Thomas Hardy, écrivain.

Thomas Hardy, né le 2 juin 1840 à Stinsford, à Dorchester (Royaume-Uni), et mort le 11 janvier 1928 à Dorchester, est un poète et écrivain britannique appartenant au courant naturaliste. Auteur devenu aujourd’hui classique, il a tout particulièrement influencé D. H. Lawrence et John Cowper Powys. Il a reçu l’ordre du Mérite en 1910.

Il se considérait lui-même d’abord comme un poète, n’écrivant des romans que pour gagner sa vie. La majorité de son œuvre, qui se déroule essentiellement dans la région fictive du Wessex (en), dépeint des personnages en lutte contre leurs passions et les circonstances. Sa poésie, publiée après ses cinquante ans, est jugée d’une qualité égale à ses romans, surtout depuis sa relecture par un groupe d’écrivains anglais, The Movement, dans les années 1950 et 1960.


Hardy, carte maximum, Jersey.

Thomas Hardy naît dans une famille anglaise modeste à Higher  Bockhampton, lieu-dit du village de Stinsford, voisin de Dorchester dans le Dorset, comté du sud-ouest de l’Angleterre, où son père exerce la profession de tailleur de pierre. Sa mère, lettrée, lui donne cours à domicile avant qu’il ne soit inscrit à l’école locale à l’âge de huit ans. Il arrête ses études à seize ans et devient apprenti chez John Hicks, un architecte local. Il travaille ainsi dans le Dorchester avant de partir pour Londres en 1862, où il étudie au King’s College de Londres. Il remporte des prix du Royal Institute of British Architects et de l’Architectural Association.

En 1865, il est chargé de superviser le démantèlement du cimetière de l’église St Pancras pour permettre l’édification de la future gare éponyme. Il faudra une année pour exhumer, nuit après nuit, les restes de quelque 88.000 défunts, et les ensevelir dans une fosse commune. Traumatisé, Hardy décide ensuite d’abandonner ses études, et il quitte Londres définitivement.

Toutefois, de ses études, il garde le goût de la poésie latine. En autodidacte, il apprend le grec pour pouvoir lire Homère et le Nouveau Testament. Sur le plan des idées, il se forme en lisant John Stuart Mill et adhère aux idées de Charles Fourier, d’Auguste Comte et, notamment, d’Arthur Schopenhauer. Charles Darwin et la critique biblique lui font perdre la foi religieuse, dont il portera le deuil toute sa vie. Se sentant rejeté par une société de classe londonienne qu’il exècre, il décide de rentrer dans son Dorset provincial cinq ans plus tard pour se consacrer à l’écriture.

Très tôt, il écrit des poèmes, dont certains sont publiés trente ou quarante ans plus tard. En 1867, à son retour de Londres, il se tourne vers le roman pour essayer de vivre de sa plume. Passées les premières difficultés, il réussit honorablement. En 1870, il rencontre sur un chantier de restauration d’une église de Cornouailles sa future femme, Emma Gifford, qu’il n’épouse qu’en 1874. Il publie bientôt dans des revues et des magazines. De 1871 à 1896, il écrit quinze romans et quatre recueils de nouvelles. Une demi-douzaine de grandes œuvres émergent de cette production inégale : Loin de la foule déchaînée (1874), Le Retour au pays natal (1878), Le Maire de Casterbridge (1886), Les Forestiers (1887), Tess d’Urberville (1891), Jude l’Obscur (1896).

Si Hardy est violemment critiqué pour sa noirceur, le succès est au rendez-vous. Dès 1897, son roman Tess d’Urberville est un tournant. L’ouvrage est adapté au théâtre et joué à Broadway, puis porté au cinéma en 1913, 1924 et, bien plus tard, en 1979 par Roman Polanski.

Tous ses romans, marqués par une prose riche et un humour corrosif, sont ancrés dans un cadre régional. Sans exception, ils se déroulent dans le sud-ouest de l’Angleterre. Le Dorset et les comtés voisins se trouvent transmués en royaume littéraire que Hardy appelle le Wessex, du nom de l’ancien royaume des Saxons de l’Ouest. Le Wessex apparaît comme une province aux localités imaginaires et à la nature préservée, Arcadie opposée au Londres de la société victorienne. Peintre acerbe du milieu rural, Hardy accorde un souci pointilleux à rendre le climat, la beauté et la rudesse de la nature anglaise du xixe siècle, terreau d’histoires tragiques où les protagonistes, pris en étau, deviennent les victimes des conventions et de l’hypocrisie sociales avant de connaître une mort brutale.

Après le scandale déclenché par la critique radicale du mariage et de la religion qu’est Jude, dont les exemplaires sont vendus cachés dans du papier d’emballage à cause de l’exposé qu’y fait l’auteur de l’« érotolepsie »1, Thomas Hardy abandonne le roman. Il se consacre alors à ce qu’il considère comme son chef-d’œuvre, Les Dynastes (The Dynasts), vaste pièce de théâtre dramatique composée de trois parties, publiées respectivement en 1903, 1906 et 1908. Sorte de Guerre et Paix en vers, cette Illiade des temps modernes utilise l’épopée napoléonienne afin d’élaborer des scènes qui présentent tantôt les conflits intimes des gens ordinaires et de personnages historiques mus par une soif darwinienne du pouvoir, tantôt des batailles qui se déroulent dans des paysages immuables et indifférents, sous le regard d’un chœur allégorique incarnant les vaines tergiversations du destin. Réputé trop difficile à mettre en scène et mal accueilli à l’époque, Les Dynastes préfigure à bien des égards le genre cinématographique mais ne bénéficie toujours pas de l’estime de la critique.

Hardy écrit, au long de sa carrière, près d’un millier de poèmes inégaux, dans lesquels cohabitent satire, lyrisme et méditation. Les élégies de Veteris Vestigia Flammae, écrites après la mort de sa première femme, survenue en 1912, retracent chacun des lieux qu’ils connurent ensemble. Elles forment un groupe d’une perfection rare. Remarié en 1914 avec sa secrétaire, Florence Dugdale, de trente-neuf ans sa cadette, il s’entiche en 1924, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, de l’actrice Gertrude Bugler qu’il identifie à son héroïne Tess et pour laquelle il projette une adaptation dramatique de son roman.

Thomas Hardy commence à souffrir de pleurésie en décembre 1927 et en meurt en janvier 1928 à Dorchester, après avoir dicté son tout dernier poème à son épouse et secrétaire sur son lit de mort. Les lettres du défunt et les notes qu’il a laissées sont détruites par ses exécuteurs testamentaires. Sa veuve, qui meurt en 1937, fait paraître les siennes la même année.

Après la mort de Hardy, survint une controverse sur son lieu de sépulture. Il souhaitait être enterré dans une mausolée à Stinsford dans le Dorset, avec Emma Gifford, sa première femme et ce souhait était partagée par sa famille. Mais son exécuteur testamentaire, Sydney Cockerell, insista en faveur d’une sépulture dans le coin des poètes à l’abbaye de Westminster. Finalement, un compromis fut trouvé ; après ses funérailles à l’abbaye, sa dépouille, à l’exception de son cœur, fut incinérée et les cendres enterrées. Son cœur fut transféré à Dorset et enterré à Stinsford avec Emma Gifford.

Le nom de Thomas Hardy fut proposé et examiné 25 fois en 26 ans pour le prix Nobel de littérature, mais fut systématiquement rejeté parce que son œuvre était jugée trop pessimiste.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.