Théo Van Rysselberghe, peintre.

Théo Van Rysselberghe, né à Gand le 23 novembre 1862 et mort à Saint-Clair au Lavandou (Var) le 13 décembre 1926, est un peintre belge, connu pour avoir été l’un des principaux représentants du divisionnisme en Belgique.

Acquis aux idées anarchistes, ami intime d’Élisée Reclus et de Paul Signac, il donne des dessins à la presse libertaire dont Les Temps nouveaux de Jean Grave de 1897 à 1911.


Théo Van Rysselberghe, de la famille Van Rysselberghe, est le frère de Charles Van Rysselberghe et Octave Van Rysselberghe, tous les deux architectes. Il épouse Maria Monnom en 1889. Ils ont une fille, Élisabeth (née en 1890), qui sera la mère de Catherine, l’unique enfant d’André Gide. Elle a neuf ans lorsque ses parents deviennent des proches d’André Gide. Un double coup de cœur réciproque s’établit entre Maria et Gide d’une part, et entre Élisabeth et le même Gide d’autre part.

Van Rysselberghe, carte maximum, Belgique, 1992.

Après ses études à l’Académie des beaux-arts de Gand et à l’Académie de Bruxelles sous la direction de Jean-François Portaels, Théo Van Rysselberghe participe à une exposition au Salon de Bruxelles pour la première fois en 1881. Vers 1886-1887, il découvre l’œuvre de Georges Seurat en compagnie d’Émile Verhaeren. Ami d’Octave Maus, il est un des membres fondateurs en 1883 du groupe bruxellois d’avant-garde Les Vingt. À la fin du XIXe siècle, le pointillisme de ses peintures fait place à une composition à larges touches allongées. Comme Georges Seurat et Paul Signac, il réalisa de nombreux paysages marins. Il a aussi réalisé des gravures qui sont moins connues.

L’année suivante, il voyage (en suivant les traces de Jean-François Portaels) en Espagne et au Maroc avec son ami Frantz Charlet et le peintre asturien Dario de Regoyos. Il admirait tout particulièrement les « vieux maîtres » au musée du Prado. À Séville, ils rencontrent Constantin Meunier, et son fils Charles, dit Karl, qui peignait une copie de la Descente de la Croix de Pedro de Campaña. De ce voyage en Espagne, il ramène les portraits suivants : Femme espagnole (1881) et La Sévillane (1882). Il reste quatre mois à Tanger, pour y pratiquer le dessin et la peinture des scènes pittoresques de la rue, de la kasbah et des souks : Cordonnier de la rue arabe (1882), Garçon arabe (1882), Repos de garde (1883).

Il y retournera à deux reprises, en 1883-1884 puis en 1887-1888.

De retour en Belgique, il montre environ trente œuvres de son voyage au Cercle Artistique Littéraire et à Gand. Elles rencontrent un succès instantané, en particulier Les Fumeurs de kif, Le Vendeur d’oranges et un Paysage marin du détroit (soleil couchant), Tanger (1882). En avril 1883, il expose ces scènes de la vie quotidienne méditerranéenne au salon de L’Essor à Bruxelles devant un public enthousiaste. À cette même époque, il se lie d’amitié avec l’écrivain et poète Émile Verhaeren qu’il allait plus tard représenter à plusieurs reprises. En septembre 1883, van Rysselberghe se rend à Haarlem afin d’étudier la lumière dans les œuvres de Frans Hals. Le rendu précis de la lumière continuera à occuper son esprit. Là, il a également rencontré le peintre américain William Merritt Chase.

Il peint alors ses premières œuvres pointillistes sur le modèle de Georges Seurat. Il fait ensuite partie du groupe La Libre Esthétique pour lequel il exécute une affiche (1896). Il s’installe à Paris en 1898 au 59, rue Scheffer, qu’il quitte en 1901 pour s’installer à la Villa Aublet au 44, rue Laugier, dont l’architecte Louis Bonnier (1856-1946) réalisera l’installation. En 1913, il fait construire à Auteuil un hôtel particulier au 14, rue Claude-Lorrain par Auguste Perret.

Son amitié avec Paul Signac porte aussi sur les idées anarchistes. Il participe à la presse libertaire et notamment régulièrement au journal Les Temps nouveaux de Jean Grave, à qui il donne des œuvres de 1897 à 1911. Il fréquente le géographe Élisée Reclus et le peintre Camille Pissarro, ainsi que Camille Platteel (1854-1943), amie de sa famille depuis de longue date, et maîtresse de Félix Fénéon5. En 1899, il réalise la couverture de La Morale anarchiste de Pierre Kropotkine.

À la fin des années 1890, il s’établit en Provence à Saint-Clair près du Lavandou et retourne vers une certaine forme de classicisme.

Sa fille Élisabeth, après avoir eu une fille, Catherine, avec André Gide, épouse en 1931 le romancier dunkerquois Pierre Herbart.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.