Ville de Budva (Monténégro).

Budva (en monténégrin cyrillique : Будва ; en italien : Budua) est une ville et une municipalité du Monténégro. En 2003, la ville comptait 10 918 habitants et la municipalité 15 909. La ville et la municipalité sont habitées par une majorité relative de Monténégrins (48,17 %), avec une importante population serbe (38,50 %).

La région côtière de Budva, appelée Budva Riviera, est le centre du tourisme au Monténégro, et est appréciée pour ses plages de sable, sa vie nocturne active. Elle comporte de beaux exemples de  l’architecture méditerranéenne médiévale. Vieille de 2 500 ans, Budva est l’une des plus anciennes localités sur la côte de la mer Adriatique.


De nombreux témoignages écrits datent des faits historiques s’étant déroulés à Budva avant le Ve siècle av. J.-C.. Une légende raconte que Budva a été fondée par Cadmos, un héros exilé de Thèbes qui cherchait un abri à cet endroit pour lui et sa femme, Harmonia.

Le nom de la ville antique, Bouthoè, viendrait selon Étienne de Byzance, du nom des bœufs trainant le char d’Hermione et Cadmos vers l’Illyrie. Une autre explication indique que cela viendrait du terme grec désignant l’origan (bouthos).

Deux autres civilisations ont laissé de nombreuses traces : les Grecs et les Romains. À la chute de l’Empire romain et sa division d’est en ouest, la barrière défensive qui séparait les deux puissances se situait au niveau de Budva. Au Moyen Âge, la ville connut une succession de régences par les souverains de Dioclée et les aristocrates serbes et de l’État de Zeta.

Les Vénitiens dirigèrent la ville pendant plus de trois siècles, de 1442 à 1797. Budva, appelée Budua à cette époque, fit partie de l’Albanie vénitienne et fut fortifiée par de puissants murs vénitiens pour contrer les forces ottomanes. La plus grande partie de la population parlait le vénitien jusqu’au début du xixe siècle selon l’historien Luigi Paulucci, auteur de Le Bocche di Cattaro nel 1810 (Les Bouches de Kotor en 1810). La « Sérénissime », avec ce qui restait de son domaine territorial, passe en 1797 par le traité de Campo-Formio sous la souveraineté des Habsbourg.

Dans les années suivantes, très agitées, Budva connut une succession de plusieurs de ses pays souverains : Autriche, France et Russie. Une union entre les bouches de Kotor et le Monténégro fut instaurée pendant une brève période (1813-1814), mais depuis le congrès de Vienne en 1815, Budva resta à l’intérieur du royaume de Dalmatie au sein de l’empire d’Autriche. Après la Première Guerre mondiale et la dissolution de l’Autriche-Hongrie, en 1918, Budva rejoint le royaume de Yougoslavie et fut, plus tard, annexée au royaume d’Italie, en 1941.

De nombreuses personnes furent enrôlées durant la Seconde Guerre mondiale dans la lutte contre les fascistes. Budva fut libérée du  gouvernement nazi par les Partisans le 22 novembre 1944, et après avoir été une nouvelle fois intégrée à la Yougoslavie, elle appartient aujourd’hui au Monténégro indépendant. Le 15 avril 1979, Budva fut secouée par un important tremblement de terre qui dévasta une grande partie de la vieille ville, dont il reste peu de séquelles ; presque tous les bâtiments ont été restaurés à leur forme d’origine.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.