détruite lors de la  construction de la cathédrale gothique actuelle.

En 1095, lors du concile de Clermont, le pape Urbain II prêche la première croisade sur la place du Champ Herm, que les actuelles recherches tendent à placer au niveau de l’actuelle place Delille.

En 1120, pour contrecarrer le pouvoir des évêques, les comtes d’Auvergne fondent à proximité de la ville épiscopale la cité de Montferrand selon un plan orthogonal. Pendant tout le Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne, Clermont et l’actuel quartier de Montferrand sont deux villes distinctes : Clermont est la cité épiscopale, Montferrand, la ville comtale.

En 1202, le comte Guy II d’Auvergne abandonne à l’évêque les droits qu’il possède sur la cité de Clermont. Désormais et jusqu’au milieu du XVIe siècle, l’évêque et le chapitre cathédral sont les maîtres de la ville. Les trois juridictions sont ecclésiastiques, entre les mains de l’évêque (justice correspondant approximativement à l’actuelle partie occidentale de la commune de Clermont-Ferrand), du chapitre cathédral (justice  personnelle, non territoriale, exercée par les chanoines sur le chapitre et sur leurs dépendants) et de l’abbé de Saint-Alyre (petite justice abbatiale enclavée dans celle de l’évêque). À partir du milieu du XIIIe siècle commence le chantier de la cathédrale gothique, qui se poursuit lors des siècles suivants.

En août 1480, par ses lettres patentes, le roi Louis XI crée un consulat à Clermont.

En 1490, la ville de Clermont subit de gros dommages à cause d’un  tremblement de terre. Douze tours de l’enceinte s’effondrent totalement ou partiellement ainsi qu’une tour de la basilique Notre-Dame-du-Port. La cathédrale subit également des dommages (une fissure sur le portail sud est toujours visible).

En 1551, Clermont devient ville royale, puis en 1610, propriété inséparable de la Couronne. Henri II transforme l’administration de Clermont en échevinage le 18 octobre 1556 (quatre échevins puis trois en 1559).

En 1557, Clermont reçoit le titre de Chef et ville capitale du pays d’Auvergne alors que Riom devient Chef du duché d’Auvergne et pays pour l’exercice de la justice prenant ainsi l’avantage pour les fonctions judiciaires. Cependant, la création, en 1582 à Clermont, d’un présidial de dix magistrats rétablit l’équilibre.

Le 15 avril 1630, l’édit de Troyes (1er édit d’Union) rassemble  autoritairement Clermont et Montferrand. Cette union est confirmée en 1731, sous Louis XV, par Daniel-Charles Trudaine, avec le 2e édit d’Union.

En 1832, Aristide Barbier et Édouard Daubrée fondent une usine de balles en caoutchouc et de machines agricoles. Cette usine sera à l’origine du groupe Michelin. La première usine, construite place des Carmes en 1889, fabrique des patins de frein pour vélo. Le premier brevet de pneu pour vélo est déposé en 1891. Le siège du groupe se trouve encore à cette adresse.

Le peintre paysagiste Paul Huet en voyage en Auvergne, réalise vers 1835, le tableau Clermont-Ferrand vu depuis Royat conservée au Musée d’Art Roger-Quilliot.

Sous la monarchie de Juillet, les 9, 10 et 11 septembre 1841, Clermont fut en proie à de violentes émeutes provoquées par le recensement décidé en vue d’une réforme fiscale par le ministre Humann. Les émeutiers, auxquels s’étaient joints des habitants de localités rurales voisines (Aubière, Beaumont), manifestèrent leur colère à l’encontre des autorités municipales. Dépassée par l’ampleur de la révolte, la municipalité présidée par Hippolyte Conchon fut contrainte d’annoncer la suspension des opérations de recensement, qu’elle ne faisait pourtant qu’encadrer. En allant au-devant des insurgés réunis sur la place de Jaude, le maire fut agressé, on lui jeta des pierres et il dut fuir pour échapper au lynchage. La maison de Conchon, située sur cette même place, fut pillée et incendiée.

