Terézia Vansová, écrivaine et éditrice.

Terézia Zuzana Vansová née Medvecká , pseudonymes Johanka  Georgiadesová , Milka Žartovnická et Nemophila (1857-1942) était une écrivaine et éditrice slovaque pionnière pendant la période du réalisme . Elle a écrit de la poésie en allemand et en slovaque, a fondé le premier journal féminin slovaque Dennica et a continué à écrire des pièces de théâtre et des romans. Elle est devenue largement connue pour son roman Sirota Podhradských (L’orphelin de Podhradskýs, 1889) qui a été jugé approprié pour les filles.


Terézia Medvecká est née avec un frère jumeau à Zvolenská Slatina le 18 avril 1857. Elle était le septième enfant de Terézia (née Langeová) et du pasteur luthérien Samuel Medvecký. Après avoir terminé l’école primaire, elle a fréquenté l’école privée de K. Orfanides à Banská Bystrica et celle de T. Fábryová à Rimavská Sobota mais comme la plupart des filles de l’époque, elle n’a pas reçu d’ éducation au gymnase . Elle parle néanmoins  couramment l’allemand et le hongrois en plus de son slovaque natal, en partie grâce à sa propre lecture vorace.

En 1875, en épousant le pasteur luthérien Ján Vansa, le couple s’installe à Lomnička où Vansová commence à écrire de la poésie en allemand et en slovaque. Son premier ouvrage Moje piesne (Mes chansons, 1875) était un recueil de poèmes en allemand plutôt maladroit, mais fut suivi de vers plus matures publiés dans le Karpathenpost local . À partir de 1881, le couple vécut à Píla où Vansová travailla comme écrivain, organisateur et éditeur.

En 1895, elle s’associe à l’association des femmes slovaques ivena , agissant comme vice-présidente et éditant les almanachs de Živena. En 1898, Vansová a fondé le premier magazine slovaque pour les femmes, Dennica (Étoile du matin) qu’elle a édité jusqu’en 1914. Il a présenté des histoires, des poèmes et des essais d’écrivaines ainsi que des articles sur la mode, la nourriture, la vie conjugale et le mouvement des femmes dans le monde.  Avec l’établissement de la Tchécoslovaquie en 1918, elle a édité Slovenská žena (Femme slovaque) de 1920 à 1923, bien qu’elle ne l’ait plus considéré comme « son magazine » comme Dennica l’ avait été.

Quant à ses propres publications, elle est surtout connue pour sa prose. Dans Prvotina (1889), elle parodie la sentimentalité romantique des articles des magazines populaires allemands, dont elle se rend parfois coupable. Ses nouvelles abordaient fréquemment les relations dans un monde de préjugés, comme les problèmes conjugaux de Rozsobášení (Divorcé, 1884), causés par des malentendus et des préjugés. En 1889, elle publie Sirota Podhradských (L’orphelin de Podhradskýs), le premier roman slovaque écrit par une femme. Son succès est dû au développement psychologique de ses personnages, à des relations morales complexes et à une intrigue dramatique.

Après le suicide de son mari en 1922, Vansová a continué à écrire et à aider les autres à écrire. Elle est décédée le 10 octobre 1942.

Aujourd’hui, on se souvient de Vansová pour ses romans romantiques qui étaient populaires auprès des écolières pendant plusieurs décennies, mais qui ne sont plus largement lus. Elle a également marqué le mouvement national slovaque. Bien qu’elle ait également été active dans le mouvement des femmes, son impact a eu moins de succès car le mouvement lui-même n’a pas réussi à faire de réels progrès en Slovaquie.

Source : Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.