Vicente Blasco Ibáñez, écrivain, journaliste et homme politique.

Vicente Blasco Ibáñez, né le 29 janvier 1867 à Valence et mort à Menton le 28 janvier 1928, est un écrivain, journaliste et homme politique espagnol. Il est considéré comme l’un des plus grands romanciers de langue espagnole.

Anticlérical et républicain, il mena une vie agitée et fut à l’origine d’un mouvement politique auquel il donna son nom, le blasquisme ; il fonda également le journal El Pueblo en 1894 pour diffuser ses idées. Son style de roman naturaliste l’a fait comparer à Émile Zola.


Né le 29 janvier 1867 à Valence, Espagne, Vicente Blasco Ibáñez est le fils du commerçant Gaspar Blasco et de Ramona Ibáñez, une famille bourgeoise qui lui a inculqué dès son plus jeune âge l’idéal républicain. En 1882 il commence ses études en droit à l’Université de Valence. La même année il publie son premier texte dans une revue locale, mais peu de temps après il doit s’enfuir à Madrid, où il est arrêté en raison de ses activités  républicaines et anticléricales.

Ibanez, carte maximum, Espagne.

Cinq ans après, en 1887, il fonde le journal fédéraliste La Revolución, dont il est le directeur et où il publie son premier livre, Fantasías. L’année suivante, à l’âge de 20 ans, il obtient sa licence en droit.

Arènes sanglantes, Boue et Roseaux, Parmi les orangers, Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, L’Argonaute sont les plus connus de ses romans. Un nombre important de ses écrits ont été traduits en français, tout d’abord par Georges Hérelle, puis par Renée Lafont, ce qui contribue à sa notoriété littéraire en France.

Il est le père de l’homme politique et journaliste Sigfrido Blasco-Ibáñez.

Il est connu dans le monde entier, notamment en Argentine, où il est invité en 1909 pour faire une tournée de conférences. A cette occasion, il décide de fonder, dans cette partie du monde, des colonies de peuplement pour les agriculteurs valenciens. Mais quatre ans plus tard, il se rend compte que c’est un échec, il se retrouve ruiné et endetté. Il revient alors en Europe et se consacre de nouveau à l’écriture.

Puis en octobre 1919, il est invité aux États-Unis pour y faire de multiples conférences. Il est désormais très apprécié et célèbre non seulement en Europe et en Amérique du Sud mais également aux États-Unis. Il sera très courtisé par la presse américaine et par Hollywood, à tel point qu’il sera nommé docteur honoris causa par l’université de Washington.

C’est à partir de 1925 que Vicente Blasco Ibáñez doit s’exiler en France, à Menton, pour des raisons d’adversité face à Primo de Rivera. De plus, la publication de son œuvre, Una nación secuestrada, le mène à avoir des poursuites contre sa famille, menacée par la ville de Valence.

Vicente Blasco Ibáñez meurt à Menton (Alpes-Maritimes) le 28 janvier 1928.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.