L’expansion de Michelin provoque la création des cités Michelin où était logé le personnel. Ces cités répondent aux objectifs de paternalisme, marqué de catholicisme dans le cas de la famille Michelin, typique du patronat de l’époque, de contrôle social du personnel. Mais plus simplement, cela permet de faire face à la très forte augmentation de la population clermontoise liée à l’expansion de l’activité industrielle — elle passe de 52 000 en 1900 à 82 000 en 1921 — et aux très mauvaises conditions de logement des ouvriers qui viennent travailler à la «  manufacture ». Il y a 3 000 logements Michelin pendant la décennie 1930. De nouveaux quartiers ouvriers sont donc entièrement construits, à l’instar du typique lieu qu’est la plaine avec ses rues strictement symétriques et ses blocs de maisons divisés en quatre logements familiaux. Des rues qui ne portent pas le nom de personnages célèbres ou de lieux mais de qualité ou de vertus rue de la Bonté ou la rue de la Foi. Ces noms reflétaient les valeurs défendues par la famille Michelin à cette époque.

Le développement de ces cités s’accompagne de la création de cliniques, d’écoles, d’une église, de coopératives où le personnel va faire ses courses. Pierre-Jules Boulanger, PDG de Citroën et cogérant de Michelin, achète ses costumes à la coopérative Michelin. Le groupe finance un club omnisports : l’Association sportive Michelin (ASM). Une vie s’organise à l’intérieur de l’institution Michelin.

Le 23 novembre 1939 Clermont-Ferrand accueille l’université de Strasbourg (française) à la suite de l’évacuation des habitants de l’Alsace vers les régions de l’intérieur. La Reichsuniversität Straßburg est ensuite installée par les autorités nazies lors de l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne après l’armistice du 22 juin 1940 mais l’université française de Strasbourg établie à Clermont reste ouverte pendant la Seconde guerre mondiale.

Alors que les autorités françaises négocient l’armistice à Rethondes, la division SS Adolf Hitler occupe la ville, le 21 juin 1940. Les SS cherchent à y débusquer96 les éléments de résistance subsistants.

Le 29 juin 1940, le gouvernement, qui vient de signer l’armistice le 22 juin, se replie de Bordeaux, que les conditions d’armistice place en zone occupée, à Clermont qui devient de fait capitale de la France. Mais la ville se révèle rapidement peu adaptée et ne plait pas aux ministres et fonctionnaires. Manquant de logements adaptés, les autorités sont dispersées : le président de la République est ainsi logé à Royat, les présidents de la Chambre des députés et du Sénat à La Bourboule (dans les villas Paradiso et San Pedro). Les ministres étaient mal installés et se plaignaient des difficultés à travailler. Ainsi le ministère des Affaires étrangères se retrouve dans une maison clermontoise de quelques pièces seulement, avec une capacité téléphonique et électrique insuffisante. Finalement, le gouvernement se transfère dans les 1ers jours de juillet à Vichy, à l’exception de l’armée qui restera 2 ans à Clermont.

Le tribunal militaire de Clermont-Ferrand a eu à juger quatre des hommes politiques, passagers du Massilia arrêtés le 31 août 1940 à Casablanca et accusés de désertion. Il condamna le 4 octobre 1940 Pierre Viénot, Alex Wiltzer et Jean Zay, puis le 9 mai 1941 Pierre Mendès France, alors lieutenant de l’Armée de l’air française. Ce dernier, condamné à six ans de prison, s’évade le 21 juin 1941 de l’hôpital militaire pour rejoindre le général de Gaulle à Londres. Le même tribunal rapportera ces  condamnations en 1946.

La Résistance à Clermont s’articule autour du quotidien La Montagne. Son fondateur, le socialiste Alexandre Varenne ayant déclaré qu’il « préférait briser sa plume » plutôt que de la mettre au service de l’ennemi. Le journal subit régulièrement la censure. Il est interdit de publication à plusieurs reprises. À la Libération, La Montagne aura le bonheur de pouvoir ressortir sous le même nom.

En 1944, le 92e régiment d’infanterie de ligne s’installe définitivement dans la ville. Dans les années 1960, Clermont devient une ville universitaire importante, avec un afflux d’étudiants qui vivront une version originale de Mai 68.

L’entreprise Michelin perd de son poids en termes d’emplois. Clermont-Ferrand connaît ainsi un rééquilibrage au profit du secteur tertiaire.

Une politique de grands travaux est menée par la municipalité : la place de Jaude est réaménagée, une ligne de tramway est inaugurée en octobre 2006 (la ville avait eu le premier tramway électrique de France, et que celui-ci avait été démantelé en 1956). Le conseil régional d’Auvergne construit dans l’agglomération clermontoise, une salle de spectacles de grande capacité, le Zénith d’Auvergne ainsi qu’une gigantesque halle d’exposition, la Grande Halle d’Auvergne, tous deux inaugurés en fin d’année 2003.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.