Timothy Akis, peintre.

Timothy Akis, né vers 1944 dans le village de Tsembaga, Simbai Valley, Province de Madang, Papouasie Nouvelle Guinée, décédé en 1984, était un Papouasie-Nouvelle-Guinée artiste. Son art consistait principalement en une plume et une encre imaginative dessins et batiks inspiré par la faune de son pays.

Akis a eu la distinction d’être le deuxième artiste papouan-néo-guinéen à organiser une exposition, au Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée en 1969. Il a ensuite tenu des expositions dans le États-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse, le Philippines et Australie.

Ulli Beier décrit l’œuvre d’Akis de sa première exposition en ces termes:

“La fraîcheur délicate de ces dessins ne doit rien aux traditions de son peuple, dont les œuvres se composaient principalement de motifs de boucliers géométriques. Libéré des conventions rigides des traditions anciennes et libéré de l’éducation occidentale, Akis a créé son image personnelle d’un monde d’animaux et Hommes.”

Des exemples d’œuvres d’art d’Akis ont été reproduits dans le numéro inaugural de Beier ‘ Kovave: un journal de la littérature néo-guinéenne, aux côtés du travail d’autres artistes tels que Mathias Kauage. L’art de Kauage aurait été inspiré par la visite de l’exposition d’Akis.

Dans les années 1970 et au début des années 1980, Akis partageait son temps entre l’agriculture de subsistance dans son village natal et travaillant sur son art en Port Moresby.

Lors d’une exposition posthume, le Tamworth La Regional Gallery (Australie) a identifié Akis comme l’un des principaux artistes de l’estampe et du dessin de Papouasie-Nouvelle-Guinée, avec Mathias Kauage, John Man et Martin Morububuna. L’art d’Akis a également été exposé à titre posthume au Musée des Confluences dans Lyon en 2007. Une exposition en Cairns la même année, a célébré la “réputation internationale” d’Akis, ainsi que celle d’autres artistes notables de Papouasie-Nouvelle-Guinée, et son art a également été exposé au Galerie Alcheringa en 2007. En 2008, son travail présente aux côtés de celui de Kuagae et Morububuna une exposition en Vallée de Clarence, puis à côté de celui de Jakupa Ako et Mathias Kauage au Centre Est-Ouest Galerie. Le neuvième numéro du Revue d’art australien décrit la relation de «mentorat» de Beier avec Akis. L’art d’Akis a été présenté dans le livre La peinture des Papous, avec celle de Mathias Kauage, Jakupa Ako et John Siune.

Le Bulletin des étoiles a décrit Akis comme ayant eu «une influence majeure sur l’art de la nation car [il] a démontré comment la culture indigène pouvait être reflétée dans les formes d’art contemporain».

Source : atelieremploi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.