Thomas Lawrence, peintre.

Thomas Lawrence (13 avril 1769 à Bristol – 7 janvier 1830) est un peintre qui fut le portraitiste le plus important de la Régence anglaise et du règne de Georges IV.


Il est né à Bristol et a commencé à dessiner à Devizes, où son père était aubergiste à l’hôtel Bear sur la place du marché. À l’âge de dix ans, ayant déménagé à Bath, il soutenait sa famille avec ses portraits au pastel.

Il se rend à Londres en 1787, où il est reçu par Reynolds et devient étudiant à la Royal Academy.

 

Il n’a que 20 ans lorsqu’il peint le Portrait de la Reine Charlotte. Mais ce tableau n’a plu ni au roi George ni à la reine Charlotte et n’est pas entré dans la collection royale. Il est resté entre les mains de Lawrence et était dans sa vente d’atelier après sa mort. A la mort de Reynolds en 1792, il devient néanmoins peintre du roi George III.

Lawrence, carte maximum, Grande Bretagne.

Il est élu membre de la Royal Academy en 1794 et en devient président de 1820 à sa mort. En 1815, il est anobli.

Le fils du roi, le futur George IV, lui commande une importante série de portraits de souverains, hommes d’état et généraux qu’il a fait installer la chambre Waterloo au château de Windsor, et en 1818, il se rend à Aix-la-Chapelle pour peindre les souverains et diplomates qui y sont réunis pour le troisième congrès. Il visite alors Vienne et Rome, recevant partout des princes de flatteuses marques de distinctions.

Il reçoit un flux continu de commandes et ses portraits lui ont bâti une réputation sur le continent, inégalée par les peintres anglais qui l’ont précédé. Il peint trois portraits de Caroline de Brunswick, l’épouse rejetée de George IV. Celui peint en 1798 et conservé au Victoria & Albert Museum a été réalisé deux ans après la séparation avec son mari.

Il constitue également l’une des plus extraordinaires collections de dessins de maîtres anciens.

Il fut un des maîtres de George Henry Harlow et de William Etty.

Il meurt subitement le 7 janvier 1830, quelques mois seulement après son amie Isabelle Wolff. Quelques jours auparavant, il avait éprouvé des douleurs thoraciques, mais avait continué à travailler ; il s’est effondré et il est mort au cours d’une visite chez son amie Elizabeth Archibald Keightley. Après un examen post-

mortem, les médecins ont conclu que la mort de l’artiste était due à une ossification de l’aorte et des vaisseaux du cœur. Il est enterré, le 21 janvier 1830, dans la crypte de la cathédrale Saint-Paul. Parmi les personnes présentes figurait Turner, qui a peint une esquisse de l’enterrement.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.